MICROCRÉDIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du discours à la pratique

Retour sur les performances de remboursement

Le succès du microcrédit doit beaucoup aux impressionnantes performances en termes de taux de remboursement communiquées par les différents programmes. Nous avons vu que la dérive commerciale a conduit à de nombreuses crises de remboursement. Par ailleurs, les méthodes de calcul utilisées pour obtenir ces taux de remboursement sont rarement précisées et cachent des disparités importantes dans les performances réelles. Les taux de remboursement communiqués par la Grameen Bank, par exemple, sont obtenus à partir du ratio des montants impayés après deux ans sur le montant des prêts actuels. Comme l'expliquent certains auteurs, ce calcul minimise fortement les problèmes d'impayés : d'une part, la durée moyenne des prêts est d’un an et considérer les impayés après deux ans équivaut à allonger la durée du prêt d'une période, d'autre part, le portefeuille de la Grameen Bank est en constante expansion et ainsi les impayés sont rapportés à un portefeuille plus important de prêts que celui qui prévalait au moment où ces prêts étaient attribués. Adopter une définition plus stricte des taux de remboursement (pourcentage des prêts non complètement remboursés à leur échéance) conduit à des taux moins flatteurs (par exemple, 55 p. 100 pour la Grameen Bank en 1991 alors que le taux publié par l'institution pour cette année-là était de 98,3 p. 100).

Cela étant, si les clients de la Grameen Bank ne remboursent pas forcément ponctuellement, ils semblent s'acquitter de leurs dettes avec le temps. En effet, dans certains contextes, les travaux d'anthropologues montrent à quel point l'exigence de rembourser à une date fixe entre en conflit avec les normes sociales locales de remboursement des dettes (Shipton, 2007). De plus, si les taux apparaissent moins élevés que ceux communiqués, ils n'en restent pas moins fortement supérieurs à ceux des autres prêteurs (14 p. 100 de prêts complètement remboursés à l'échéance en 1991, 60 p. 100 un an après).

Microfinance et subventions

Il est également frappant aujourd'hui qu'un outi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MICROCRÉDIT  » est également traité dans :

A.M.A.P. (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 2 981 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les questions posées par les élargissements sociologiques et géographiques des A.M.A.P.  »  : […] Les profils socioculturels des « consom’acteurs » membres des associations de type A.M.A.P. apparaissent certes assez divers mais avec cependant une surreprésentation de catégories sociales relativement aisées financièrement aussi bien en France qu’aux États-Unis. Comment permettre à des catégories sociales moins favorisées de bénéficier de ces produits locaux ? Quelques rares A.M.A.P. tentent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/a-m-a-p/#i_47785

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 386 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une « success story » du développement ? »  : […] Les progrès économiques et sociaux de ces dernières décennies amènent la Banque mondiale à parler d’une success story du développement. Selon les Nations unies, la majorité des Objectifs du millénaire pour le développement seront atteints en 2015 : 98 p. 100 des enfants ont accès à l’école primaire depuis 2001 et les inégalités d’accès entre filles et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bangladesh/#i_47785

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie GODQUIN, Solène MORVANT-ROUX, « MICROCRÉDIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcredit/