MICROCRÉDIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux origines du microcrédit

Les défis du prêt aux pauvres

Un des principes économiques de base, celui de la productivité marginale décroissante du capital, veut qu'un montant de capital investi par des entreprises qui en ont peu rapporte plus que l'utilisation de ce même capital par des entreprises qui en disposent abondamment. Le Prix Nobel d'économie Robert Lucas a ainsi estimé que le différentiel de productivité du capital serait tel que les emprunteurs d'Inde seraient prêts à payer des intérêts 85 fois plus élevés que ceux des États-Unis. À première vue, il serait donc attractif pour les banques de développer leur clientèle dans les pays en développement, disposant de peu de capital, et de cibler les entrepreneurs ayant peu d'actifs. Le niveau plus élevé des risques (politiques, économiques) dans les pays en développement diminue cependant leur attrait, et les plafonds sur les taux d'intérêt imposés par certains gouvernements les empêchent de pratiquer des taux d'intérêt qui compensent ces risques. En outre, l'hypothèse de productivité marginale décroissante du capital n'est valable que toute chose égale par ailleurs, c'est-à-dire à niveau d'éducation, conditions d'accès aux matières premières ou réseau de clients identiques. Or il est difficilement envisageable que les pauvres, tout en disposant de moins de capital, aient un niveau d'éducation, des réseaux de relations et un accès aux marchés similaires à ceux des riches. Il est donc très peu sûr qu'ils puissent dégager des profits en empruntant à des taux d'intérêt élevés. Cela étant, ce n'est pas le principal problème allant à l'encontre du prêt aux pauvres.

Les asymétries d'information

Prêteurs et emprunteurs ne partagent pas les mêmes informations : le marché du crédit est caractérisé par ce qu'on appelle des « asymétries d'information ». De ce différentiel d'information découlent trois effets pervers contre lesquels les prêteurs doivent se prémunir pour conserver la rentabilité de leur activité. Le premier de ces effets est un phénomène dit de sélection adverse ou d'antisélection. Il se produit lorsque les b [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MICROCRÉDIT  » est également traité dans :

A.M.A.P. (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 2 981 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les questions posées par les élargissements sociologiques et géographiques des A.M.A.P.  »  : […] Les profils socioculturels des « consom’acteurs » membres des associations de type A.M.A.P. apparaissent certes assez divers mais avec cependant une surreprésentation de catégories sociales relativement aisées financièrement aussi bien en France qu’aux États-Unis. Comment permettre à des catégories sociales moins favorisées de bénéficier de ces produits locaux ? Quelques rares A.M.A.P. tentent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/a-m-a-p/#i_47785

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 386 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une « success story » du développement ? »  : […] Les progrès économiques et sociaux de ces dernières décennies amènent la Banque mondiale à parler d’une success story du développement. Selon les Nations unies, la majorité des Objectifs du millénaire pour le développement seront atteints en 2015 : 98 p. 100 des enfants ont accès à l’école primaire depuis 2001 et les inégalités d’accès entre filles et garçons, tant au niveau du primaire que du s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bangladesh/#i_47785

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie GODQUIN, Solène MORVANT-ROUX, « MICROCRÉDIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcredit/