GORBATCHEV MIKHAÏL (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hasards et nécessités d'une trajectoire

Mikhaïl Gorbatchev est un homme profondément soviétique. Il est issu d'une famille paysanne ralliée au communisme et, dès l'âge de dix-sept ans, il est décoré de l'ordre du Drapeau rouge pour le travail effectué au côté de son père, conducteur d'engins agricoles au village de Privolnoïe (où il est né le 2 mars 1931), situé dans la région de Stavropol, dans le Caucase du Nord. Sa trajectoire est dès lors typique, si ce n'est par l'âge précoce auquel il franchit les diverses étapes. Il gravit les échelons d'abord au sein de l'appareil du Komsomol (Jeunesses communistes) puis du Parti communiste de l'Union soviétique (P.C.U.S.), dont il devient membre en 1952, soit juste avant la mort de Staline. Il atteint le sommet de cette carrière provinciale en avril 1970, en devenant le premier secrétaire du territoire (kraï) de Stavropol, promotion qui fait de lui l'un des plus jeunes dirigeants de région. Proche des gens, attentif notamment aux questions agricoles (il ajoute à son diplôme initial de droit une qualification d'agronome), il passera vingt-trois ans comme apparatchik dans sa région natale, dont huit comme numéro un de la nomenklatura locale.

Mais ses qualités d'administrateur ne l'auraient peut-être pas porté au sommet de l'État, n'étaient les ressources thermales locales, qui attirent en villégiature de hauts dignitaires dont on peut penser qu'ils sont séduits par les qualités du jeune responsable, alliant dynamisme et loyauté, zèle et intégrité. Il attire l'attention de Mikhaïl Souslov (gardien de l'orthodoxie) puis de Leonid Brejnev ; mais c'est surtout grâce à Iouri Andropov, alors président du K.G.B., que sa carrière nationale débute : il est élu au comité central en 1971, puis à son secrétariat en 1978, devenant très rapidement le benjamin du politburo (1980), institution qui le porte à sa tête le 11 mars 1985. Ce faisant, alors que les enterrements successifs des numéros un du parti (Brejnev, Andropov, Tchernenko) semblaient illustrer l'agonie du régime, les gérontes se décidaient à choisir un homme neuf, capable de le redynamiser.

Le nouveau secrétaire général appartient à une autre génération, marquée par une histoire différente. Il a grandi après les grandes purges staliniennes, c'est un « soixantard » (chestidesiatnik), c'est-à-dire que ses années de formation ont coïncidé avec le dégel des années 1960, période d'ouverture qui s'accompagna aussi d'un regain de la foi dans le socialisme. Gorbatchev a été délégué au xxiie congrès qui a voté pour que le corps de Staline soit retiré du mausolée (oct. 1961). Jeune étudiant à Moscou, il a participé aux débats enflammés qui animaient le foyer universitaire où il vivait, se liant d'amitié avec un jeune Tchèque, Zdeňek Mlyná̌r, qui sera l'une des figures du Printemps de Prague.

La curiosité et l'ouverture d'esprit de ce communiste convaincu seront ensuite constamment alimentées par les discussions avec Raïssa, étudiante en philosophie devenue sa compagne, mais aussi par les épisodes de sa vie d'homme d'appareil : lors des funérailles du dirigeant communiste italien Enrico Berlinguer (1984), il est remué par la ferveur que suscite ce chantre de l'eurocommunisme ; un voyage d'étude au Canada l'année précédente avait aiguisé la conscience qu'il avait des problèmes agricoles et lui avait donné l'occasion de se rapprocher d'Alexandre Iakovlev, alors ambassadeur soviétique, qui deviendra l'un des théoriciens de la perestroïka. Pur produit du système, Mikhaïl Gorbatchev est aussi représentatif de son évolution.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur en civilisation russe à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  GORBATCHEV MIKHAÏL (1931- )  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le bilan de l'occupation soviétique »  : […] Un accord en quatre points sur le retrait militaire soviétique a été signé le 14 avril 1988 à Genève par le Pakistan, l'Afghanistan, les États-Unis et l' U.R.S.S., en présence du secrétaire général de l'O.N.U. Il comportait les points suivants : – accord bilatéral entre l'Afghanistan et le Pakistan sur les principes de relations mutuelles (non-interférence et non- intervention) ; – accord bilatéra […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La perspective de l'« État socialiste du peuple » (1981-1989) »  : […] Dans la perspective historique du marxisme, la République démocratique allemande s'attacha à « l'édification intégrale du socialisme » ( Vollendendung des Sozialismus ) qui la ferait accéder à « l'État socialiste du peuple » ( sozialistischer Volksstaat ) dont l'U.R.S.S. était l'exemple. À ce stade, « la totale unité politico-morale de tout le peuple » devait se substituer à la dictature du prol […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 709 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'effondrement de la R.D.A. »  : […] Ne pouvant incarner l'ensemble de la nation allemande et ne disposant d'aucune légitimité démocratique, la R.D.A. était un État artificiel, créé par l'U.R.S.S. au nom d'une idéologie totalitaire, avec le concours des communistes allemands. Cet État était rejeté par une bonne partie de la population, comme en témoignent la révolte des ouvriers, le 17 juin 1953, et les millions de réfugiés est-alle […] Lire la suite

BALTES PAYS

  • Écrit par 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 1 317 mots

Dans le chapitre « Trois voix, une voie »  : […] Avec l'arrivée au pouvoir en 1985 de Mikhaïl Gorbatchev et sa politique de perestroïka , chaque pays commença à évoluer à son rythme vers l'autonomie, à travers la création de trois Fronts populaires. La contestation prit des formes diverses. Le 23 août 1989, une chaîne humaine relia Tallinn, Riga et Vilnius pour exiger la publication des accords germano-soviétiques d'août et septembre 1939. Mosco […] Lire la suite

CHEVARDNADZE EDOUARD (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

Homme de la transition gorbatchévienne, Edouard Chevardnadze fut président de la République (1992-2003) d’une Géorgie indépendante, avant d’être chassé par la révolution des roses. Edouard Chevardnadze est né le 25 janvier 1928 dans le village de Mamati en Géorgie occidentale. À vingt ans, il adhère au Parti communiste de l’Union soviétique (P.C.U.S.) et obtient en 1959 un diplôme d’historien pol […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le mouvement pour la démocratie »  : […] Aussi, lorsque Hu Yaobang succombe à une crise cardiaque lors d’une réunion du bureau politique le 15 avril 1989, les étudiants se rendent sur la place Tiananmen pour célébrer la mémoire d’un dirigeant qui a payé pour les avoir soutenus. Le mouvement, qui s’étend rapidement à tout le pays, réclame la réhabilitation de Hu et une reprise de la réforme du système politique, tout en dénonçant l’enric […] Lire la suite

CHUTE DU MUR DE BERLIN

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 232 mots
  •  • 2 médias

Produit de la guerre froide et symbole du partage du monde en deux blocs depuis sa construction en août 1961, le Mur de Berlin cesse d'être une frontière étanche entre les parties Est et Ouest de la ville au soir du 9 novembre 1989. La chute du Mur intervient au terme de gigantesques manifestations populaires , durant lesquelles des millions de citoyens est-allemands ont protesté contre l'immobili […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « U.R.S.S. et Europe de l'Est »  : […] Jusque vers 1965, l'exécution du plan était imposée aux entreprises sous forme d'ordres directs (ou « indices », quelquefois aussi appelés « indicateurs ») relatifs aux objectifs à atteindre (production) et aux moyens à mettre en œuvre (utilisation de ressources matérielles et humaines). Un ensemble de réformes, commencées en 1963 en R.D.A. et achevées avec le lancement du « nouveau mécanisme éco […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Fusion » ou « épanouissement » des nations »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les déplacements de populations et le nouveau tracé des frontières réduisirent considérablement l'importance numérique des minorités nationales dans les pays d'Europe de l'Est : après avoir représenté un quart de la population des États d'Europe centrale en moyenne dans l'entre-deux-guerres, elles ne constituent plus dans les années quatre-vingt que 7 p […] Lire la suite

CORÉE DU SUD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Stéphane THÉVENET
  • , Universalis
  •  • 11 366 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La présidence de Roh Tae-woo »  : […] En 1987, le climat social se dégrada. La mort d'un étudiant au cours d'un interrogatoire policier en avril provoqua des manifestations d'étudiants qui dégénérèrent en mouvements de protestation populaire. Face à cette situation, Roh Tae-woo, candidat à la présidence, annonça, le 29 juin, des mesures de démocratisation et de libéralisation : élection du président au suffrage universel tant réclamé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 avril 2010 Russie – Pologne. Commémoration des victimes de Katyn

avait longtemps accusé l'Allemagne nazie du massacre, jusqu'à ce que le numéro un soviétique Mikhaïl Gorbatchev reconnaisse, en avril 1990, la responsabilité du régime stalinien. Vladimir Poutine, qui ne présente pas d'excuses, déclare cependant qu'« un crime ne peut être justifié en aucune manière ». Donald Tusk, quant à lui, se demande si la Pologne et la Russie sont « capables de transformer un mensonge en réconciliation ». […] Lire la suite

11-27 juin 1996 Russie. Premier tour de l'élection présidentielle

L'ancien président Mikhaïl Gorbatchev n'obtient que 0,5 p. 100 des voix. Le taux de participation s'élève à 69,8 p. 100. Le 18, Alexandre Lebed se rallie à Boris Eltsine, qui le nomme « secrétaire » (chef) du Conseil de sécurité, l'instance suprême du pouvoir en matière de sécurité, et conseiller pour les affaires de sécurité nationale auprès de la présidence, et qui le présente comme son successeur. […] Lire la suite

5 novembre 1995 Géorgie. Réélection du président Edouard Chevardnadze

L'ancien ministre des Affaires étrangères de Mikhaïl Gorbatchev occupait, depuis octobre 1992, la présidence du Parlement, instance suprême de l'État jusqu'à l'adoption, en octobre 1995, d'une Constitution instituant un régime présidentiel.  […] Lire la suite

30 novembre 1992 Russie. Verdict du procès du P.C.U.S.

Après six mois de débats sans passion – hormis la polémique suscitée par le refus de Mikhaïl Gorbatchev de témoigner –, le Tribunal constitutionnel de Russie, où les partisans du président Boris Eltsine sont faiblement majoritaires, rend un verdict mitigé dans le procès du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS). Il reconnaît que Boris Eltsine était en droit de mettre un terme, après le putsch d'août 1991, à l'activité des organes centraux du parti, mais il conteste l'interdiction des organisations de base. […] Lire la suite

2-29 octobre 1992 Russie. Dissensions entre Boris Eltsine et l'opposition

Le 2, la Cour constitutionnelle interdit à Mikhaïl Gorbatchev de quitter le territoire russe. Celui-ci refuse toujours de témoigner au procès sur la légalité du Parti communiste soviétique ouvert en juillet. Le 7, un décret de Boris Eltsine ordonne la confiscation des locaux dont dispose à Moscou la fondation Gorbatchev. Le 13, la Cour constitutionnelle autorise Mikhaïl Gorbatchev à se rendre en Allemagne pour assister aux obsèques de l'ancien chancelier Willy Brandt, mais maintient sa demande de comparution. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Myriam DÉSERT, « GORBATCHEV MIKHAÏL (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-gorbatchev/