BABITS MIHÁLY (1883-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tour d'ivoire

Les débuts de Babits coïncident avec ceux de la revue Nyugat : à cette époque, la perspective d'un renouveau général, artistique et politique, tient en effervescence l'intelligentsia hongroise. Tout en épousant sans réticence la cause des Modernes, le poète se limite alors à la recherche des thèmes et des moyens d'expression inédits. Face au vitalisme d'Endre Ady, il propose l'idéal de perfection de l'homme de lettres. Ses premiers recueils, Feuilles de la couronne d'Iris (1908), Prince, l'hiver peut venir ! (1911) et Récitatif (1916) marquent la volonté de rejoindre la littérature européenne. Sous les diaprures d'un style changeant, nourri de manières aussi diverses que celles de Robert Browning, de Poe, de Tennyson, de Wilde, de Baudelaire, de Verlaine, de Carducci, de Liliencron, et orchestré souvent à l'aide de voluptueux rythmes antiques, comme en écho de Swinburne, se révèlent la tension, les inquiétudes et les crises d'une sensibilité intellectuelle formée à l'école de Spinoza, de Kant, de Schopenhauer, de Nietzsche et surtout de Bergson. Seul le sentiment demeure douloureusement enfoui sous les couches innombrables du savoir-faire poétique, et Babits constate avec résignation : « De mon cercle magique, impossible de fuir ! »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification


Autres références

«  BABITS MIHÁLY (1883-1941)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Buisson ardent de talents »  : […] Dans ce buisson ardent de talents, les poètes dominent et mènent le mouvement. Endre Ady (1877-1919), écrivain visionnaire que Paris et le symbolisme français libérèrent de tout le traditionalisme que contenaient ses écrits de jeunesse ; pénétré de plus en plus par la sève de l'ancienne poésie hongroise autochtone, il cristallisa, comme les génies authentiques, les efforts de ses prédécesseurs po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_12877

Pour citer l’article

André KARATSON, « BABITS MIHÁLY - (1883-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mihaly-babits/