MILIEU, écologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'analyse mésologique

Parmi les facteurs abiotiques du milieu, certains sont peu souvent pris en considération, soit parce qu'ils sont encore mal connus, soit parce qu'ils n'ont qu'une valeur limitée à quelques organismes, soit, au contraire, parce que leur action est tellement générale qu'elle peut paraître insuffisamment analysable. Dans le domaine purement physique, on citera les mouvements des fluides environnants (vents et brises, vagues et courants d'eau – on appelle rhéophiles les espèces adaptées aux forts courants) ; la turbidité de l'eau, qui conditionne la pénétration de la lumière, l'activité physiologique et la nutrition de bien des espèces aquatiques ; la structure mécanique du substrat, avec tout ce qu'elle entraîne de perméabilité à l'air et à l'eau, de possibilités de progression pour les racines et pour les animaux fouisseurs ; le magnétisme terrestre qui paraît orienter certaines migrations animales par exemple chez les pigeons, etc.

On se bornera à étudier d'abord les actions de la température, de la pesanteur, de la lumière. Ensuite on traitera du rôle écologique de l'eau et des substances chimiques. Leur importance est considérable, non seulement dans les eaux continentales ou marines, mais aussi dans les milieux terrestres, notamment les sols (dont l'étude écologique, soit sur le plan physique, soit sur le plan chimique, relève d'une discipline particulière, l'édaphologie ou biopédologie).

Le facteur thermique

Le facteur thermique, que mesure la température du milieu, est un facteur universel ; il contrôle la vitesse des réactions biochimiques (loi de Van't Hoff), et par là il conditionne directement, en tout milieu, toute vie. Dans les climats terrestres, les amplitudes maximales de température vont approximativement des − 70 0C du « pôle du froid » sibérien aux + 60 0C du « pôle du chaud » au Sahara oriental. Chez la plupart des organismes pécilothermes (incapables d'une th [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages






Écrit par :

  • : professeur d'écologie à l'université de Paris-VI, directeur de l'Institut d'écologie et d'éthologie de Pavie

Classification


Autres références

«  MILIEU, écologie  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Trois acceptions de l'adaptation des êtres vivants »  : […] Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre un ensemble de constatations structuro-fonctionnelles propres aux êtres vivants et rendant compte de leur survie dans un environnement donné. Cette acception statique de l'adaptation correspond à la notion développée par Georges Cuvier (1769-1832) sous le nom de « conditions d'existence ». Elle est illustrée par tout le travail d'analyse ré […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'écologie culturelle à l'anthropologie française »  : […] Un autre courant américain se situe dans le cadre de cette anthropologie sociale et culturelle, qui, née d'une orientation matérialiste et néo-évolutionniste, rejeta l'intellectualisme et le psychologisme de l'anthropologie culturelle, provoquant aux États-Unis une véritable révolution et posant les principes d'une nouvelle recherche. Anthropologues et archéologues s'inspirèrent des travaux de J.  […] Lire la suite

AZONAUX BIOMES

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 160 mots

En opposition avec la zonation en latitude des grandes unités biogéographiques terrestres, et avec l'étagement altitudinal qui en est la réplique au niveau des grands accidents du relief continental, un biome est qualifié d'azonal lorsqu'il échappe dans sa localisation géographique au déterminisme climatique latitudinal. Le peuplement végétal et animal de ces biomes revêt, dans le monde entier, un […] Lire la suite

BIOCÉNOSES

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 9 782 mots
  •  • 8 médias

Le terme de « biocénose » a été introduit dans le langage scientifique en 1877 par le biologiste allemand Möbius, à propos de l'étude des bancs d'huîtres, auxquels de nombreux organismes se trouvent associés. Selon cet auteur, une biocénose est « un groupement d'êtres vivants dont la composition, le nombre des espèces et celui des individus reflète certaines conditions moyennes du milieu ; ces êt […] Lire la suite

BIODIVERSITÉ URBAINE

  • Écrit par 
  • Philippe CLERGEAU
  •  • 2 368 mots
  •  • 2 médias

Sous le poids d'un désir citadin de plus en plus fort de nature dans la ville et d'un hygiénisme constant, la ville a évolué très rapidement, en un siècle, pour proposer aujourd'hui des parcs plus « naturels » et demain des corridors écologiques. Certaines espèces disparaissent sous les effets de l'urbanisation, d'autres s'adaptent, modifiant leur comportement et leur morphologie, et, enfin, la m […] Lire la suite

CONVERGENCES MORPHOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 282 mots

Dans un milieu donné, les composantes physiques et chimiques imposent aux organismes vivants des contraintes particulières. Ne peuvent donc peupler le milieu ainsi défini que les organismes dotés de mécanismes compensateurs appropriés. Le nombre des combinaisons possibles est nécessairement limité dans les conditions biotiques terrestres. C'est pourquoi, quelle que soit leur place dans la systémat […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Croissance absolue »  : […] On obtient la courbe de croissance absolue en mesurant la « taille » X à des intervalles suffisamment rapprochés, puis en la reportant sur un graphique en ordonnée, avec le temps en abscisse. De telles courbes peuvent être obtenues à partir d'un seul individu, quand elles ne perturbent pas la croissance et que celle-ci est rapide. On peut aussi mesurer de nombreux individus d'âges variés mais con […] Lire la suite

DIAPAUSE, zoologie

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT
  •  • 1 152 mots

La diapause est une forme de vie ralentie, génétiquement déterminée, une phase d'arrêt du développement pendant des périodes défavorables de l'environnement. Cet important mécanisme adaptatif permet aux animaux de résister et de survivre aux variations saisonnières de l'habitat telles que les basses températures hivernales, les fortes chaleurs estivales, les périodes de sécheresse ou encore d'abs […] Lire la suite

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Le terme écologie (du grec oikos , demeure, et logos , science) a été proposé par Ernst Haeckel en 1866 pour désigner la science qui étudie les rapports entre les organismes et le milieu où ils vivent. Cette définition reste encore valable, mais elle demande à être approfondie et précisée, car elle est trop générale. Pour la situer par rapport aux autres sciences biologiques, il est commode de c […] Lire la suite

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 804 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sauver la biodiversité  »  : […] Le fer de lance de cette structuration disciplinaire est la biologie de la conservation. Cette dernière, qui est une réponse de la communauté scientifique à la crise de la biodiversité, est mal nommée parce que sa vocation est largement et explicitement pluridisciplinaire. En effet, elle applique (et développe) les connaissances et les principes de l'écologie, de la biogéographie, de la génétique […] Lire la suite

ÉCOSYSTÈME, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RAFFIN
  •  • 246 mots

C'est après une critique des conceptions de l'école de Frederick E. Clements (botaniste et écologue américain) que le Britannique Arthur George Tansley (1871-1955) définit, en 1935, la notion d'écosystème comme étant l'ensemble des populations existant dans un même milieu et présentant entre elles des interactions multiples (« The Use and abuse of vegetational concepts and terms », in Ecology , vo […] Lire la suite

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 5 448 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La dimension temporelle des écosystèmes »  : […] L' écosystème est le résultat d'interactions multiples au sein du monde vivant et entre le monde vivant et son milieu. Celles-ci ne sont pas constantes dans l'espace et dans le temps. Elles varient en fonction des conditions de l'environnement (facteurs physico-chimiques) et de l'identité des espèces présentes. Chaque espèce modifie nécessairement son milieu par sa seule présence et par le prélèv […] Lire la suite

ÉCOTYPE

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 512 mots

Au sein d'une espèce végétale, la notion d'écotype introduite par Turesson en 1922 englobe des formes plus ou moins distinctes morphologiquement et adaptées à des habitats différents. Bien que, d'un écotype à l'autre, cette adaptation se traduise par des solutions de continuité dans la variation, les écotypes d'une même espèce sont capables d'échanger des gènes. Par exemple, deux écotypes d'un […] Lire la suite

ENDÉMISME

  • Écrit par 
  • Fabienne PETIT
  •  • 546 mots

On désigne par ce terme le caractère propre à une unité systématique de se confiner dans une région plus ou moins étendue mais toujours bien déterminée du globe, autrement dit d'avoir une aire de distribution bien délimitée et réduite dans le monde. La dimension des aires des unités systématiques endémiques est souvent fonction de leur importance dans la hiérarchie systématique : une famille aur […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Un enjeu planétaire

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Le mot et son histoire »  : […] Parce que la notion d'environnement se charge de significations multiples, il est nécessaire de revenir sur l'histoire du mot environnement et sur ses glissements sémantiques. Avant de disparaître du français au xvi e  siècle, « environnement » avait, dans la langue médiévale, le sens précis de trajectoire circulaire, évoquant aussi ce qui entoure, ce qui ceint. On retrouve ensuite le mot dans la […] Lire la suite

EUTROPHE MILIEU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

Milieu encombré de matières nutritives en surabondance, ne pouvant être totalement utilisées par le peuplement « normal » d'un biotope. C'est donc un milieu déséquilibré parce que trop riche en ressources alimentaires, ce qui favorise l'intrusion d'espèces envahissantes habituellement mal adaptées au biotope non eutrophisé, mais dont le développement foudroyant peut « asphyxier » les espèces autoc […] Lire la suite

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 135 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les recensements : un outil pour le gestionnaire de l'environnement »  : […] Si la crise de la biodiversité est globale, les solutions passent nécessairement par les acteurs locaux. Et pour bien protéger et gérer, il faut bien connaître. Parmi l'ensemble des espèces présentes, un gestionnaire de l'environnement doit établir des priorités en s'appuyant sur des connaissances issues des recensements. Le statut de conservation d'une espèce dans une zone donnée se mesure à part […] Lire la suite

FERTILITÉ DES SOLS

  • Écrit par 
  • Louis GACHON
  •  • 2 813 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Milieu écologique »  : […] L'état chimique du sol est en général aisément modifiable, surtout lorsqu'il s'agit de corriger des déficiences en éléments nutritifs. Par l'emploi judicieux des engrais, on parvient à une augmentation de la fertilité si sensible que le langage courant lui a consacré le terme de fertilisation et que les substances nutritives apportées par les engrais sont qualifiées d'éléments fertilisants. Par co […] Lire la suite

FLEUVES

  • Écrit par 
  • Lazare BOTOSANEANU, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 9 686 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Facteurs abiotiques »  : […] Parmi les facteurs abiotiques réglant la vie des organismes et des communautés des cours d'eau, il faut considérer l'écoulement de l'eau (structure, débit, vitesse du courant), le substrat et les substances dissoutes (en particulier l'oxygène). À ces facteurs s'ajoute la température, qui agit directement sur la quantité d'oxygène disponible dans le milieu, donc sur la répartition des organismes. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-24 novembre 2010 • France • Remaniement ministériel.

Le 3, alors que la date prévue pour le remaniement ministériel annoncé depuis juin par le président Sarkozy approche, le Premier ministre François Fillon déclare: « Je crois à la continuité de notre politique réformiste parce que l'on ne gagne rien à changer de cap au milieu de l'action [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Cesare F. SACCHI, « MILIEU, écologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-ecologie/