MICROCOSME ET MACROCOSME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Primat de l'unité et hiérarchie des êtres

Si l'on en croit Olympiodore, philosophe grec du vie siècle apr. J.-C., les rapports du microcosme et du macrocosme sont ainsi conçus par les penseurs de la tradition hermétique : « Hermès se représente l'homme comme un microcosme, tout ce que contient le macrocosme l'homme le contenant aussi. Le macrocosme contient des animaux terrestres et aquatiques : ainsi l'homme a-t-il des puces, des poux et des vers intestinaux. Le macrocosme a des fleuves, des sources, des mers : l'homme a les entrailles [...] Le macrocosme a le Soleil et la Lune : l'homme a les deux yeux et on réfère l'œil droit au Soleil, l'œil gauche à la Lune. Le macrocosme a des monts et des collines : l'homme a les os. Le macrocosme a les douze signes du ciel ; et l'homme les contient aussi » (cité par A. J. Festugière, La Révélation d'Hermès Trismégiste, t. I). Sous une forme naïve, ce texte exprime les principes. Entre le microcosme (l'homme) et le macrocosme (l'univers) s'établit une correspondance qu'au gré de son invention le philosophe, le mage, le peintre ou le mystique peut enrichir de mille liens subtils et évanescents. Les deux notions échappent à l'analyse rigoureuse ; elles se saisissent en corrélation à travers un système de correspondance où, à la richesse de la totalité, répond en « réduction » un modèle privilégié. Thème séduisant pour les philosophies qui cherchent à approfondir les aspects de l'unité du cosmos plutôt qu'une expérience de la séparation et de la différence. Fondé sur des analogies qui fonctionnent au niveau de l'intuition, le discours sur le microcosme et le macrocosme renvoie à une sorte de jeu de miroirs où les images se répondent, se déforment, se modulent mutuellement. Mais pour interpréter les correspondances et les signes, il faut un magicien qui possède la clé de ce langage mystérieux. Ici entrent en jeu les interprétations, c'est-à-dire des tentatives pour préciser, par-delà l'unité, l'articulation des différences. De l'Antiquité à la Renaissance, le thème aura valeur de dogme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  MICROCOSME ET MACROCOSME  » est également traité dans :

ĀTMAN

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 886 mots

La notion d' ātman est une des notions clés de la pensée indienne, une des plus anciennement attestées aussi. Sa signification première a sans doute été celle de «  souffle vital » (en allemand : Atem ). Eu égard à son usage comme pronom réfléchi, à l'accusatif, en sanskrit, l'habitude s'est prise de la rendre par «  Soi » (en anglais : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atman/#i_7986

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mahāyāna tardif et tantra »  : […] Le « Mahāyāna » montrait le caractère illusoire du monde, mais il minimisait, par là même, la gravité de l'attachement au monde. Ce qu'abhorrait le fidèle du bouddhisme primitif devait apparaître de plus en plus inoffensif à ceux qui en reconnaissaient l'inanité et pouvaient même s'en servir symboliquement, pour confirmer, dès ce monde, au cours d'une action qui ne leur répugnait plus, la conscien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_7986

CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 962 mots

Dans le chapitre « De l'algèbre à l'astrologie »  : […] « Médecin milanais », comme il aime à se désigner lui-même sur la page de titre de ses œuvres imprimées, Cardan s'est pourtant assuré la réputation la plus durable dans le domaine des mathématiques, et notamment de l'algèbre. En 1539, il publie à Milan un ouvrage d'arithmétique, la Practica arithmeticè et mensurandi singularis (réimprimé à Nuremberg). Mais c'est surtout en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-cardan/#i_7986

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme comme microcosme »  : […] De même que mythiquement le monde est formé du corps de Bangu, l'homme cosmique, de même le corps humain est un microcosme dont chaque élément est en correspondance avec une partie du macrocosme. La tête, ronde, est le Ciel, les pieds sont la Terre ; la poitrine est yang ainsi que la gauche du corps, le dos et le côté droit sont yin  ; les membres corre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_7986

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 506 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le corps : un microcosme hiérarchisé à l'image du macrocosme »  : […] Selon ces textes, le corps humain est composé d'unités anatomiques-fonctionnelles parcourues par un réseau de canaux liant toutes les parties entre elles et acheminant des substances, en particulier le sang et le Qi . Douze canaux (« canal » est aujourd'hui préféré à « méridien » car il rend mieux compte de l'idée d'acheminement qui sous-tend les termes chinois) sont reliés a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-medecine-en-chine/#i_7986

FLUDD ROBERT (1574-1637)

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une œuvre considérable »  : […] Né à Milgate House (Kent), Fludd, qui latinisa son nom en de Fluctibus , entra en 1592 à St. John's College, à Oxford. Bachelier en 1596, maître ès arts en 1598, il voyagea ensuite pendant six ans sur le continent, étudiant la médecine paracelsiste et les sciences occultes. Il s'inscrivit ensuite à Christ Church College (Oxford) et fut reçu docteur en médecine (1605). Afin de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-fludd/#i_7986

HUMEURS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Sophie SPITZ
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

Élaborée peu à peu par Hippocrate (460 env.-env. 370 av. J.-C.) et les auteurs du Corpus Hippocraticum , puis par Galien (129-env. 201), la doctrine médicale de la théorie des humeurs a joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la médecine jusqu'à la fin du xviii e siècle environ. La théorie humorale considère que la sant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-humeurs/#i_7986

ISMAÉLISME

  • Écrit par 
  • Michel BOIVIN, 
  • Osman YAHIA
  •  • 6 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La philosophie de la nature »  : […] La philosophie de la nature chez les ismaéliens s'appuie sur celle d'Aristote, réinterprétée selon une perspective néo-platonicienne. Ce qui attire d'abord l'attention du chercheur est ici la distinction entre le macrocosme et le microcosme, qu'en même temps ils considèrent comme liés l'un à l'autre et en correspondance. L'apparition du macrocosme dans l'existence répond à un acte d'instauration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ismaelisme/#i_7986

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le savoir »  : […] La « science » de Léonard a généralement déçu les philosophes qui mettent, comme il se doit, l'accent sur la systématisation des observations ; elle a ébloui ceux qui sont sensibles à la capacité d'appréhender méthodiquement les phénomènes et d'isoler leurs caractères. Il n'y a aucun doute, l'activité intellectuelle de Léonard est plus conforme à l'orientation aristotélicienne qui part de la saisi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-de-vinci/#i_7986

MAṆḌALA

  • Écrit par 
  • Odette J. MONOD
  •  • 1 583 mots
  •  • 1 média

Le maṇḍala (terme sanskrit signifiant « cercle » ; en tibétain, dkyil-'khor ) est l'expression d'un concept cosmologique qu'énoncent les textes anciens de l'Inde et que l'on traduit plastiquement sous des aspects variés. Il joue un rôle mystique et rituel dans les religions issues de l'Inde, notamment dans l'hindouisme, le bouddhisme lamaïque tibétain et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandala/#i_7986

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « La « Naturphilosophie » »  : […] Les thèmes de la Naturphilosophie se mettent donc en place, et l'on peut aussitôt donner l'une des définitions qui ont été proposées de ce type de philosophie. Elle est due à Heinrich Schmidt, dans son Philosophisches Wörterbuch  : « Ensemble des tentatives philosophiques d'interprétation et d'explication de la nature, que ce soit directement à partir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_7986

PARACELSE (1493-1541)

  • Écrit par 
  • Bernard GORCEIX
  •  • 2 316 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le philosophe et le théologien »  : […] Paracelse n'est pas un esprit systématique. Sur des points essentiels, il se contredit. Il est plus intuitif que spéculatif. Il n'empêche que, partant d'une réflexion sur le monde et sur la place de l'homme dans le monde, il aborde les grands problèmes de toute philosophie, la nature de l'âme, la création, Dieu, le mal. Des concepts originaux sous-tendent sa réflexion. Toute force agissante, natur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paracelse/#i_7986

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 4 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'un et le multiple, Dieu et le monde »  : […] Dans aucun de ses traités, Pic n'a fait un exposé complet et systématique de sa philosophie, mais on peut également dire que les thèmes dominants de sa pensée apparaissent dans la plupart d'entre eux, l' Heptaplus , le De ente et uno , l' Oratio de hominis dignitate. Philosophe de la conciliation – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pic-de-la-mirandole/#i_7986

PIERRE PHILOSOPHALE

  • Écrit par 
  • Sophie JANKÉLÉVITCH
  •  • 1 069 mots

Née en Égypte, puis transmise par les Arabes à l'Occident où elle commence à se répandre au début du xii e siècle, l'alchimie peut se définir dans son sens le plus commun comme l'art de la transmutation de tous les métaux vils en or ; la pierre philosophale est le moyen de réaliser cette conversion, mais aussi la médecine universelle, l'élixir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-philosophale/#i_7986

ROCHERS DE LETTRÉS. ITINÉRAIRES DE L'ART EN CHINE (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre microcosme et macrocosme »  : […] Les mutations dans lesquelles l'Univers ne cesse d'être l'objet de forces multiples peuvent être observées dans le paysage, et la pensée chinoise ancienne a su évoquer ces jeux de courants d'énergie sur les formes, tout comme le rapport entre les domaines de la vie. Au v e  siècle, l'empereur Xiao Wudi, relatant dans un poème son ascension du mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rochers-de-lettres-itineraires-de-l-art-en-chine/#i_7986

RONSARD PIERRE DE (1524-1585)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 2 913 mots

Dans le chapitre « La création subjuguée par la poésie »  : […] S'il avait pu prévoir ce commentaire tardif, Ronsard y aurait vu la confirmation de la théorie néo-platonicienne des fureurs telle qu'il la résumait dans l' Ode à Michel de l'Hospital , l'année même où son ami Pontus de Tyard la développait dans le Solitaire premier (1552). La fureur poétique passe des Muses au poète et du poète au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-ronsard/#i_7986

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La physique »  : […] La vision stoïcienne du monde consiste essentiellement à ne reconnaître de réalité qu'au monde, à ce qu'il contient et à ce qui le constitue, de l'intérieur, comme monde. C'est un matérialisme, mais un matérialisme dynamiste et comme spiritualiste, bien différent de l'atomisme mécaniste des épicuriens, chez qui l'impénétrabilité de la matière ne laisse subsister d'autre rapport entre les corps que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_7986

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les techniques de Longue Vie »  : […] Les techniques de Longue Vie pratiquées par les adeptes de Laozi et Huangdi étaient multiples. Sous les Han, l'Empereur jaune est considéré comme l'auteur de nombre d'ouvrages de médecine. Dans celui qui subsiste (le Huangdi neijing ), on chercherait en vain des traces d'une thaumaturgie. Le caractère impersonnel du Dao, l'idée de la continuité de l'univers dans un système de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/#i_7986

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perspectives théosophiques »  : […] Il s'agit donc toujours, pour la théosophie – de même que, d'une manière différente, pour la prophétie –, d'amplifier la Révélation. Dans la tradition judaïque, la fonction du midrash est d'actualiser celle-ci en l'interprétant en fonction du présent ; consultations et interprétations ont fini par l'organiser comme tōrah . Le christianisme conserve, com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_7986

Voir aussi

Pour citer l’article

Hélène VÉDRINE, « MICROCOSME ET MACROCOSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosme-et-macrocosme/