MODE, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mode dévêtue : travaux empiriques

La mode n'est pas réductible aux changements qui affectent l'habillement ou la parure. En un sens plus général, la notion désigne la transformation incessante et à tendance cyclique, dans toutes sortes de domaines, des préférences propres aux membres d'une société donnée. Ainsi entendu, le phénomène de mode est un objet central pour la sociologie car il est l'exemple le plus pur de sa question fondamentale : comment les préférences individuelles constituent-elles – ou se conforment-elles – à une préférence collective ? Les recherches empiriques récentes se sont détournées de la mode vestimentaire pour s'orienter vers des matériaux plus pertinents et plus facilement exploitables, en particulier les prénoms.

Au début du xxe siècle, quand la sociologie se constituait comme discipline, la mode, qu'on en traite directement ou qu'on l'évoque à des fins d'illustration, était quasiment la référence obligée qui permettait de manifester, de la manière la plus commune, la part du social dans les comportements individuels. Comme forme de régulation sociale, comme mécanisme ou expression du changement et de la stratification, ses rapports avec les problèmes centraux de la sociologie paraissaient aller de soi. Comment expliquer alors la pauvreté des études empiriques sur le sujet, contrastant avec la caractérisation rituelle de la mode comme « phénomène social par excellence » ?

Un des grands obstacles au développement de travaux empiriques a été l'identification très forte du mot « mode » à la mode vestimentaire, sinon au vêtement lui-même. La littérature sociologique ou parasociologique sur la mode s'est, avec constance, empêtrée dans les chiffons. Or la mode vestimentaire est un exemple particulièrement impur du phénomène. Le choix d'un vêtement est en partie déterminé par sa disponibilité et par son coût. De plus, dans ce cas, chacun sait (plus ou moins) qu'il se conforme (plus ou moins) à la tendance collective du moment. Or ce qui est fascinant dans le phénomène de mode, c'est qu'il est l'exe [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MODE, sociologie  » est également traité dans :

BALMAIN PIERRE (1914-1982)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 764 mots
  •  • 2 médias

Créateur réputé de la « Jolie Madame », Pierre Balmain symbolise la haute couture de l'après-guerre dans ce qu'elle eut de raffiné, de parisien . Né à Saint-Jean de Maurienne, il vient à Paris effectuer des études d'architecture en 1933, mais sa vraie vocation est la couture : engagé dans l'équipe parisienne de Molyneux, il s'y familiarise avec les lois de l'élégance retenue de ce couturier brita […] Lire la suite

CARDIN PIERRE (1922- )

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 1 045 mots

Le couturier français Pierre Cardin est né en 1922 à Sant'Andrea di Barbarana, dans la province de Trévise. Il entre à quatorze ans chez un tailleur de Saint-Étienne et y reçoit sa première formation. Pendant la guerre, il s'adjoint à l'équipe de la maison de couture Regoly, à Vichy. Venu à Paris après la Libération, il entre chez Paquin, important salon de couture animé alors par Antonio del Cast […] Lire la suite

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Mobilité des objets, circulation des idées »  : […] Entre pratique savante et divertissement, goût privé et marché de l'art, mode et histoire, le collectionnisme est un monde en mouvement, à la différence de l'univers stable du musée. Quels sont les facteurs de cette mobilité ? La collection est rarement un univers clos. Le plaisir de son propriétaire, tel le cousin Pons, est de dénicher un objet nouveau, et de faire remettre ses objets sur le marc […] Lire la suite

MODERNITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD, 
  • Alain BRUNN, 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 8 051 mots

Dans le chapitre « Mass media, mode et culture de masse »  : […] Cette tendance fondamentale est suractivée depuis le xx e  siècle par la diffusion industrielle des moyens culturels, l'extension d'une culture de masse et l'intervention gigantesque des médias (presse, cinéma, radio, télévision, publicité). Le caractère éphémère des contenus et des formes s'est accentué, les révolutions de style, de mode, d'écriture, de mœurs ne se comptent plus. En se radicali […] Lire la suite

DANDYSME

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 981 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le passage au type : Barbey, Baudelaire »  : […] Inimitable, Brummell n'en constitue pas moins une figure essentielle des clubs londoniens et de la littérature anglaise à la mode, les fashionable novels . Byron , le premier à affirmer qu'il aurait préféré être Brummell plutôt que Napoléon, contribue à faire du personnage un héros romantique. Tourné en dérision par Carlyle qui présente le dandysme comme une secte superstitieuse centrée sur l'ado […] Lire la suite

INSTITUTIONNALISME, économie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques GISLAIN
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « L'approche évolutionnaire de l'institution »  : […] En rupture avec la vision orthodoxe de l'économie, la notion d'institution est comprise comme une construction sociale des actions économiques individuelles. Dans cette optique, Thorstein B. Veblen (1857-1929) appelle institution une habitude mentale spécifique, une façon particulière de penser et d'agir dans le domaine économique, tandis que John R. Commons (1862-1945) la définit comme l'action […] Lire la suite

MARQUE, marketing

  • Écrit par 
  • Jean-Noël KAPFERER
  •  • 6 498 mots

Dans le chapitre « La marque : une source de valeurs ajoutées »  : […] Pour se développer, la marque doit être plus qu'un repère de valeurs ; elle doit être porteuse de valeurs ajoutées. Antoine Riboud, fondateur du groupe Danone, disait à ses équipes : « Ne dites pas que vous vendez des yaourts, vous vendez des Danone. » C'est-à-dire un mélange de santé, de modernité, de plaisir aussi, jamais démentis. Face à une concurrence qui ne cesse de progresser, le rôle de la […] Lire la suite

MERVEILLEUSE

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 284 mots
  •  • 1 média

La Révolution française avait suscité un vif engouement pour tout ce qui rappelait les républiques d'Athènes ou de Rome. Mais c'est après la Terreur, sous le Directoire, que le type d'élégante dite merveilleuse fait fureur. Les costumes à la romaine sont adoptés par les femmes aux formes amples, tandis que les plus jeunes et les plus sveltes font copier les modèles offerts par la statuaire grecque […] Lire la suite

MODE - Le phénomène et son évolution

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 11 182 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les lois somptuaires »  : […] La législation somptuaire, qui connaît un grand développement en Europe entre le Moyen Âge et le xviii e  siècle, reflète directement des aspects sociaux, politiques et économiques de la mode. Le nombre des lois somptuaires est impressionnant pour chaque période clé de l'histoire du costume occidental. L'historien François Boucher en a recensé quatre à Florence entre 1330 et 1335, deux à Bologne […] Lire la suite

MODE - Histoire et composantes

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  • , Universalis
  •  • 12 465 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Stagnation de la confection française jusqu'en 1945 »  : […] En France, le système de la mode est pyramidal : au sommet trône la haute couture, qui dicte les tendances dont s'inspirent la « moyenne couture », la « petite couture » et la confection. Il n'existe guère de contact entre couture et confection. Les modèles de couture (toiles et patrons) sont vendus à l'étranger pour y être reproduits industriellement ; ils ne le sont pas en France, depuis 1896, a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe BESNARD, Olivier BURGELIN, « MODE, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-sociologie/