MINIATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les techniques

Il convient d'exclure ici la miniature à l'huile, sur bois ou sur métal, qui relève directement de la peinture. La miniature, au xvie siècle, utilise la gouache sur parchemin ; au moment où elle s'émancipe du livre enluminé, le parchemin est tendu sur un carton de faibles dimensions, souvent une carte à jouer. Dans les débuts, les personnages se détachent sur des fonds unis, surtout bleus ; les ombres sont à peine indiquées et les détails des vêtements exécutés avec un soin minutieux. Dès la fin du siècle, la palette s'enrichit, des ombres plus marquées soulignent les volumes, dotant les paysages d'un espace en profondeur.

Au xviie siècle s'impose une technique nouvelle qui devait connaître un remarquable développement, la miniature sur émail ; héritière d'un procédé ancien, mais en ayant perfectionné les détails techniques et les coloris, elle autorise des effets différents de ceux de la gouache, et qui ont de plus le mérite d'être inaltérables. Au début du xviiie siècle, les artistes découvrent dans l'ivoire un support aisé à peindre à la gouache et dont la couleur naturelle s'identifie avec celle des chairs. Plus tard, l'emploi se généralisa de plaques d'ivoire mince et légèrement transparent, qui permettaient d'utiliser le verso pour renforcer certains tons ; on pouvait aussi placer au verso des feuilles d'argent, appelées paillons, qui accentuaient l'effet lumineux. La tendance étant, à la fin du siècle, d'agrandir les pièces, certains artistes, par souci d'économie, se servent d'épais cartons où s'incrustent, à l'emplacement des chairs, des parties d'ivoire.

Au xixe siècle, le vélin, qui a les qualités du parchemin tout en se laissant tendre plus facilement, fut utilisé avec succès, fixé sur des cartons ou de la tôle émaillée ; enfin, l'aquarelle l'emporta peu à peu sur la gouache, donnant à la miniature un traitement plus clair et plus léger.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MINIATURE  » est également traité dans :

‘ABD-ŪS-SAMAD (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 313 mots

Peintre persan du xiv e  siècle, fondateur avec Mīr Sayyid ‘Alī de l'école de peinture moghole en Inde. Né en Perse au sein d'une famille aisée, ‘Abd-ūs-Samad est déjà un calligraphe et peintre de renom lorsqu'il rencontre l'empereur moghol Humāyūn, en exil en Perse. Ce dernier l'invite en 1548 à l'accompagner en Inde, d'abord à Kaboul puis à Delhi. ‘Abd-ūs-Samad enseigne le dessin à Humāyūn et […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le XVIe siècle et la naissance du portrait »  : […] Marqué par les longs règnes d'Henri VIII et d'Élisabeth I re , le xvi e siècle voit à la fois la création de l'Église réformée anglicane et le renforcement du pouvoir royal. Cette évolution religieuse et politique du pays a des effets néfastes sur l'art anglais, car elle entraîne l'abandon de l'iconographie religieuse et décourage les échanges avec l'Italie de la Renaissance. La seule forme de p […] Lire la suite

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'enluminure monastique »  : […] Pour exécuter ces mosaïques, les artistes n'ont donc retenu que certains thèmes de l'Apocalypse. Avec l'art de l'enluminure, qui va régner durant tout le Moyen Âge, c'est l'ensemble de l'ouvrage qui s'offre à l'inspiration des miniaturistes dans les abbayes d'Occident. Au point de départ, on trouve l'Espagne, qui donne très tôt une place importante à l'Apocalypse. L'ouvrage était utilisé par la l […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 738 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] Il nous reste peu d'exemples de la peinture monumentale. L'église d'Aght'amar était aussi somptueusement décorée à l'intérieur qu'à l'extérieur ; le cycle christologique et les portraits des saints qui recouvraient les parois sont conservés en majeure partie, malheureusement les couleurs sont délavées et se détériorent de plus en plus. À Tat'ev, les fragments d'une grande composition du Jugement d […] Lire la suite

BEHZAD (1440-1536)

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 406 mots

On connaît mal la vie de Kamal al-Din Behzad, le plus grand maître de la miniature persane. Grâce à ses patrons, il bénéficia de grandes facilités. Il eut à ses débuts l'appui des Timourides ; après leur défaite, en 1508, il travailla pour le sultan uzbek Muḥammad khān Shaybani, puis, en 1510, alla s'installer à Tabriz, la capitale safavide. En 1522, le shāh Ismā‘il le nomme directeur de la Biblio […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 119 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Taungu, Pegu et Ava »  : […] La secousse mongole, qui provoqua l'abandon de Pagan en 1287, ébranla en fait toute l'Indochine. Les Mōn retrouvèrent leur indépendance dans le Pegu. Les chefs thaï, libérés des anciens empires des plaines, secouèrent la tutelle des Birmans et des Mōn du Siam. Ils vont un moment dominer les Birmans d'Ava, et leur chef Wareru commandera, en 1281, les Mōn de Martaban. Pourtant, les Birmans se regrou […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 613 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Les enluminures »  : […] Les miniatures de manuscrits représentent un très vaste domaine de l'art byzantin, domaine en partie encore inexploité et qui pose les habituels problèmes de datation et de localisation. La recherche sur les ateliers de miniaturistes n'en est encore qu'à ses débuts, la notion même d'ateliers de peintres et les rapports de ceux-ci avec les scriptoria étant, à Byzance, difficile à cerner. Dans leu […] Lire la suite

CILICIE ART DE

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 1 028 mots

La Cilicie est une vaste plaine à l'est du Taurus qui eut une grande importance stratégique ; cela lui a valu d'être, dès le ~ II e millénaire, le théâtre de nombreux affrontements. À partir du viii e siècle, elle constitua une région frontière entre Byzance et le monde musulman. Après l'offensive byzantine du x e siècle, des Arméniens vinrent s'installer dans les territoires évacués par les mu […] Lire la suite

EILBERT DE COLOGNE (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Anton von EUW
  •  • 370 mots

Orfèvre colonais, connu par une inscription placée sur la paroi du fond de l'autel portatif provenant du trésor des Guelfes : EILBERTVS COLONIENSIS ME FECIT. En se fondant sur cette inscription et sur des considérations stylistiques, O. von Falke (ainsi que H. Frauberger, Deutsche Schmelzarbeiten des Mittelalters , Francfort-sur-le-Main, 1904) attribua à Eilbertus une série d'ouvrages d'orfèvrerie […] Lire la suite

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 847 mots
  •  • 11 médias

Le nom d' enluminure est aujourd'hui donné au décor des manuscrits de préférence à celui de miniature , utilisé au xix e  siècle. Ce second terme fut d'abord réservé aux lettrines peintes en rouge (minium) puis, par extension, à toute l'ornementation des manuscrits ; mais il prit rapidement d'autres sens et désigne surtout les scènes et portraits peints sur les couvercles des boîtes et tabatière […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roseline BACOU, « MINIATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/miniature/