e siècle-années 1950"/ >

MIDI-PYRÉNÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les chemins du renouveau

Le renouveau est net et rapide. Après plus d'un siècle de déclin, la croissance démographique, observée depuis 1954, a permis d’atteindre un effectif de population supérieur à celui du maximum démographique de 1846. Midi-Pyrénées comptait 2 926 000 habitants en 2012, soit un gain de plus de 900 000 personnes en un demi-siècle. Malgré un baby-boom relatif, compte tenu d'une structure par âge attestant d'un vieillissement prononcé dès l'entre-deux guerres, c'est l'inversion des flux migratoires qui a été le plus spectaculaire. Dans un premier temps on a pu l'imputer à l'installation de nombreux rapatriés d'Afrique du Nord (80 000 environ venant d'Algérie en 1962), mais, tous les recensements l'ont confirmé depuis, la région attire plus d'habitants venant de l'étranger ou du reste de la France, qu'elle n'en perd au profit de ces destinations. Le solde migratoire est largement positif, très supérieur à l'excédent des naissances sur les décès. Une partie des nouveaux venus est certes constituée par des retraités ou des inactifs, dont les revenus et les besoins n'en constituent pas moins un atout non négligeable pour l'économie locale. Mais la région attire aussi des jeunes (18-24 ans) et des actifs, en particulier des ingénieurs, techniciens et cadres qui s'installent majoritairement dans l'agglomération toulousaine. Car tel est bien le caractère majeur de ce renouveau démographique incontestable : il se répartit très inégalement à l'intérieur de la région. C'est l'aire urbaine de Toulouse et les couronnes périurbaines des autres villes qui en bénéficient surtout. L’arrivée de nombreux jeunes dans la région n’enraye pas pour autant le vieillissement de la population.

Le dynamisme démographique, qui s’est amplifié depuis 1999, se reflète sur tout le territoire régional. Les villes-centres, notamment de Toulouse, Pamiers, Montauban et Albi, ainsi que l’espace rural connaissent un fort renouvellement de population étrangère à la rég [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  MIDI-PYRÉNÉES  » est également traité dans :

OCCITANIE, région administrative

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

La région Occitanie, qui s’est appelée provisoirement Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a été créée par la loi du 16 janvier 2015 – relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral – effective depuis le 1er janvier 2016. Elle est formée des deux anciennes régions administratives métropolitaines Langued […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/languedoc-roussillon-midi-pyrenees-region-administrative/#i_94968

ALBI

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 710 mots
  •  • 2 médias

Albi, préfecture du Tarn, est l’une des villes « moyennes » de la région Occitanie, très loin cependant derrière Perpignan, Montpellier et Toulouse. Avec 51 510 habitants (recensement de 2012), elle se trouve au centre d'une agglomération de dix communes (73 510 hab.) et d'une aire urbaine qui en compte quarante-sept (97 767 hab.), dans laquelle vit une part importante de sa population active. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albi/#i_94968

AUCH

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 466 mots
  •  • 2 médias

La préfecture du Gers, Auch, compte 23 226 habitants (recensement de 2012) et forme, avec deux petites communes voisines, une agglomération de 25 213 habitants. Ce pôle urbain rayonne sur trente-six communes où réside une partie de sa population active. L'ensemble forme une aire urbaine de 41 523 habitants. Dans la structure urbaine s'opposent nettement la ville ancienne, construite sur un site d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auch/#i_94968

CAHORS

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 508 mots
  •  • 2 médias

Chef-lieu du département du Lot, Cahors compte 21 193 habitants (recensement de 2012), formant avec la commune voisine de Pradines une agglomération de 23 505 habitants. Ce pôle urbain rayonne sur les trente-neuf communes de l’agglomération du Grand Cahors (comptant 43 400 habitants) où réside une partie de sa population active. Installée dans un méandre du Lot encaissé entre les plateaux calcaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cahors/#i_94968

CASTRES

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 525 mots
  •  • 1 média

Sous-préfecture du Tarn, située sur l'Agout, Castres compte 43 213 habitants (recensement de 2012) soit un peu moins que la commune d’Albi, la préfecture. Deux siècles d'histoire n'ont pas effacé la structure bicéphale de ce département qui, de sa création en 1790 jusqu'en 1797, fit choisir Castres comme chef-lieu. Quatorze communes périphériques, où réside une partie de la population active de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castres/#i_94968

FOIX

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 499 mots
  •  • 2 médias

Préfecture de l'Ariège, Foix est le plus petit chef-lieu de département en France. Avec 10 276 habitants seulement (2012), la ville forme avec cinq communes voisines une agglomération de 14 592 habitants. Ce petit pôle urbain rayonne cependant sur une quinzaine de communes, où réside une partie de ses actifs. L'ensemble forme une aire urbaine de 18 425 habitants. Distante à peine de 20 kilomètres, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foix/#i_94968

MONTAUBAN

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 718 mots
  •  • 2 médias

Préfecture du Tarn-et-Garonne, la commune de Montauban comptait 58 566 habitants en 2012. L'urbanisation s'y est développée presque essentiellement à l'intérieur de son vaste territoire communal : de ce fait, avec neuf communes seulement et 74 115 habitants, son agglomération n'occupe qu’une place secondaire dans la région Occitanie, loin derrière Toulouse, tout comme l'aire urbaine dont elle est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montauban/#i_94968

RODEZ

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 507 mots
  •  • 1 média

L'ancienne capitale du Rouergue est devenue, lors de la création des départements en 1790, préfecture de l'Aveyron. Elle comptait 25 690 habitants en 2013, mais formait avec sept communes voisines, dont Onet-le-Château, une Communauté d'agglomération de 57 000 habitants, renommée Rodez Agglomération en 2015. Ce pôle urbain actif recrute une partie de sa main-d'œuvre dans une vingtaine de communes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodez/#i_94968

TARBES

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 779 mots
  •  • 2 médias

Préfecture des Hautes-Pyrénées, Tarbes comptait 42 870 habitants (en 2013) et forme, avec quatorze communes voisines, une communauté d’agglomération de près de 80 000 habitants. Dans la région Midi-Pyrénées (intégrée depuis 2016 dans la nouvelle région Occitanie), Tarbes se situait au deuxième rang, loin toutefois derrière Toulouse, près de dix fois plus peuplée. Son pôle urbain rayonne sur 84 com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarbes/#i_94968

TOULOUSE

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 2 085 mots
  •  • 1 média

Capitale de la région Midi-Pyrénées jusqu’au 31 décembre 2015, Toulouse est le chef-lieu de la Haute-Garonne et celui de la nouvelle région Occitanie, formée du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées . La ville est au centre d'une aire urbaine très vaste, avec 450 communes, qui comptait 1,27 million d'habitants en 2012. Elle se classait, par sa population, au quatrième rang en France et parmi le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toulouse/#i_94968

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MARCONIS, « MIDI-PYRÉNÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/midi-pyrenees/