MODEHistoire et composantes

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Silhouette

Pendant des siècles, en Occident, l'esthétique du corps demeura tributaire de l'image de la maternité pour la femme, et de celle de la puissance et de la réussite chez l'homme. L'apparence du corps, domestiquée par le vêtement, régie par les modes successives, traduisait l'évolution des canons esthétiques de la société. Pour se socialiser, le corps s'est déformé : il « se donne, écrit France Borel, comme une matière première souple, malléable et transformable, une sorte de pâte à modeler se pliant docilement aux volontés et aux désirs sociaux ». C'est ainsi que l'histoire de la mode apparaît comme une longue suite de silhouettes parfois étranges et souvent antagonistes. Cette ordonnance régulière qui, au xxe siècle, égrène une silhouette nouvelle à chaque décennie, s'achève à la fin des années 1960.

Le brouillage qui survient alors est certes imputable au manque de recul historique, à cette « durée mémorable » et subjective décrite par Roland Barthes dans « Le Système de la mode » en 1967 : « Les changements de mode apparaissent réguliers si l'on considère une durée historique relativement longue, et irréguliers si l'on réduit cette durée aux quelques années qui précèdent le moment auquel on se place ; régulière de loin et anarchique de près, la mode semble ainsi disposer de deux durées : l'une proprement historique, l'autre que l'on pourrait appeler mémorable, parce qu'elle met en jeu la mémoire qu'une femme peut avoir des modes qui ont précédé la mode de l'année. » Mais cette confusion résulte également des profondes mutations sociologiques, économiques et esthétiques survenues depuis la fin des années 1960. L'image de la jeunesse s'est imposée comme critère quasi exclusif de beauté. Le corps s'est transformé. Plus grand, plus tonique, plus musclé, voulant préserver éternellement les attributs de la jeunesse, il est parvenu à soumettre le vêtement à ses exigences. Il nécessite désormais des soins sophistiqués, à tel point que dans la construction des apparences, au début du xxie siècle, l'habillement apparaît presque comme secondaire...

Une succession de silhouettes antagonistes

Ouvrant une nouvelle ère pour la mode, la Révolution française, en abolissant les lois somptuaires, le 8 brumaire de l'an II (29 octobre 1793), a permis à chacun de se vêtir à sa guise. Puis, la confection, fille de l'ère industrielle, s'est employée à démocratiser les innovations de la bourgeoisie. La silhouette masculine s'est stabilisée. L'homme a opté pour l'uniforme de la modernité. Oubliant la parure, il s'est enfermé dans un sombre complet-veston qui ne variera plus que dans le détail. La silhouette féminine, en revanche, a connu des transformations incessantes, de plus en plus rapides. Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, le corps féminin a fait l'objet de spectaculaires déformations. « En l'espace d'un demi-siècle, on a pu voir successivement le triomphe éclatant, insolent même, des ventres ballonnés, des reins ensellés, des tailles rétrécies, des hanches proéminentes, des ventres en avant, des dos voûtés, des thorax aplatis... un vrai défilé de toutes sortes de défauts ou tares, de tous les genres d'aspects, depuis la rondeur adipeuse jusqu'à l'extrême platitude » (Georges Hébert, Muscle et beauté plastique féminine, 1942).

L'évolution de la silhouette féminine en France, du début du XXe au début du XXIe siècle

Dessin : L'évolution de la silhouette féminine en France, du début du XXe au début du XXIe siècle

En 2003-2004, une campagne nationale de mensurations a été réalisée par l'Institut français du textile et de l'habillement, afin d'apporter aux industriels de la mode de nouveaux barèmes leur permettant de réajuster leurs patrons en fonction des morphologies réelles de leurs clients. 

Crédits : C. Ormen

Afficher

Le bouleversement de la Première Guerre mondiale

Les années 1920 voient une rupture fondamentale s'opérer dans l'ordre des apparences : les événements ont inversé les rôles et chamboulé le concept de féminité. La guerre, qui mit les femmes au travail, eut un impact direct sur la silhouette : les paniers, crinolines, tournures ou les jupons encombrants ont été supprimés, tout comme le corset qui, jusqu'à ce que Poiret l'élimine, avant guerre, enserrait le buste féminin. La simplification des formes et des usages, la généralisation du tailleur comme uniforme quotidien, le développement de caractéristiques pratiques (raccourcissement des jupes, apparition des poches, etc.) se sont propagés durant le conflit. La femme s'est libérée des carcans et artifices qui dessinaient jusqu'alors les volumes de son corps.

L'après-guerre parachève le changement. Les femmes s'opposent au désir des hommes de les replacer là où ils les avaient laissées avant guerre. Elles résistent, au moins par les apparences, en jouant la carte d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

L'évolution de la silhouette féminine en France, du début du XXe au début du XXIe siècle

L'évolution de la silhouette féminine en France, du début du XXe au début du XXIe siècle
Crédits : C. Ormen

dessin

Manteau et robe signés J. Fath

Manteau et robe signés J. Fath
Crédits : Martin Dutkovitch/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Twiggy

Twiggy
Crédits : Hulton Getty

photographie

André Courrèges

André Courrèges
Crédits : J. Burlot/ Apis/ Sygma/ Corbis

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MODE  » est également traité dans :

MODE - Le phénomène et son évolution

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 11 192 mots
  •  • 23 médias

Il est communément admis que le costume ou la coutume – deux termes d'acception proche que l'on a longtemps confondus – deviennent « objets de la mode » en France, au milieu du xive siècle, c'est-à-dire qu'ils se dotent d'une grammaire spécifique ordonnée selon un temps, désormais cyclique, fait de périodes plus ou moins longues (de cinq à dix ans env […] Lire la suite

MODE DES ANNÉES 1960 - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 144 mots

1955 Mary Quant ouvre sa boutique Bazaar dans King's Road à Londres.1958 Mary Quant dessine sa première mini-robe.1963 Le coiffeur londonien Vidal Sassoon crée la coupe Bob, adoptée aussitôt par Mary Quant.1964 Vogue du « panty » dont […] Lire la suite

MODE ET MATÉRIAUX SYNTHÉTIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 194 mots

1924 Commercialisation de la rayonne, soie artificielle qui habillera des millions de jambes de femmes pendant l'entre-deux-guerres.1938 Le Nylon, un polyamide découvert par Du Pont de Nemours, est la première fibre synthétique à être mise sur le marché. Son usage se popularise après la Seconde Guerre mondiale. […] Lire la suite

MUTATIONS // MODE 1960-2000 (exposition)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 1 115 mots

Avant-hier, le Nylon et ses premiers bas, le Tergal et ses pantalons à pli permanent ; hier, le Lycra et ses bodies élastiques ; aujourd'hui, la respiration du Gore-Tex, la caresse du Tactel : il en va de certains textiles comme de certaines chansons, leurs noms sont associés à une époque, à des façons d'être. Avec eux ressurgissent les utopies naïves et éphém […] Lire la suite

PARADES ET PARURES. L'INVENTION DU CORPS DE MODE À LA FIN DU MOYEN ÂGE (O. Blanc)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 1 274 mots

L'occasion est rare de voir des historiens faire de la mode un objet d'études. Il convenait donc de se réjouir de la publication du livre d'Odile Blanc Parades et parures (Gallimard, Paris 1997). Et ce d'autant plus qu'il était accueilli dans une collection, Le Temps des images, à la maquette élégante, qui a gagné son pari de hisser le document iconographique au rang de matière […] Lire la suite

AGHION GABY (1921-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 383 mots

La créatrice française Gaby Aghion fonda en 1952 la maison de mode Chloé, qui introduisit le prêt-à-porter dans le monde parisien de la haute couture des années 1950. Gabrielle Hanoka naît à Alexandrie (Égypte) le 3 mars 1921. De sa famille aisée qui suit l’actualité de la mode, elle reçoit une éducation d’influence française. En 1945, elle s’installe avec son mari, le militant communiste Raymond […] Lire la suite

ALAÏA AZZEDINE (1940-2017)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 889 mots
  •  • 1 média

D'un talent hardi et original, Azzedine Alaïa a accompli une double carrière d'exigeant technicien de la mode et de créateur adulé qui le situe parmi les grands maîtres de l'esthétique contemporaine. Il a introduit la notion d'une élégance issue d'une minutieuse construction de la silhouette féminine , épousée par des vêtements de cuir, de maille, et dont il souligne amoureusement les courbes grâc […] Lire la suite

ARNODIN MAÏMÉ (1916-2003)

  • Écrit par 
  • Marie-José LEPICARD
  •  • 692 mots

Au début des années 1960, la Française Maïmé Arnodin a inventé un nouveau métier dans la mode, en montant le premier bureau de style couplé à une agence de publicité. Elle le fit dans l'enthousiasme, avec le projet d'une vie meilleure, plus dynamique, plus esthétique, et correspondant mieux à la vie des femmes telle qu'elle la voyait arriver. Elle était née Maïmé Hentsch, en 1916, dans une famille […] Lire la suite

ART DE LA MODE L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise TÉTART-VITTU
  •  • 574 mots

La longue existence de ce journal de luxe (1881-1972) illustre la mutation opérée depuis cent ans par les journaux de mode. En 1880 les journaux les plus diffusés, La Mode illustrée , Le Moniteur de la mode , ont perdu tout caractère artistique, et l'édition française est concurrencée par la presse viennoise. Néanmoins il existe en France un courant littéraire intéressé par la mode et là où Mallar […] Lire la suite

BALENCIAGA CRISTOBAL (1895-1972)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 999 mots

Issu d'un modeste village de pêcheurs en Espagne, Balenciaga, « le couturier des couturiers », est devenu l'arbitre de l'élégance parisienne. Soucieux de rejeter les effets faciles alors que dans le contexte de l'après-guerre la mode se livre à des jeux frivoles, Balenciaga donne une vision très structurée et exigeante du vêtement. Encouragé dans son enfance par la marquise de Casa Torres, la femm […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine ORMEN, « MODE - Histoire et composantes », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-histoire-et-composantes/