INTERSTELLAIRE MILIEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nuage du Cygne

Nuage du Cygne
Crédits : NASA

photographie

Nébuleuse d'Orion

Nébuleuse d'Orion
Crédits : NASA/ ESA/ M. Robberto, STScI/ ESA & the Hubble Space Telescope Orion Treasury Project Team

photographie

Barnard 68

Barnard 68
Crédits : European Southern Observatory

photographie

Nébuleuse de la Carène

Nébuleuse de la Carène
Crédits : NASA/ ESA/ N. Smith, UCB/ The Hubble Heritage Team, STScI/ AURA

photographie


Description générale du milieu interstellaire

Dans notre Galaxie, et probablement dans toutes les galaxies spirales et irrégulières, une grande partie de la matière interstellaire est condensée en « nuages » irréguliers, qui peuvent être plus ou moins sphériques, ou se présenter sous forme de nappes ou de filaments. Il en existe deux types (et des types de transition) :

Nuage du Cygne

Nuage du Cygne

Photographie

Ce nuage brillamment coloré porte le nom de Nuage du Cygne et se trouve dans la constellation du Sagittaire, à 5 500 années-lumière du Soleil. C'est une des plus belles images obtenues par le télescope spatial Hubble. Il s'agit d'un nuage constitué de différents éléments à l'état gazeux,... 

Crédits : NASA

Afficher

– les nuages diffus sont constitués principalement d'hydrogène neutre atomique, ont une densité relativement faible (de 1 à 1 000 atomes par centimètre cube) et leur température varie entre 10 et 100 kelvins ;

– les nuages moléculaires sont composés principalement d'hydrogène moléculaire et contiennent de nombreuses autres molécules ; leur densité est plus grande (de 103 à 107 molécules par centimètre cube, ou davantage) ; leur température est généralement de l'ordre de 10 kelvins, mais peut être plus élevée dans certaines circonstances ; c'est dans ces nuages que se forment les étoiles.

Au voisinage des étoiles chaudes, la matière interstellaire est ionisée par leur rayonnement ultraviolet et devient lumineuse : elle forme alors des nébuleuses gazeuses brillantes, dont la nébuleuse d'Orion est le prototype le mieux étudié. Ces nébuleuses subsistent tant que les étoiles chaudes les ionisent, et sont d'ailleurs aisément dispersées par divers phénomènes. Un cas particulier est celui des nébuleuses planétaires, objets relativement petits qui ne sont autres que du gaz éjecté par une étoile de faible masse en fin d'évolution et ionisé par le rayonnement ultraviolet du noyau stellaire résiduel.

Nébuleuse d'Orion

Nébuleuse d'Orion

Photographie

Cette image composite de la nébuleuse d'Orion a été élaborée à partir de 520 clichés monochromes obtenus par le télescope spatial Hubble en 2004 et 2005. La couleur rougeâtre de la nébuleuse est due à l'émission de la raie H alpha de l'hydrogène. Le centre de la nébuleuse est... 

Crédits : NASA/ ESA/ M. Robberto, STScI/ ESA & the Hubble Space Telescope Orion Treasury Project Team

Afficher

Le vent violent issu en permanence des étoiles chaudes et de grande masse est capable de creuser dans le milieu interstellaire des cavités plus ou moins sphériques, qu'une onde de choc, à l'arrière de laquelle se trouve de la matière comprimée, sépare du gaz avoisinant : ces cavités se présentent sous la forme de bulles creuses. L'explosion qui termine la vie des étoiles massives (au stade de supernova) produit des restes de supernov [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  INTERSTELLAIRE MILIEU  » est également traité dans :

A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 2 104 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les champs de recherche d'A.L.M.A.  »  : […] Les questions qu'A.L.M.A. permet d'aborder sont nombreuses, et les résultats de sa première année d'observations, présentés lors d'une conférence à la fin de 2012, couvrent l'astrochimie, la formation des étoiles et leur évolution, la formation des exoplanètes, la formation des galaxies et l'observation, parmi celles-ci, des plus lointaines (décalage spectral ≈ 7) [le déca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atacama-large-millimeter-submillimeter-array/#i_20636

ASTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • David FOSSÉ, 
  • Maryvonne GERIN
  •  • 4 379 mots
  •  • 3 médias

Dans les années 1960, l'espace intersidéral était encore considéré comme un environnement vide, hostile et stérile. Suivant en cela Arthur Stanley Eddington (1926), les astrophysiciens de l'époque jugeaient « difficile d'admettre l'existence de molécules dans l'espace interstellaire, parce qu'une fois qu'une molécule est dissociée il semble n'y avoir aucune chance pour que les atomes se joignent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrochimie/#i_20636

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 466 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Formation des étoiles »  : […] Dans notre Galaxie, la majeure partie de la matière du milieu interstellaire est condensée en nuages interstellaires ; ces nuages sont de deux types : – les nuages diffus, constitués d'hydrogène atomique neutre (régions H I), de densité relativement faible (de l'ordre de 10 —2 à 10 —1  atome par mètre cube) ; leur température est voisine de 100 K  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/#i_20636

GALAXIE LA ou VOIE LACTÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 029 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le gaz et la poussière interstellaires »  : […] Le gaz interstellaire est formé d'hydrogène neutre ou ionisé, d'hélium et d'une petite quantité d'atomes plus lourds. Sa masse totale est de l'ordre de 5 p. 100 de celle des étoiles. Sa structure et sa dynamique sont extrêmement complexes. Il est très concentré le long du plan galactique. De grands complexes de gaz, dont la masse peut atteindre plusieurs millions de masses solaires, se trouvent d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxie-voie-lactee/#i_20636

GALAXIES

  • Écrit par 
  • Danielle ALLOIN, 
  • André BOISCHOT, 
  • François HAMMER
  •  • 10 079 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les composantes des galaxies »  : […] Brièvement, rappelons qu'une galaxie est d'abord une collection d'étoiles : d'un milliard à cent milliards selon la taille de la galaxie, correspondant à une masse d'un milliard à cent milliards de fois celle du Soleil (nous nous référerons dorénavant à la masse du Soleil par le symbole Ṃ o , qui représente donc une masse de 1,989 ( 10 30  kg). Ces étoiles peuvent apparte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxies/#i_20636

HERSCHEL MISSION

  • Écrit par 
  • Laurent PAGANI
  •  • 2 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Résultats scientifiques »  : […] Le maître mot ici est milieu interstellaire, aussi bien « local », où des études détaillées peuvent avoir lieu, que dans les galaxies lointaines, prises dans leur ensemble, où toute la matière interstellaire chauffée par divers processus rayonne dans l'infrarouge lointain. En étudiant le milieu interstellaire, c'est la formation stellaire que l'on cherche à comprendre, ainsi que l'évolution de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mission-herschel/#i_20636

INTERPLANÉTAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • Pierre COUTURIER, 
  • Jean-Louis STEINBERG
  •  • 4 644 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les problèmes à résoudre »  : […] Les interfaces entre la couronne et le vent solaire d'une part, entre le milieu interstellaire et le vent solaire d'autre part, sont source de nombreuses questions d'un intérêt général pour l'astrophysique car elles concernent pour le premier cas le problème de la perte de masse des étoiles, pour le second le problème de l'évolution du milieu interstellaire. Le modèle de Parker a besoin d'un méca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interplanetaire/#i_20636

JUPITER, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 11 249 mots
  •  • 60 médias

Dans le chapitre «  Structure de la planète »  : […] Jupiter, comme d'ailleurs les autres planètes géantes du système solaire, est un objet profondément différent des planètes telluriques : Mercure, Vénus, la Terre et Mars sont caractérisés par une surface solide de quelques milliers de kilomètres de diamètre, qu'entoure une atmosphère peu épaisse, voire très ténue dans le cas de Mercure. Au contraire, Jupiter est une énorme boule de gaz, composée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jupiter-planete/#i_20636

NOVAE ET SUPERNOVAE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 3 499 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les supernovae »  : […] Le phénomène de supernova est à la fois très rare, puisqu'il ne survient en moyenne que tous les cinquante ans dans une galaxie comme la nôtre, et très spectaculaire ; l'explosion d'une supernova libère en effet une quantité d'énergie pratiquement égale à 10 p. 100 de celle qui est émise par l'ensemble de la galaxie. Une étoile seule brille alors comme une dizaine de milliards de ses congénères. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novae-et-supernovae/#i_20636

NUCLÉOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 5 434 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'interaction entre le rayonnement cosmique et le milieu interstellaire »  : […] Le rayonnement cosmique galactique est constitué de flux de particules très rapides vraisemblablement accélérés au voisinage des étoiles explosives comme les supernovae, ou très massives comme les étoiles de Wolf-Rayet. Ces particules traversent et bombardent le milieu interstellaire dans lequel elles subissent trois sorts possibles : elles s'échappent du disque galactique pour se perdre dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleosynthese/#i_20636

RADIOASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • James LEQUEUX
  •  • 9 771 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le spectre de raies en radioastronomie »  : […] En plus du rayonnement continu, on observe des émissions radio à des fréquences discrètes, que l'on nomme raies, par analogie avec l'optique. Le spectre de raies est considérablement plus riche dans le domaine radio que dans le domaine visible. Les raies radio correspondent à des transitions de très faible énergie qui seront soit des transitions entre états très excités des atomes, soit des trans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioastronomie/#i_20636

RADIOSOURCES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 084 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Radiosources galactiques non thermiques »  : […] Les radiosources galactiques non thermiques, relativement étendues comme les précédentes (de quelques minutes d'angle à quelques degrés), sont des restes de supernovae (cf.  novae et supernovae ). Celles-ci constituent le stade normal de l'évolution des étoiles très massives (plus de six à huit fois la masse du Soleil) qui explosent en éjectant à une vitesse de plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radiosources/#i_20636

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 237 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Origine et composition des rayons cosmiques »  : […] L'idée la plus séduisante concernant l'origine des rayons cosmiques fut émise par Fritz Zwicky en 1938 : les supernovae produiraient les rayons cosmiques en accélérant, grâce à l'expansion très rapide de leur enveloppe, la matière qu'elles ont synthétisée. Cette théorie, très satisfaisante sur le plan énergétique, a été généralement acceptée jusqu'en 1985. On sait maintenant que l'abondance relat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/#i_20636

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons X cosmiques

  • Écrit par 
  • Monique ARNAUD, 
  • Robert ROCCHIA, 
  • Robert ROTHENFLUG
  •  • 6 545 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le milieu interstellaire local. Le halo galactique »  : […] Dans le domaine des rayons X mous, pour des énergies de photons comprises entre 100 et 1 000 électronvolts, le milieu interstellaire n'est plus aussi transparent. Dans le plan galactique, la matière neutre empêche de détecter des photons produits à plus de 1 000 années-lumière. Dans ce domaine d'énergie, le rayonnement observé est dominé par un rayonnement diffus dont la brillance varie d'un facte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-x-cosmiques/#i_20636

SHKLOVSKY JOSEF SAMUELOVITCH (1916-1985)

  • Écrit par 
  • François BIRAUD
  •  • 819 mots

Né en Ukraine en 1916, Josef Shklovsky meurt à Moscou en mars 1985. Shklovsky n'était pas homme à construire une œuvre monumentale en consacrant toute sa vie scientifique à un sujet particulier. En revanche, il n'y a guère de domaines de l'astrophysique théorique auxquels il n'ait apporté sa contribution. Il excellait à faire le rapprochement entre des observations en apparence sans relation, à p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-samuelovitch-shklovsky/#i_20636

STELLAIRES ASSOCIATIONS

  • Écrit par 
  • Thierry MONTMERLE
  •  • 6 530 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le contenu gazeux »  : […] Les associations OB ne sont pas isolées dans l'espace ; elles baignent dans des nébuleuses brillantes, traversées de globules ou de nuages sombres, qui font manifestement partie intégrante de ces associations (fig. 3). Mais, au-delà du simple aspect des associations dans le domaine visible, la radioastronomie millimétrique nous a appris que de très importantes masses de gaz invisibles existent to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/associations-stellaires/#i_20636

TURBULENCE

  • Écrit par 
  • Fabien ANSELMET, 
  • Michel COANTIC, 
  • Gérard TAVERA
  •  • 24 115 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les turbulences fluide et M.H.D. des milieux interstellaires et interplanétaires »  : […] Nous avons déjà indiqué que les nuages interstellaires de gaz et de poussières sont turbulents : cette turbulence est entretenue par les explosions de supernovæ, l'expansion supersonique des régions ionisées issues des étoiles chaudes, la rotation différentielle de la galaxie, les jets de matière extrêmement puissants émis par les étoiles en formation, et probablement d'autres causes encore. Compt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbulence/#i_20636

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 635 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  La Galaxie »  : […] La plupart des étoiles qui forment notre Galaxie – la Voie lactée – sont distribuées dans un système très aplati, d'environ 30 000 parsecs de diamètre et quelques centaines de parsecs d'épaisseur. Le Soleil y occupe une position excentrique, à environ 8 000 parsecs du centre. Ce système est en rotation (un tour en 200 millions d'années au niveau du Soleil). Le disque galactique contient également […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers/#i_20636

Voir aussi

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « INTERSTELLAIRE MILIEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interstellaire/