MŒURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'institution divine de la législation, des mœurs et de l'éducation

La pensée moderne distingue avec plus ou moins de rigueur la politique, le droit, les mœurs. Bien que ces distinctions ne soient pas absentes chez les Anciens, et notamment chez Platon, ces différents ordres de phénomènes sont saisis plutôt dans leur unité systématique que dans leur diversité. En effet, pour les Anciens, les lois, les mœurs, les vertus procèdent d'une même source et tendent vers un même but.

L'étranger d'Athènes, qui parle en premier dans Les Lois, demande à ses deux interlocuteurs, le Crétois Clinias et le Lacédémonien Mégille, si c'est à un dieu ou à un homme qu'ils rapportent l'institution de leurs lois. Le Crétois répond avec emphase : « À un dieu, étranger, à un dieu ! » Cette attribution des lois à des « garants métasociaux » (A. Touraine) constitue une des caractéristiques de la pensée classique. On la retrouve encore chez Rousseau : « Il faudrait des dieux pour donner des lois aux hommes [...]. Voilà ce qui força de tous temps les pères des nations à recourir à l'intervention du ciel et à honorer les dieux de leur propre sagesse » (Du contrat social).

La suite du texte de Platon fait apparaître l'étroite liaison entre lois (νόμος) et mœurs (ἤθη). En effet, l'Athénien demande aussitôt au Crétois pourquoi les lois de Minos ont institué les repas en commun, les exercices du gymnase et l'armement léger comme les arcs et les flèches. Un empiriste ne verrait dans cette liste qu'une rhapsodie de pratiques arbitraires. Mais Platon s'emploie à faire ressortir la « fonction latente » de ces pratiques. D'abord, elles aguerrissent les citoyens. Mais cette première fonction est ambiguë. On peut faire la guerre aux étrangers ; mais, pendant les séditions, les citoyens d'un même pays se traitent en ennemis. Or, il n'y a pas de plus grand malheur que la guerre civile. On ne peut donc pas, selon Platon, considérer l'aguerrissement des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOEURS  » est également traité dans :

AURORE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance de l'homme moderne »  : […] La déconstruction de la « moralité » des actions individuelles conduit à une théorie de la condition moderne. Si l'on admet, comme Nietzsche l'affirme au paragraphe 9, que la « moralité des mœurs » est fondée sur la force contraignante des conventions et des traditions, que la moralité, en somme, « n'est rien d'autre que l'obéissance aux mœurs, quelles qu'elles soient », alors l'homme moderne « e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurore/#i_19402

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Civilité et relativité culturelle. Le pacte social »  : […] De la notion de « civilité », héritière de la « vie civile » de Dante, Niedermann a recueilli et discuté quelques emplois chez Érasme, Amyot, saint François de Sales, Calvin, Montaigne, Kepler enfin. En référence à Dante un fait domine : au modèle théologique du De monarchia a succédé un modèle proprement politique. Érasme songe apparemment à Machiavel, lorsqu'il écrit dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_19402

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 060 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Comparaison entre le droit et la morale d'une part, les mœurs d'autre part »  : […] On voit dès à présent, et toujours d'un point de vue formel, que le droit et la morale ( Sittlichkeit ) se différencient par une série de traits : 1. La morale dépasse le cadre sociétaire. En dehors de la vie sociétaire, il y a Dieu, vis-à-vis duquel l'homme, fût-il isolé, a des devoirs ; il y a la personne même de l'individu, dont celui-ci ne peut pas disposer comme s'il éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-theorie-et-philosophie/#i_19402

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 535 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une société sous tension »  : […] Cette société mobilisée pour l’effort de guerre et la victoire finale est traversée par des tensions importantes, qui soulignent les failles du consensus et de « l’union sacrée » au fil d’un conflit exigeant et interminable. Dans l’armée française de la Première Guerre mondiale, plus d’un soldat sur deux a été mobilisé dans une arme non combattante, comme les transports ou l’administration. C’est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-guerre-et-societe/#i_19402

HISTOIRE DE LA POLITESSE DE 1789 À NOS JOURS (F. Rouvillois) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 1 030 mots

Professeur de droit public, Frédéric Rouvillois nous propose une Histoire de l a politesse en France (Flammarion, 2006) dont les manuels ou traités à usage des honnêtes gens constituent la charpente. Cette histoire, dont la chronologie s'articule en quatre temps, est discontinue. La Révolution française se caractérise par une crise de la civilité d'Anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-politesse-de-1789-a-nos-jours/#i_19402

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « Fin des discriminations »  : […] Au tournant des années 1980, une nouvelle phase s'ouvre en effet : les revendications se précisent et une mobilisation en termes de « droits » permet bientôt, en France en tout cas, la « dépénalisation » de l'homosexualité. Ce passage d'une culture révolutionnaire et minoritaire (lutte des classes défendue par les premiers militants gays) à une culture anti-discriminatoire (droits de l'homme) fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_19402

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « La codification sociale en question »  : […] Une tension se dessine ici entre civilité et politesse. Elle est perceptible au xviii e  siècle où la civilité est pensée par rapport à la nature, et la politesse en relation à l'artifice. Elle a souvent conduit à ne voir dans la « mondanité » que des formes dérisoires de futilité. Mais cet écart est de peu d'importance au regard d'une histoire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_19402

INSTITUTIONS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 065 mots

Le mot « institution », avant de recevoir les sens divers que les sociologues contemporains lui ont donné, avait dans l'usage classique deux emplois principaux. Il désignait d'abord l'ensemble des lois qui régissent une cité : la manière dont les pouvoirs publics et privés s'y trouvent répartis, les sanctions et les ressorts qui mettent en œuvre leur exercice régulier. Une question devenue classi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutions/#i_19402

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance de l’intellectuel »  : […] Bien sûr, il serait illégitime d’annexer la littérature française du xviii e  siècle aux Lumières , comme mouvement de pensée et comme ensemble de valeurs. Cependant, leur emprise est telle qu’elle la marque tout entière. La notion même de « Lumières » est si vaste et recouvre des aspects si variés que seules les pensées adverses peuvent en être v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_19402

MAQUILLAGE

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 5 300 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la peinture rituelle au fard profane »  : […] À l'origine, un geste dont on peut dire qu'il serait contemporain des funérailles et qui a valeur de parabole : l'application d'une matière fluide d'origine minérale, végétale, animale ou humaine sur la peau selon une composition signifiante, marquant une coupure avec l'inorganique. Pour J. T. Maertens, il s'agit d'une coupure avec le corps-mère, avec l'Autre ou le Réel, c'est-à-dire avec tout ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maquillage/#i_19402

MODE, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 673 mots
  •  • 1 média

Le français, et diverses autres langues avec lui, désigne par le terme de mode à la fois les canons périodiquement changeants de l'élégance vestimentaire et, plus généralement, les phénomènes d'engouement qui règnent sur le vêtement, mais également sur tout ce qui touche aux « apparences » (la parure, la décoration, les manières, l'intonation, etc.) en tant qu'elles sont dotées d'un pouvoir d'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-sociologie/#i_19402

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Analyse immanente et classification »  : […] On voit que l'explication de la morale et la classification des morales du point de vue socio-historique présupposent et englobent les deux autres façons de voir qu'on a mentionnées plus haut. On ne peut pas chercher les conditions d'existence d'une morale sans savoir de quoi l'on parle : une distinction et une typologie des morales existantes doit d'abord saisir ce qu'il faut expliquer ; d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_19402

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] À l'exception de Montaigne, dont il faudra reparler, cette famille des « moralistes français » écrit donc la langue classique et pratique dans tous les cas la forme brève : pensées, maximes, caractères, « réflexions ou remarques ». Mais, à ne retenir même que trois auteurs, qu'ont-ils réellement en commun – sinon la qualité exceptionnelle d'un style ? Pascal a voulu livrer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_19402

NUDITÉ ET PUDEUR (H. P. Duerr) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 054 mots

Publiées à Bâle à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les grandes études de Norbert Elias sur La Civilisation des mœurs et La Dynamique de l'Occident ont été accessibles au public français au cours des années 1970. Complétée par La Société de cour (1969, trad. franç. 1974), cette contribution capitale à l'anthropologie histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nudite-et-pudeur/#i_19402

ORDRE PUBLIC

  • Écrit par 
  • Robert VOUIN
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « La police administrative »  : […] En droit administratif, l'application essentielle de la notion d'ordre public concerne la théorie de la police administrative et définit les buts en vue desquels les mesures de police administrative peuvent être légalement prises. C'est ainsi que la police municipale – dont le maire est chargé, sous la surveillance de l'administration supérieure – « a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-public/#i_19402

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Attestée depuis l’Antiquité gréco-romaine, voire en des temps plus reculés, la prostitution est réputée être « le plus vieux métier du monde ». Pourtant, la définir a toujours suscité de nombreux débats. Le paiement de prestations sexuelles n’a jamais été considéré comme une banale rémunération et la pratique prostitutionnelle a sans cesse été confrontée aux mœurs et aux lois, qui sont les reflet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-en-europe-histoire-de-la/#i_19402

PROSTITUTION AU MOYEN ÂGE

  • Écrit par 
  • Amélie MAUGÈRE
  •  • 2 352 mots
  •  • 2 médias

Dans les sociétés occidentales contemporaines, la prostitution consiste à offrir une prestation de nature sexuelle en échange d’une rémunération. Toutefois, dans le langage courant, les termes « prostituée » ou « putain » sont utilisés pour désigner des femmes qui ont des comportements jugés transgressifs par rapport aux rôles traditionnels qui leur sont réservés. Cette confusion n’est pas sans év […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-au-moyen-age/#i_19402

PROSTITUTION À L'ÉPOQUE MODERNE (XVe-XVIIIe SIÈCLES)

  • Écrit par 
  • Amélie MAUGÈRE
  •  • 3 105 mots
  •  • 3 médias

Du xvi e au xviii e   siècle, les institutions et les mœurs de la société occidentale moderne distinguent encore mal les notions de prostitution et de débauche. L’adjectif « publique », souvent accolé à ces deux termes, révèle que l’indignation générale repose sur le car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-a-l-epoque-moderne-xve-xviiie-siecles/#i_19402

PROSTITUTION DE 1789 À 1949

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 2 194 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Révolution française contre la dépravation des mœurs »  : […] Les cahiers de doléances rédigés pour la réunion des États généraux de 1789 réclament un contrôle du recrutement des prostituées et des réseaux de maquerellage, la concentration géographique des filles de joie et la répression de la prostitution non dissimulée, sans toutefois chercher les causes du phénomène. Les révolutionnaires, qui lient la liberté aux bonnes mœurs publiques, jugent sévèrement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution/#i_19402

PROSTITUTION DE 1949 À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • Lilian MATHIEU
  •  • 2 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une activité privée légalement contrainte et en pleine mutation »  : […] Rendre illégales l’organisation et l’exploitation de la prostitution d’autrui revient à en interdire l’exercice dans des établissements spécialisés tels que les maisons closes (fermées en France en 1946), les salons de massage ou les hôtels de passe, obligeant les prostituées à rencontrer leurs clients à l’extérieur, c’est-à-dire le plus souvent dans la rue. De discrète puisque recluse, leur acti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-de-1949-a-nos-jours/#i_19402

SOCIABILITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 511 mots

Dans le chapitre « Analyser la sociabilité »  : […] Il revient à Maurice Agulhon d'avoir analysé, avec Le Cercle dans la France bourgeoise 1810-1848 (1977), la mutation d'une sociabilité – définie comme « l'aptitude générale à vivre intensément les relations publiques » –, au sein d'une classe à laquelle ce terme n'a pas semblé davantage s'appliquer qu'à la noblesse. Agulhon relève en effet, dans son texte introductif « La So […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite-notion-de/#i_19402

TRAITÉ DU DÉLIRE, APPLIQUÉ À LA MÉDECINE, À LA MORALE ET À LA LÉGISLATION

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 972 mots

Dans le chapitre « Délire et folie »  : […] Fodéré est convaincu que folie, crime et civilisation constituent trois phénomènes interdépendants. Ce ne sont pas la pauvreté et le défaut d’instruction qui conduisent aux actes criminels ou aux comportements délirants. Bien plutôt, le progrès et la diffusion des biens et des savoirs – dans la mesure où ils entraînent l’illusion d’une « indépendance religieuse, morale et matérielle » – sont les c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-du-delire-applique-a-la-medecine-a-la-morale-et-a-la-legislation/#i_19402

Voir aussi

Pour citer l’article

François BOURRICAUD, « MŒURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/