DAVIS MILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jazz fusion

Le très remuant Miles Davis ne peut concevoir de se figer sur ces sommets, aussi glorieux soient-ils, même avec des partenaires comme John Coltrane, Bill Evans, Wynton Kelly, Jimmy Cobb, Paul Chambers ou Hank Mobley. Il reconstitue donc de nouveaux quintettes avec Wayne Shorter (saxophone ténor), Herbie Hancock (piano), Ron Carter (contrebasse), Tony Williams (batterie)... L'élite de la nouvelle génération s'y succédera : Chick Corea (piano), Keith Jarrett (piano), Jack DeJohnette (batterie), Airto Moreira (percussions latino-américaines), Joe Zawinul (claviers électriques), des transfuges de la pop music comme John McLaughlin, Dave Holland et Jack Bruce, ainsi qu'une armée de saxophonistes – George Coleman (1963-1964), Sam Rivers (1964), Steve Grossman (1969-1970), Dave Liebman (1972-1974), Gary Bartz (1970-1971), Carlos Garnett (1972), Sonny Fortune (1972, 1974, 1975). Cet infatigable et infaillible découvreur de talents se laisse attirer par le rock et les musiques indiennes. Il pratique la boxe et préfère pour un temps les martèlements binaires brutaux aux polyrythmies complexes de ses batteurs d'autrefois. Bien que restant en marge des tentations anarchisantes du free jazz, Miles Davis propose maintenant une musique plus tendue – l'amplification électronique lui donnant une sonorité plus cassante et agressive –, une musique poignante où se raréfient les notes. Une nouvelle fois, il disparaît brutalement en 1975, la voix brisée par une intervention chirurgicale anodine, après un accident de voiture, une opération d'une hanche et de sérieux problèmes cardiaques. Peut-être aussi était-il arrivé au bout de ce chemin-là. C'est ce que semble dire cette retraite de six ans, d'autant plus mystérieuse qu'elle se double d'un silence discographique total.

Résurrection en 1981. Miles Davis multiplie les tournées, en Europe surtout, avec une prédilection pour Antibes, Nice et Paris, où il se sent chez lui. À l'exception de John McLaughlin, il ne rappelle aucun de ses anciens partenaires. C'est d'horizons nouveaux dont il a besoin. Il fréquente le monde de la chanson américaine (Michael Jackson, Sting, Prince) et s'entoure de musiciens de plus en plus jeunes. Jouer avec Miles est un raccourci vers la gloire qu'ont emprunté Bob Berg, Gary Thomas et Kenny Garrett (saxophone), Mike Stern, Barry Finnerty et John Scofield (guitare électrique), Robert Irving et Adam Holzman (claviers), Marcus Miller, Felton Crews et Darryl Jones (contrebasse), Al Foster et Vincent Wilburn (batterie), Sammy Figueroa, Steve Thornton, Mino Cinelu et Marilyn Mazur (percussions)... Jamais le magicien ne sera l'ancêtre. Dix ans encore – jusqu'à sa mort, le 28 septembre 1991, à Santa Monica, en Californie – résonneront les sombres envoûtements de Miles Davis.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Miles Davis

Miles Davis
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Miles Davis et Jeanne Moreau

Miles Davis et Jeanne Moreau
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DAVIS MILES (1926-1991)  » est également traité dans :

DAVIS MILES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 006 mots

25 mai 1926 Miles Dewey Davis, III naît à Alton (Illinois), dans une famille noire, mélomane et bourgeoise.Septembre 1944 Miles Davis s'installe à New York, officiellement pour préparer son entrée à la Juilliard School of Music, en réalité pour rencontrer Charlie Pa […] Lire la suite

KIND OF BLUE (M. Davis)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 233 mots
  •  • 1 média

Au cours d'une carrière qui fut à la fois longue et précoce, Miles Davis a côtoyé les plus grands et est parvenu, sans perdre ni son âme ni les caractéristiques d'un style reconnaissable entre tous, à traverser toutes les modes : le be-bop, le cool, le […] Lire la suite

ADDERLEY JULIAN dit CANNONBALL (1928-1975)

  • Écrit par 
  • Danièle MOLKO
  •  • 437 mots
  •  • 2 médias

Né à Tampa (Floride) le 15 septembre 1928, le saxophoniste et compositeur de jazz américain Julian Adderley est issu d'une famille de musiciens. Par admiration pour Lester Young, il étudie différents instruments à vent : clarinette, flûte, trompette, et choisit enfin le saxophone alto. Dès l'âge de vingt ans, en 1948, il enseigne à la Dillard High School de Fort Lauderdale (Floride) avant de fair […] Lire la suite

CHAMBERS PAUL (1935-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 719 mots

Au cours d'une trop brève carrière, le contrebassiste et compositeur américain de jazz Paul Chambers a offert au hard bop un alliage idéal de force retenue, d'intelligence discrète et de musicalité débordante. Par ses dons et sa sensibilité, il se pose en héritier de Jimmy Blanton et en rival d'Oscar Pettiford. Si quelques critiques ont laissé entendre que sa justesse n'était pas irréprochable, le […] Lire la suite

COLTRANE JOHN

  • Écrit par 
  • Alain GERBER
  •  • 1 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fuite en avant »  : […] William John Coltrane, dit « Trane », naît le 23 septembre 1926, à Hamlet, en Caroline du Nord. Spécialiste des saxophones ténor et soprano, c'est à l'alto qu'il commence de se produire, peu avant sa mobilisation à Hawaii. De retour à la vie civile, il travaille dans des formations de rhythm and blues comme celle de Joe Webb, irremplaçables écoles de véhémence où l'on cultive la ferveur rythmique […] Lire la suite

COOL, jazz

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 421 mots

À la fin des années 1940, un nouveau courant s'affirme autour de Lennie Tristano ou de Miles Davis : le cool. Allant à l'encontre des tempos ultrarapides du be-bop, le cool redécouvre la fluidité et l'héritage de Lester Young. À la fin des années 1940, face à la saturation de l'espace sonore du be-bop de Charlie Parker ou de Dizzy Gillespie, un certain nombre de musiciens s'engagent sur la voie d' […] Lire la suite

EVANS BILL (1929-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Portrait in Jazz »  : […] William John Evans naît le 16 août 1929 à Plainfield (New Jersey). Il étudie le violon, et, bien sûr, le piano. À seize ans, il dirige avec son frère un ensemble où l'on remarque le vibraphone de Don Elliott. Il travaille ensuite avec de bien médiocres orchestres de danse. On le voit cependant jouer en trio, aux côtés de Mundell Lowe (guitare) et de Red Mitchell (contrebasse), puis figurer en 1950 […] Lire la suite

EVANS GIL (1912-1988)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 960 mots

Étrange personnage que Gil Evans ! Il ne lui faut pas plus de six ans pour subjuguer le monde du jazz par la beauté de ses arrangements, pour délivrer dans son entier un message qui fascine toujours musiciens et mélomanes du monde entier. Avant, de longues périodes de doute, de ce silence pesant réservé aux artistes méconnus. Après, et jusqu'à la fin, l'inspiration qui se tarit, la créativité qui […] Lire la suite

FREE ROCK

  • Écrit par 
  • Alain GERBER
  •  • 221 mots

Nom donné parfois à un courant qui a tenté soit la synthèse, soit la mise en rapport dialectique, soit encore le collage pur et simple d'éléments empruntés au free jazz (hyperexpressionnisme sonore, refus par le soliste de la mélodie et de la trame harmonique) et de composantes caractéristiques de la musique dite pop (rythme binaire, primauté accordée aux instruments électriquement amplifiés, inte […] Lire la suite

GERSHWIN GEORGE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 598 mots

26 septembre 1891 Jacob Gershvin naît à Brooklyn, à New York, de parents juifs fraîchement immigrés de Saint-Pétersbourg. Le patronyme de son père est Gershovitz. 6 décembre 1896 Son frère Israel Gershvin – qui se fera connaître comme librettiste et parolier sous le nom d'Ira Gershwin – naît dans le Lower East Side de Manhattan, à New York. 1914 Jacob Gershvin devient « démonstrateur de chanson […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « DAVIS MILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/miles-davis/