GANDHI MOHANDAS KARAMCHAND (1869-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période probatoire (jusqu'en 1914)

La jeunesse et la période africaine

Rien de bien marquant dans la vie du futur Mahātmā jusqu'à son action en Afrique du Sud. Il naquit dans la caste des vaiśya (marchands) à Porbandar, dans le Gujarāt, d'une famille appartenant à la bourgeoisie administrative locale (son grand-père et son père avaient chacun exercé la fonction de Premier ministre de la principauté de Porbandar). Selon la coutume, il se maria à l'âge de douze ans ; de cette union naquirent quatre enfants. En septembre 1888, malgré l'interdiction de sa caste, mais avec l'assentiment de sa mère, il part pour l'Angleterre afin de poursuivre des études juridiques, non sans avoir fait le serment de ne toucher ni viande, ni alcool, ni femme. Au cours de son séjour en Grande-Bretagne, il affirme sa fermeté de caractère et manifeste un intérêt particulier pour la religion et la diététique. Admis au barreau et inscrit à la Cour d'appel en juin 1891, il s'embarque pour l'Inde. Les débuts du jeune avocat sont difficiles et aggravés par sa timidité et une extrême honnêteté. Une offre l'appelant à travailler en Afrique du Sud sera donc la bienvenue.

Généralement peu connue du grand public, la période africaine de Gandhi n'en est pas moins fondamentale. C'est là en effet, de 1893 à 1914, que le futur Mahātmā va progressivement approfondir ses convictions et ses connaissances religieuses, créer une méthode originale d'action politique et mettre en pratique, jusque sur le plan de la vie domestique, ses conceptions morales et politiques.

La situation de l'Afrique du Sud, en cette époque de grande mutation économique où s'exaspéraient les antagonismes sociaux et raciaux, ne pouvait le laisser indifférent. Son action tout entière va être marquée par des concepts moraux et religieux qui ne feront d'ailleurs que se préciser et s'affiner durant les vingt et une années de son séjour. Il poursuivra deux buts principaux : la lutte politique et l'amélioration de la condition morale des Indiens, en exigeant pour eux la reconnaissance de la plus élémentaire dignité humaine et civique. Il diri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Nehru et Gandhi, 1946

Nehru et Gandhi, 1946
Crédits : Central Press/ Getty Images

photographie

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Gandhi, vers 1930

Gandhi, vers 1930
Crédits : Pictorial Parade/ Getty Images

photographie

Muhammad Ali Jinnah, 1943

Muhammad Ali Jinnah, 1943
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur en philosophie, ex-directeur de la division de philosophie à l'U.N.E.S.C.O.
  • : docteur-ingénieur, chef de service de recherches à l'Institut national de la recherche agronomique, administrateur du Centre de recherches agronomiques des Antilles et de la Guyane

Classification

Autres références

«  GANDHI MOHANDAS KARAMCHAND (1869-1948)  » est également traité dans :

AHIṂSĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 469 mots

Le mot sanskrit ahiṃsā , qui désigne, dans les religions de l'Inde, la non-violence (ou la non-nuisance) et même l'absence de toute intention de nuire, est composé du préfixe privatif a et de HIṂS, forme désidérative abrégée de la racine HAN (« frapper », « blesser », « tuer »). Ce terme est ancien ; il apparaît dans l'une des plus anciennes Upaniṣad — la Chāndogya upaniṣad (III, 17, 4), qui da […] Lire la suite

ĀŚRAM ou ASHRAM

  • Écrit par 
  • Guy DELEURY
  •  • 1 739 mots

Dans le chapitre « Le temps de l'effort »  : […] Les hindous aiment à décrire leur religion comme celle du catur-varna-āśrama-dharma , c'est-à-dire la loi (cosmique) des quatre classes d'homme et des quatre âges de la vie. Quand on sait l'importance que l' Inde accorde aux varna , c'est-à-dire aux classes ou castes, on devine la place qu'elle doit donner aux āśrama ou aux âges, ces deux notions étant intimement liées. De même que l'humanité est […] Lire la suite

BHAVE VINOBA (1895-1982)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 703 mots

Héritier spirituel de Gandhi, Vinoba Bhave est, après celui-ci, le plus connu des apôtres de la non-violence en Inde ; il sut, tout en restant fidèle à la pensée du Mahatma, la mener plus loin. Vinoba s'est surtout attaché à faire progresser la pensée gandhienne dans le domaine de l'économie, en se consacrant au problème agraire. Alors que Gandhi avait lutté pour l'indépendance du pays ( svaraj ), […] Lire la suite

BOSE SUBHAS CHANDRA (1897-1945)

  • Écrit par 
  • Nimal BOSE
  •  • 1 071 mots
  •  • 1 média

Communément appelé Netaji (le chef), héros national du mouvement de libération de l'Inde contre la domination britannique, Subhas Chandra Bose est né à Cuttack (Orissa) le 23 janvier 1897. Fils de Janakinath Bose, kayastha du Bengale (c'est-à-dire membre d'une caste qui vient au second rang dans la hiérarchie), il fit une brillante carrière universitaire. Il passa en 1920, à Londres, l'examen d'en […] Lire la suite

BOYCOTTAGE

  • Écrit par 
  • Berthold GOLDMAN
  • , Universalis
  •  • 4 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le boycottage par les citoyens et consommateurs »  : […] Le dernier type de boycottage, sans doute le plus connu du grand public, reste à évoquer. Il s'agit du boycottage à l'initiative de mouvements militants de citoyens. On y trouve plus explicitement que dans les types précédents des motivations d'ordre politique, ces mouvements recherchant par ce moyen simple de sanctionner économiquement les activités ou la politique d'une organisation, que celle- […] Lire la suite

DESAI MORARJI (1896-1995)

  • Écrit par 
  • Jyotsna SAKSENA
  •  • 1 060 mots

Dirigeant éminent du Parti du Congrès, Premier ministre de l'Inde de 1977 à 1979, Morarji Desai reste une figure controversée de la vie politique indienne. Sa personnalité dérange et rebute. Ses idées politiques, mélange de libéralisme et d'idéaux gandhiens, suscitent l'opposition au sein même de son propre parti, au point de l'écarter par deux fois de la succession à la tête du gouvernement indi […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 257 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire moderne de la notion »  : […] C'est à l'écrivain américain Henry David Thoreau (1817-1862) que l'on attribue la paternité de l'expression civil disobedience , dont l'expression française « désobéissance civile » est la traduction. En 1846, ayant refusé de payer l'impôt à un État dont il contestait la politique sur deux points (esclavage, guerre contre le Mexique), il fut mis en prison à Concord (Massachusetts). Pour justifier […] Lire la suite

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Gujarātī médiéval (XVe-XIXe siècle) »  : […] Née avec le début du règne des sultans indépendants du Gujarāt (1411-1573), la littérature en gujarātī médiéval est presque exclusivement hindoue, peut-être patronnée par les féodaux rājpūts des suzerains musulmans d'Ahmedabad. Elle se regroupe autour de deux thèmes : l'expression d'une dévotion personnelle à Dieu ( bhakti ) en de courts hymnes ( pada ), et la transmission de la culture hindoue p […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'émancipation »  : […] Le mouvement nationaliste, malgré la fondation du Congrès national indien en 1885, n'a guère de poids sur le plan national avant le début du xx e  siècle. Il n'est d'abord qu'un groupe de pression d'intellectuels anglophones de haute caste, dans les rivalités de notables qui se déroulent dans les villes et bourgades de provinces pour la conquête du pouvoir local. Les choses commencent à changer ve […] Lire la suite

INDE BRITANNIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 587 mots

Juin 1757 L'officier anglais Robert Clive écrase à Plassey une armée indigène et, en prenant le contrôle du Bengale, permet le renforcement de la présence anglaise en Inde. 1784 L'India Act renforce le pouvoir de la Couronne britannique sur l'East India Company. 1848-1856 Le gouverneur général des Indes, lord Dalhousie, engage une politique de modernisation économique et impose l'anglais comme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René HABACHI, Joël KERMAREC, « GANDHI MOHANDAS KARAMCHAND - (1869-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mohandas-karamchand-gandhi/