MICROBIOME HUMAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Effets généraux des microbiotes

Il existe un lien désormais fortement établi entre dysbioses (déséquilibres) du microbiote intestinal et pathologies rhumatismales (arthrose et arthrite rhumatoïde), cutanées (dermatoses atopiques), cardiaques, respiratoires et surtout neurodégénératives, dont certainement la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques. Ces observations qui reposent sur l’analyse comparative des microbiotes de patients et de sujets sains sont statistiquement significatives. Elles n’établissent pas pour autant de rapport de causalité, mais plutôt des contributions à ces maladies. Les mécanismes en jeu ne sont pas éclaircis. On peut en retenir deux groupes. Tout d’abord, les cellules immunitaires activées et sélectionnées dans l’intestin ne restent pas sur place. Elles migrent dans le reste de l’organisme et peuvent contribuer à un processus pathologique. De plus, l’intestin possède un tissu nerveux et neuroendocrine dense susceptible d’être affecté par une réaction inflammatoire intestinale, qui peut se traduire par une réponse propageable au reste du tissu nerveux.

Le lien entre maladies neurodégénératives et microbiote intestinal est particulièrement intéressant et étudié du fait de la gravité de ces maladies et de leur évolution. On ne connaît pas vraiment leur étiologie, mais des facteurs environnementaux sont régulièrement invoqués. Dans le cas de la maladie de Parkinson, depuis le début des années 2010, un faisceau de données corrèle fortement l’évolution de la maladie à une inflammation chronique de la muqueuse intestinale marquée par une augmentation de la perméabilité intestinale. Le microbiote est profondément modifié avec en particulier un effondrement des Prevotella et Bacteroidetes. Une série d’expériences montrent que les fèces de malades introduites dans des souris induisent des symptômes parkinsoniens au contraire de fèces d’ [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Lactobacilles en microscopie électronique

Lactobacilles en microscopie électronique
Crédits : Science Photo Library

photographie

Lien possible entre inflammation intestinale et maladie de Parkinson

Lien possible entre inflammation intestinale et maladie de Parkinson
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Étal de probiotiques

Étal de probiotiques
Crédits : Sam Dao/ Alamy/ hemis.fr

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Classification

Autres références

«  MICROBIOME HUMAIN  » est également traité dans :

MICROBIOME ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Chih-Jung CHANG, 
  • Yun-Fei KO, 
  • Hsin-Chih LAI, 
  • Jan MARTEL, 
  • David OJCIUS, 
  • John D. YOUNG
  •  • 6 522 mots
  •  • 5 médias

Notre corps abrite une communauté complexe de milliards de microbes, surtout des bactéries, mais aussi des virus, levures et protozoaires, un nombre à peu près équivalent à celui des cellules humaines. Dans des conditions normales, cette population vit en équilibre avec l’organis […] Lire la suite

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 487 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment retrouver un environnement protecteur ? »  : […] Ainsi, l’excès d’hygiène pour se protéger des microbes dès la petite enfance n’est donc pas nécessairement favorable. Un environnement dit « naturel », au sens de non ou peu aseptisé, rendrait les enfants moins vulnérables aux allergies et à l’asthme. Mais comment retrouver un effet protecteur, puisqu’il est saugrenu d’envisager un retour au mode de vie rural du xix e  siècle ? Posée en ces termes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

« MICROBIOME HUMAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiome-humain/