JUNO MISSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origine de la mission et choix de l’orbite

En 1995, avant d’être placée sur l’orbite de Jupiter, la sonde spatiale Galileo a largué un module qui a plongé dans l’atmosphère de cette planète pour en mesurer sa composition. En dépit du succès de cette opération, ce module – qui a atteint des niveaux profonds où la température dépassait 150 0C – est tombé dans une zone très sèche de Jupiter, ce qui n’a pas permis une mesure de l’abondance d’eau en profondeur. La même année, 51 Pegasi b, une planète de masse similaire à celle de Jupiter, est découverte autour d’une étoile autre que le Soleil. La mise en évidence de cette exoplanète relance alors l’étude de Jupiter, la planète géante la plus proche de la Terre, mais avec une approche globale. Pour cela, il est nécessaire de s’approcher de cette dernière relativement près tout en évitant les dangereuses ceintures de radiations. Une orbite polaire très excentrée est alors préférée à l'orbite quasi équatoriale des précédentes missions. Ainsi, avec une trajectoire inclinée à 90 degrés par rapport au plan équatorial de Jupiter, la sonde spatiale Juno survolera l’ensemble de la surface de cet astre (pôles compris) pour en obtenir un aperçu détaillé. Au plus près, la sonde ne sera qu’à quelque 5 000 kilomètres au-dessus des nuages de Jupiter (350 000 km pour la sonde Galileo, à l’exception du module qui est entré dans l’atmosphère), cette distance étant faible en comparaison des 142 000 kilomètres de diamètre de cette planète. La sonde ne devrait pouvoir survivre que le temps d'une trentaine d’orbites (c’est-à-dire un an environ) dans cet environnement hostile, en raison des dégâts causés aux instruments par les particules de haute énergie. Pour s’alimenter en énergie, la sonde spatiale utilisera trois panneaux solaires de près de huit mètres chacun.

En 2005, Juno est sélectionnée en tant que deuxième mission du programme New Frontiers qui regroupe les missions spatiales d’exploration du système solaire planifiées par la NASA et nécessitant un certain budget.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  JUNO MISSION  » est également traité dans :

EXPLORATION DU SYSTÈME SOLAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 511 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Jupiter »  : […] Survolée à plusieurs reprises dans les années 1970, la plus grosse planète du système solaire a été la cible de la sonde Galileo, lancée en 1989. En décembre 1995, le module principal fut placé sur son orbite tandis que la sonde d’exploration faisait son entrée dans l’atmosphère jovienne : elle a pénétré jusqu’à 200 kilomètres et transmis des informations pendant 59 minutes avant que l’énorme pres […] Lire la suite

PLANÈTES

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 3 739 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’exploration des planètes »  : […] À la suite des découvertes de Galilée, l’observation des planètes avec les télescopes a permis d’étudier la morphologie de leur atmosphère ou de leur surface et certains phénomènes comme celui de la Grande Tache rouge, vaste tourbillon présent dans l’atmosphère de Jupiter depuis plus de trois siècles. Plus tard, au début du xx e  siècle, avec l’apparition de la spectroscopie – science qui analyse […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan GUILLOT, « JUNO MISSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mission-juno/