MINES, Antiquité gréco-romaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géographie minière du monde gréco-romain

Dès la première moitié du Ier millénaire avant notre ère, plusieurs des grandes régions métallifères du monde méditerranéen sont connues. D'autres s'y ajouteront au cours des siècles, jusqu'à la fin de l'Empire romain.

Monde gréco-romain, géographie minière

Monde gréco-romain, géographie minière

Dessin

Les principaux gîtes métallifères exploités dans l'Antiquité gréco-romaine, à partir du Ve millénaire avant J.C. (en tireté vert, les limites de l'Empire romain au IIe siècle de notre ère). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Monde grec

Ainsi, à l'époque archaïque, les gîtes de cuivre de Chypre continuent à être exploités, eux qui, depuis le milieu du IIe millénaire, fournissaient en cuivre une partie du monde méditerranéen, avec les cargaisons de lingots en forme de « peau de bœuf » trouvées dans les épaves du cap Gelidonya et d'Ulu Burun, au large de la côte méridionale de l'Anatolie, tandis que des pièces analogues ont atteint la Sardaigne, peut-être même les Baléares, premier indice d'un commerce transméditerranéen du métal. C'est d'ailleurs l'île de Chypre qui a donné son nom au métal rouge, Kupros (Pline, Histoire naturelle, XXXIV, 2). Siphnos et Thasos produisent de l'or, du plomb, et de l'argent ; le Laurion de l'argent et du plomb. Il semble cependant qu'à cette période les métaux ne soient pas très abondants dans l'Est méditerranéen. Les marchands phéniciens, peut-être dès le xiie siècle si l'on en croit la tradition, plus sûrement à partir du viiie siècle, vont chercher étain, argent, plomb, fer, or et cuivre dans l'extrême Occident, au royaume de Tartessos. Les Grecs d'Asie (Samiens, Phocéens) ne sont pas en reste et vont se fournir en argent à la même source. Grâce aux recherches qui ont eu lieu depuis les années 1970 dans le sud-ouest de la péninsule Ibérique (mines de Ríotinto, Tharsis, etc.), l'archéologie minière a confirmé l'exactitude de cette tradition, en particulier pour ce qui est de la production de l'argent à cette période.

À l'époque grecque classique, puis aux temps hellénistiques, le cuivre de Chypre est toujours exploité. Or et argent sont produits à Thasos, mais l'argent vient surtout des mines du Laurion, qui connaissent alors un dévelop [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite d'archéologie, université de Toulouse-Le Mirail

Classification


Autres références

«  MINES, Antiquité gréco-romaine  » est également traité dans :

LAURION MINES DU

  • Écrit par 
  • André DAUBARD
  •  • 218 mots

Le Laurion est une région montagneuse du sud-est de l'Attique, célèbre dans l'Antiquité pour ses mines de plomb argentifère. L'exploitation remonte, peut-être, aux alentours de ~ 1000. En ~ 483, les Athéniens utilisèrent le filon pour financer la construction d'une grande flotte qui remporta sur les Perses la victoire de Salamine en ~ 480. La cité d'Athènes, propriétaire des mines, en assurait l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-du-laurion/#i_4357

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude DOMERGUE, « MINES, Antiquité gréco-romaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-antiquite-greco-romaine/