PLANCK MISSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Satellite Planck

Satellite Planck
Crédits : ESA

photographie

Évolution de l'Univers

Évolution de l'Univers
Crédits : WMAP Science Team/ NASA

photographie

Carte du ciel micro-onde réalisée d'après les observations du satellite Planck

Carte du ciel micro-onde réalisée d'après les observations du satellite Planck
Crédits : HFI and LFI consortia/ ESA

photographie

Image de l'Univers obtenue par la satellite Planck

Image de l'Univers obtenue par la satellite Planck
Crédits : ESA

photographie

Tous les médias


Confirmation de l'expansion cosmologique

La mission européenne Planck, observatoire européen placé dans l’espace, fut conçue en 1995 afin de mesurer avec une précision inégalée les minuscules fluctuations (anisotropies) que présentait, selon la direction d’observation, l’intensité du rayonnement thermique du fond diffus cosmologique (cosmological microwave background ou C.M.B.), découvert en 1965. En effet, ces anisotropies contiennent une information considérable sur l’Univers primordial et son évolution en galaxies. Leur mesure fournit un test très fin de la description théorique que la physique peut proposer pour ces époques lointaines. L’observatoire Planck fut lancé le 14 mai 2009, placé au point de Lagrange L2, et il observa l’ensemble des directions de la sphère céleste, avec une résolution angulaire de quelques minutes d’angle et sans discontinuer, du 12 août 2009 au 23 octobre 2013. Après cette date, l’épuisement de l’hélium liquide ne permettait plus de refroidir les 74 détecteurs embarqués, couvrant au sein de deux instruments distincts (LFI et HFI) un large intervalle de radiofréquences, entre 25 (1,2 cm de longueur d’onde) et 1 000 gigahertz (submillimétrique). La collaboration Planck est une équipe de près de cinq cents chercheurs, principalement mais non exclusivement européens qui, après avoir conçu et réalisé les instruments dans les laboratoires et l’industrie, ont suivi avec l’Agence spatiale européenne le déroulement de la mission, en opérant les instruments, analysant les données, rendant publics les résultats et les présentant sous forme d’articles, de cartes et d’archives des mesures, ouvertes à tous. La moisson est telle qu’après une première diffusion en 2014, une seconde série de trente-huit publications est sortie en 2015, d’autres étant encore en attente : soit 154 articles publiés ou soumis. L’ensemble mobilisera la communauté des cosmologistes et nombre de physiciens pour une décennie ou davantage.

Rayonnement et polarisation

Initialement conçus en 1995 pour la seule mesure de l’intensité du rayonnement thermique, les deux instruments é [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS
  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau
  • : professeur émérite de l'université Paris-VII-Denis-Diderot, membre de l'Académie des sciences

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Cécile RENAULT, Bernard PIRE, Pierre LÉNA, « PLANCK MISSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mission-planck/