MODELe phénomène et son évolution

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'économie de la mode : production, distribution et consommation

Les corporations

Les premiers statuts des communautés de métiers parisiens, recueillis entre 1261 et 1265, sont consignés dans le livre d'Étienne Boileau, garde de la prévôté de Paris. Alfred Franklin, dans une étude intitulée Les Corporations ouvrières de Paris du XIIe au XVIIIe siècle. Histoire, statuts, armoiries (Firmin-Didot, Paris, 1884), en retrace l'historique. Jusqu'à l'abolition de ces corporations pendant la Révolution (1791), le client procède donc à l'achat des matériaux chez le drapier et le mercier avant de les confier au tailleur, dont la corporation ne s'organise qu'assez tardivement, au début du xve siècle. Les fripiers forment un corps de métier influent, étant au cœur de la consommation vestimentaire. Installés à Paris dans la Halle au vieux linge, dans le quartier du Temple, ils rachètent aux élégants leurs vêtements et reprennent aux tailleurs leurs laissés-pour-compte. Le fripier, qui habille la moitié de la population, revend donc des vêtements usagés.

Ne travaillant que sur commande, les tailleurs détiennent le privilège d'habiller les hommes et les femmes jusqu'en 1675, date à laquelle un édit de Louis XIV accorde aux couturières le droit d'habiller les femmes. Mais la fabrication de la robe ou du vêtement de dessus et du corset reste le monopole du tailleur. À la fin du xviiie siècle, mille sept cents couturières sont recensées à Paris ; elles ont quatre spécialités : les vêtements de femmes, les vêtements d'enfants, le linge et les garnitures.

Les rapports que ces corporations entretiennent avec la mode influent sur leur existence même ou sur leur développement. Sous Henri IV, Jean Robin, qui est horticulteur, se serait ainsi entendu avec Pierre Vallet, brodeur du roi, pour créer un jardin dans lequel ils assemblaient des plantes rares qui fournissaient aux brodeurs des nuances et des dessins nouveaux. Toujours au début du xviie siècle, la mode des costumes tailladés, crevés et découpés, ornés de rubans gaufrés, aurait entraîné la création d'un nouveau corps de métier, celui des maîtres découpeurs-gaufreurs-égratigneurs.

L'historien de ces corporations, Alfred Franklin, note que l'année 1673, date de la création de la corporation des barbiers-baigneurs-étuvistes-perruquiers, est précisément celle où Louis XIV consent à porter perruque ! Dans l'Encyclopédie (t. X, 1755, réimpr. en fac-similé, éd. Verlag, Stuttgart, 1966), Diderot relève encore l'influence des marchands de mode, issus du corps des merciers, qui « vendent seulement tout ce qui regarde les ajustements et la parure des hommes et des femmes que l'on appelle ornemens et agrémens. Souvent, ce sont eux qui les posent sur les habillemens et qui inventent la façon de les poser. Ils font aussi des coëffures et les montent comme les coëffeurs ». En faisant ce commentaire, « le couturier est le maçon du vêtement [...], la marchande de mode en créant est l'architecte et le décorateur par excellence », Sébastien Mercier, auteur du monumental Tableau de Paris (1781-1788, rééd. coll. Bouquins, Robert Laffont) incite à rappeler les activités des marchandes de mode, Mme Eloffe et Rose Bertin. L'historien Daniel Roche rappelle que celles-ci possèdent en effet auprès de la reine Marie-Antoinette l'une « le quasi-privilège de la fourniture royale des habits [et] des ornements, [et la seconde] celle des bonnets et de leur décoration compliquée ».

La haute couture

En s'installant à Paris, au 7, rue de la Paix, en 1858, le couturier Charles Frédéric Worth (1825-1895) pose les fondements de la structure de la haute couture telle que nous la connaissons aujourd'hui. Proposant à ses clientes des modèles fabriqués sur mesure dans le tissu de son choix, il instaure des méthodes proprement nouvelles. Portant sa marque, les modèles sont présentés sur des mannequins vivants, véritables sosies de la cliente. Au début du xxe siècle, Jeanne Paquin (1869-1936) a l'idée de faire défiler en public ces mannequins.

Charles Frederick Worth

Photographie : Charles Frederick Worth

D'origine anglaise, Charles Frederick Worth (1825-1895), considéré comme le père de la haute couture, s'établit à Paris en 1845. Photographie en noir et blanc, vers 1870. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La Chambre syndicale de la couture parisienne a été créée le 14 décembre 1910. L'ancienne Chambre, fondée en 1868 et dénommée Chambre syndicale de la couture, des confectionneurs et des tailleurs pour dame, regroupait donc la couture et la confection. L'usage du mot « couturier » s'était répandu depuis 1870. Quand, en 1910, la couture se constitue en profession autonome, son statut est ainsi défini par arrêté ministériel : les maisons font de la couture sur mesure, elles emploient au moins vingt salariés dans les ateliers, elles présentent deux fois par an (collections de printemps-été et d'automne-hiver) au moins soixante-quinze modèles sur des mannequins vivants et proposent ces mêmes collections au moins quarante-cinq fois par an à la clientèle particulière. Le nombre des maisons de couture a considérablement varié depuis 1910. On en dénombre vingt en 1900 (Exposition universelle), soixante-quinze en 1925 (Exposition des arts décoratifs) et vingt-neuf seulement en 1937 (Exposition des arts et techniques). De 1946 à 1967, le nombre des maisons de couture a chuté de cent six à dix-neuf. La Chambre syndicale en compte vingt au début des années 2000 (Pierre Balmain, Pierre Cardin, Carven, Chanel, Christian Dior, Emanuel Ungaro, Hubert de Givenchy, Christian Lacroix, Guy Laroche, Hanae Mori, Jean-Louis Scherrer, Lecoanet-Hémant, Louis Féraud, Nina Ricci, Paco Rabanne, Per Spook, Philippe Venet, Ted Lapidus, Torrente et Yves Saint Laurent) et une dizaine dans les années 2010.

Tailleur Chanel

Photographie : Tailleur Chanel

Le style Chanel : Gabrielle Chanel, dite Coco (1883-1971) dans un de ses célèbres tailleurs. Photographie en noir et blanc, 1932. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Jean-Louis Scherrer

Photographie : Jean-Louis Scherrer

En 1980, Jean-Louis Scherrer reçoit le prix du dé d'or de la haute couture pour sa collection « Russe » automne-hiver 1980-1981. 

Crédits : P. Vauthey/ Sygma/ Corbis

Afficher

En 1993, une réforme des statuts de la haute couture, menée à l'instigation du ministère de l'Industrie, a levé l'obligation d'employer au moins vingt ouvrières et de présenter à la clientèle les modèles sur des mannequins vivants. Le nombre des passages d'une collection est ramené à cinquante. La maison de couture est toutefois contrainte d'installer à Paris ses ateliers de création et de fabrication. Bien que génératrice d'excédents dans la balance économique de la France, la haute couture connaît, à intervalles réguliers depuis les années 1930, des périodes de crise qui remettent toujours en question son rôle de laboratoire d'idées. De son existence dépend aussi le savoir-faire artisanal de grande qualité de brodeurs, plumassiers, paruriers, modistes, fabricants de tissu, teinturiers, plisseurs, fabricants de boutons, de fleurs...

Depuis le début du xxe siècle, la haute couture a diversifié ses activités, baptisant de sa grif [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Défilé de mode

Défilé de mode
Crédits : Anton Oparin/ Shutterstock

photographie

Charles Frederick Worth

Charles Frederick Worth
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Tailleur Chanel

Tailleur Chanel
Crédits : Hulton Getty

photographie

Jean-Louis Scherrer

Jean-Louis Scherrer
Crédits : P. Vauthey/ Sygma/ Corbis

photographie

Afficher les 23 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef du patrimoine au département design du Musée national d'art moderne-Centre Georges-Pompidou

Classification

Autres références

«  MODE  » est également traité dans :

MODE - Histoire et composantes

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  • , Universalis
  •  • 12 469 mots
  •  • 9 médias

Élément principal de tout art du costume, la silhouette évolue au gré des variations économiques et des changements qui affectent notre vie. Il revient aux modes vestimentaires de s'accommoder tant bien que mal de cet impératif. Entre standardisation et personnalisation, la mode, traversée par l'idéal paradoxal d'un Beau non point intemporel mais éphémère, va mettre en avant ou au contraire dissim […] Lire la suite

MODE DES ANNÉES 1960 - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 144 mots

1955 Mary Quant ouvre sa boutique Bazaar dans King's Road à Londres.1958 Mary Quant dessine sa première mini-robe.1963 Le coiffeur londonien Vidal Sassoon crée la coupe Bob, adoptée aussitôt par Mary Quant.1964 Vogue du « panty » dont […] Lire la suite

MODE ET MATÉRIAUX SYNTHÉTIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 194 mots

1924 Commercialisation de la rayonne, soie artificielle qui habillera des millions de jambes de femmes pendant l'entre-deux-guerres.1938 Le Nylon, un polyamide découvert par Du Pont de Nemours, est la première fibre synthétique à être mise sur le marché. Son usage se popularise après la Seconde Guerre mondiale. […] Lire la suite

MUTATIONS // MODE 1960-2000 (exposition)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 1 115 mots

Avant-hier, le Nylon et ses premiers bas, le Tergal et ses pantalons à pli permanent ; hier, le Lycra et ses bodies élastiques ; aujourd'hui, la respiration du Gore-Tex, la caresse du Tactel : il en va de certains textiles comme de certaines chansons, leurs noms sont associés à une époque, à des façons d'être. Avec eux ressurgissent les utopies naïves et éphém […] Lire la suite

PARADES ET PARURES. L'INVENTION DU CORPS DE MODE À LA FIN DU MOYEN ÂGE (O. Blanc)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 1 274 mots

L'occasion est rare de voir des historiens faire de la mode un objet d'études. Il convenait donc de se réjouir de la publication du livre d'Odile Blanc Parades et parures (Gallimard, Paris 1997). Et ce d'autant plus qu'il était accueilli dans une collection, Le Temps des images, à la maquette élégante, qui a gagné son pari de hisser le document iconographique au rang de matière […] Lire la suite

AGHION GABY (1921-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 383 mots

La créatrice française Gaby Aghion fonda en 1952 la maison de mode Chloé, qui introduisit le prêt-à-porter dans le monde parisien de la haute couture des années 1950. Gabrielle Hanoka naît à Alexandrie (Égypte) le 3 mars 1921. De sa famille aisée qui suit l’actualité de la mode, elle reçoit une éducation d’influence française. En 1945, elle s’installe avec son mari, le militant communiste Raymond […] Lire la suite

ALAÏA AZZEDINE (1940-2017)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 889 mots
  •  • 1 média

D'un talent hardi et original, Azzedine Alaïa a accompli une double carrière d'exigeant technicien de la mode et de créateur adulé qui le situe parmi les grands maîtres de l'esthétique contemporaine. Il a introduit la notion d'une élégance issue d'une minutieuse construction de la silhouette féminine , épousée par des vêtements de cuir, de maille, et dont il souligne amoureusement les courbes grâc […] Lire la suite

ARNODIN MAÏMÉ (1916-2003)

  • Écrit par 
  • Marie-José LEPICARD
  •  • 692 mots

Au début des années 1960, la Française Maïmé Arnodin a inventé un nouveau métier dans la mode, en montant le premier bureau de style couplé à une agence de publicité. Elle le fit dans l'enthousiasme, avec le projet d'une vie meilleure, plus dynamique, plus esthétique, et correspondant mieux à la vie des femmes telle qu'elle la voyait arriver. Elle était née Maïmé Hentsch, en 1916, dans une famille […] Lire la suite

ART DE LA MODE L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise TÉTART-VITTU
  •  • 574 mots

La longue existence de ce journal de luxe (1881-1972) illustre la mutation opérée depuis cent ans par les journaux de mode. En 1880 les journaux les plus diffusés, La Mode illustrée , Le Moniteur de la mode , ont perdu tout caractère artistique, et l'édition française est concurrencée par la presse viennoise. Néanmoins il existe en France un courant littéraire intéressé par la mode et là où Mallar […] Lire la suite

BALENCIAGA CRISTOBAL (1895-1972)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 999 mots

Issu d'un modeste village de pêcheurs en Espagne, Balenciaga, « le couturier des couturiers », est devenu l'arbitre de l'élégance parisienne. Soucieux de rejeter les effets faciles alors que dans le contexte de l'après-guerre la mode se livre à des jeux frivoles, Balenciaga donne une vision très structurée et exigeante du vêtement. Encouragé dans son enfance par la marquise de Casa Torres, la femm […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Valérie GUILLAUME, « MODE - Le phénomène et son évolution », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-le-phenomene-et-son-evolution/