MIDI-PYRÉNÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une région marginalisée dans l'espace français : XIXe siècle-années 1950

Au milieu du xixe siècle, la population – qui vivait dans les limites de Midi-Pyrénées des années 1960 à 2015 –était presque aussi nombreuse que de nos jours : 2,6 millions d'habitants lors du recensement de 1846. Le déclin fut ensuite très fort. Pendant le siècle qui suivit, la région a perdu près du quart de sa population : en 1954, on y recensait 1 975 000 habitants. Tous les départements avaient été touchés, même la Haute-Garonne malgré la croissance soutenue de Toulouse, et l'hémorragie fut particulièrement accusée dans les plus ruraux d'entre eux : Aveyron, Ariège, Gers, Tarn-et-Garonne. Les facteurs démographiques de cette évolution sont bien connus, mais ils ont joué dans des proportions variables selon les lieux : une dénatalité précoce et une émigration importante vers d'autres régions, Paris et les contrées qui offraient des perspectives d'emplois grâce à leur industrialisation. C'est que l'exode rural, ni plus massif ni plus précoce qu'ailleurs, ne put ici se fixer dans des villes proches, trop peu dynamiques, et prit la forme d'un exode régional. Après la saignée de la Première Guerre mondiale, les campagnes finiront même par manquer de bras ; on y fera appel à une main-d'œuvre étrangère, recrutée en Italie et en Espagne.

Crise agricole et faiblesse de la vie industrielle

Dans le Midi toulousain, l'attrait des placements fonciers rémunérateurs, conférant un grand prestige social, n'a jamais favorisé les investissements dans l'industrie. Le blé destiné à la vente dans les régions méditerranéennes déficitaires, ravitaillées grâce au canal du Midi, assurait de beaux revenus aux propriétaires qui avaient à cœur d'étendre leurs domaines ruraux, où ils séjournaient une partie de l'année dans des châteaux ou des maisons de maître, l'exploitation étant assurée le plus souvent par des métayers. Le reste du temps, ils vivaient en ville, à Toulouse en particulier, où ils avaient fait construire des hôtels particuliers, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  MIDI-PYRÉNÉES  » est également traité dans :

OCCITANIE, région administrative

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

La région Occitanie, qui s’est appelée provisoirement Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a été créée par la loi du 16 janvier 2015 – relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral – effective depuis le 1er janvier 2016. Elle est formée des deux anciennes régions administratives métropolitaines Langued […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/languedoc-roussillon-midi-pyrenees-region-administrative/#i_94968

ALBI

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 710 mots
  •  • 2 médias

Albi, préfecture du Tarn, est l’une des villes « moyennes » de la région Occitanie, très loin cependant derrière Perpignan, Montpellier et Toulouse. Avec 51 510 habitants (recensement de 2012), elle se trouve au centre d'une agglomération de dix communes (73 510 hab.) et d'une aire urbaine qui en compte quarante-sept (97 767 hab.), dans laquelle vit une part importante de sa population active. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albi/#i_94968

AUCH

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 466 mots
  •  • 2 médias

La préfecture du Gers, Auch, compte 23 226 habitants (recensement de 2012) et forme, avec deux petites communes voisines, une agglomération de 25 213 habitants. Ce pôle urbain rayonne sur trente-six communes où réside une partie de sa population active. L'ensemble forme une aire urbaine de 41 523 habitants. Dans la structure urbaine s'opposent nettement la ville ancienne, construite sur un site d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auch/#i_94968

CAHORS

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 508 mots
  •  • 2 médias

Chef-lieu du département du Lot, Cahors compte 21 193 habitants (recensement de 2012), formant avec la commune voisine de Pradines une agglomération de 23 505 habitants. Ce pôle urbain rayonne sur les trente-neuf communes de l’agglomération du Grand Cahors (comptant 43 400 habitants) où réside une partie de sa population active. Installée dans un méandre du Lot encaissé entre les plateaux calcaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cahors/#i_94968

CASTRES

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 525 mots
  •  • 1 média

Sous-préfecture du Tarn, située sur l'Agout, Castres compte 43 213 habitants (recensement de 2012) soit un peu moins que la commune d’Albi, la préfecture. Deux siècles d'histoire n'ont pas effacé la structure bicéphale de ce département qui, de sa création en 1790 jusqu'en 1797, fit choisir Castres comme chef-lieu. Quatorze communes périphériques, où réside une partie de la population active de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castres/#i_94968

FOIX

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 499 mots
  •  • 2 médias

Préfecture de l'Ariège, Foix est le plus petit chef-lieu de département en France. Avec 10 276 habitants seulement (2012), la ville forme avec cinq communes voisines une agglomération de 14 592 habitants. Ce petit pôle urbain rayonne cependant sur une quinzaine de communes, où réside une partie de ses actifs. L'ensemble forme une aire urbaine de 18 425 habitants. Distante à peine de 20 kilomètres, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foix/#i_94968

MONTAUBAN

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 718 mots
  •  • 2 médias

Préfecture du Tarn-et-Garonne, la commune de Montauban comptait 58 566 habitants en 2012. L'urbanisation s'y est développée presque essentiellement à l'intérieur de son vaste territoire communal : de ce fait, avec neuf communes seulement et 74 115 habitants, son agglomération n'occupe qu’une place secondaire dans la région Occitanie, loin derrière Toulouse, tout comme l'aire urbaine dont elle est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montauban/#i_94968

RODEZ

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 507 mots
  •  • 1 média

L'ancienne capitale du Rouergue est devenue, lors de la création des départements en 1790, préfecture de l'Aveyron. Elle comptait 25 690 habitants en 2013, mais formait avec sept communes voisines, dont Onet-le-Château, une Communauté d'agglomération de 57 000 habitants, renommée Rodez Agglomération en 2015. Ce pôle urbain actif recrute une partie de sa main-d'œuvre dans une vingtaine de communes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodez/#i_94968

TARBES

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 779 mots
  •  • 2 médias

Préfecture des Hautes-Pyrénées, Tarbes comptait 42 870 habitants (en 2013) et forme, avec quatorze communes voisines, une communauté d’agglomération de près de 80 000 habitants. Dans la région Midi-Pyrénées (intégrée depuis 2016 dans la nouvelle région Occitanie), Tarbes se situait au deuxième rang, loin toutefois derrière Toulouse, près de dix fois plus peuplée. Son pôle urbain rayonne sur 84 com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarbes/#i_94968

TOULOUSE

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 2 085 mots
  •  • 1 média

Capitale de la région Midi-Pyrénées jusqu’au 31 décembre 2015, Toulouse est le chef-lieu de la Haute-Garonne et celui de la nouvelle région Occitanie, formée du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées . La ville est au centre d'une aire urbaine très vaste, avec 450 communes, qui comptait 1,27 million d'habitants en 2012. Elle se classait, par sa population, au quatrième rang en France et parmi le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toulouse/#i_94968

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MARCONIS, « MIDI-PYRÉNÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/midi-pyrenees/