MICROBIOME HUMAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rôle des microbiotes humains

La plupart des organismes du microbiome humain sont bénéfiques car ils confèrent à l’homme des caractéristiques qu’il ne posséderait pas autrement. Ainsi, certains micro-organismes de l’intestin humain participent à l’hydrolyse (décomposition) des aliments et libèrent ainsi des nutriments assimilables par l’organisme, dont ils tirent également profit pour leur propre métabolisme.

Le point sans doute le plus important est la protection que le microbiome assure à l’organisme en s’opposant à l’expansion dans l’intestin de populations de bactéries nocives. En effet, de nombreux éléments du microbiome humain sont susceptibles de devenir pathogènes, alors qu’elles ne le sont pas dans les conditions usuelles, parce que leur expansion est contenue par les autres populations bactériennes. C’est le cas par exemple des bactéries du type staphylocoques, streptocoques, entérocoques, entérobactéries, ou encore des Klebsiella et Neisseria. Le passage d’un état bénéfique ou neutre à un état pathogène semble de plus en plus lié à un déséquilibre entre populations bactériennes.

L’infection par Clostridium difficile illustre bien cette situation. Caractérisée par des diarrhées récurrentes graves, des spasmes abdominaux douloureux et des nausées, elle apparaît le plus souvent chez des personnes auxquelles on a administré un traitement antibiotique alors qu’elles étaient hospitalisées. La bactérie est très répandue, mais en général inoffensive. Les antibiotiques tuent des bactéries pathogènes, contre lesquelles on les administre ; mais, ce faisant, la disparition d’une ou de n population(s) bactérienne(s) entraîne des changements considérables au sein des autres populations microbiennes humaines, de telle sorte que des populations qui étaient établies de manière stable, peuvent être supplantées par d’autres qui sont potentiellement pathogènes. Dans le cas du Clostridium diffi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Classification


Autres références

«  MICROBIOME HUMAIN  » est également traité dans :

MICROBIOME ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Chih-Jung CHANG, 
  • Yun-Fei KO, 
  • Hsin-Chih LAI, 
  • Jan MARTEL, 
  • David OJCIUS, 
  • John D. YOUNG
  •  • 6 268 mots
  •  • 5 médias

Notre corps abrite une communauté complexe de milliards de microbes, surtout des bactéries, mais aussi des virus, levures et protozoaires, qui ensemble sont dix fois plus nombreux que nos cellules. Dans des conditions normales, cette population vit en équilibre avec l’organisme e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiome-et-sante/#i_56393

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 487 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment retrouver un environnement protecteur ? »  : […] Ainsi, l’excès d’hygiène pour se protéger des microbes dès la petite enfance n’est donc pas nécessairement favorable. Un environnement dit « naturel », au sens de non ou peu aseptisé, rendrait les enfants moins vulnérables aux allergies et à l’asthme. Mais comment retrouver un effet protecteur, puisqu’il est saugrenu d’envisager un retour au mode de vie rural du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme-et-immunite-innee/#i_56393

Voir aussi

Pour citer l’article

« MICROBIOME HUMAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiome-humain/