MICROANALYSE CHIMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Analyse et microanalyse

La microanalyse est un des aspects de l'analyse chimique, car les mêmes techniques de séparation et de mesure sont mises en œuvre. Cependant, elle n'est pas uniquement la transposition, à l'échelle microanalytique, des méthodes employées en analyse classique. Elle nécessite parfois des protocoles expérimentaux particuliers et, souvent, des équipements de dimensions adaptées à la manipulation des microéchantillons, pour leur prélèvement (microspatules, microseringues...), pour leur pesée (microbalances électroniques...), pour leur traitement (microbechers, microgodets...), ou encore pour leur mesure (microcellules en électrochimie ou spectrométrie...).

La première étape d'une analyse est l'échantillonnage, c'est-à-dire l'obtention d'un échantillon représentatif de l'objet. Cela est encore plus difficile à réaliser en microanalyse, lorsqu'il s'agit d'obtenir quelques milligrammes, et souvent moins, d'un échantillon représentatif et surtout homogène, afin que les résultats soient dignes d'intérêt et de confiance.

La seconde étape concerne le prélèvement analytique, c'est-à-dire l'extraction d'une quantité suffisante de l'échantillon pour effectuer une détermination et une pesée. Le choix du récipient pour ces opérations dépend de la nature de la substance, du dosage envisagé et de la méthode utilisée. Pour les microéchantillons solides, la nature du contenant est variée : des nacelles en platine, en argent, en aluminium ou en porcelaine de dimensions de l'ordre de 10 × 5 × 5 mm, des microgodets cylindriques à fonds plats d'un diamètre de 2 à 4 mm et d'une hauteur de 4 à 7 mm, des micromatras ou des microbechers de 60 à 100 ml, des petits carrés de papier filtre lavé et séché de 20 mm de côté, des capsules de méthylcellulose cylindriques de l'ordre de 5 mm de diamètre et de 10 mm de hauteur. Les substances pâteuses sont prélevées et pesées dans des nacelles. Pour les liquides non volatils, on ne rencontre pas de difficultés en employant des nacelles ou des microbechers. Par contre, pour les liquides volatils, il est nécessaire de disposer de récip [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du service central d'analyse du C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  MICROANALYSE CHIMIQUE  » est également traité dans :

GAZ ANALYSE DES

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 6 558 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique et évolution de la gazométrie »  : […] Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, on ne se préoccupait pas de recueillir les gaz qui se produisaient au cours des réactions chimiques. Tous les gaz étaient alors confondus avec l'air, l'un des quatre éléments des alchimistes. Ceux-ci imaginaient-ils qu'il puisse exister d'autres fluides aériformes que l'air ? L'Anglais Robert Boyle (1627-1691), qui, indépendamment de Edme Mariotte (1620 env.-1684 […] Lire la suite

MÉTALLOGRAPHIE - Microscopie électronique

  • Écrit par 
  • Guy HENRY, 
  • Barry THOMAS
  •  • 6 076 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Microanalyse »  : […] La méthode de microanalyse le plus souvent employée dans un microscope à balayage est celle de la spectrométrie X. Sous le bombardement des électrons incidents, l'ionisation des atomes au niveau des couches internes donne naissance à un rayonnement X caractéristique des espèces chimiques présentes dans l'échantillon. Le spectre de raies caractéristiques est superposé sur un fond continu du rayonn […] Lire la suite

MICROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Christian COLLIEX, 
  • Jean DAVOUST, 
  • Étienne DELAIN, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Georges NOMARSKI, 
  • Frank SALVAN, 
  • Jean-Paul THIÉRY
  •  • 19 715 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Comprendre les images et les clichés de diffraction »  : […] À cette fin, il faut comprendre comment les électrons tombant sur l'échantillon interagissent avec lui et comment l'information qu'ils transportent est ensuite recueillie par les détecteurs. Procédons par étapes : si nous envoyons un faisceau parallèle d'électrons sur un atome isolé, il y a diffusion du faisceau par l'atome, c'est-à-dire qu'après interaction les électrons voyagent dans toutes les […] Lire la suite

MICROSONDE ÉLECTRONIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise BALIBAR
  •  • 650 mots

Les microscopes électroniques modernes ont un pouvoir de résolution (distance minimale séparant deux points vus comme distincts dans l'appareil) de l'ordre de quelques dixièmes de nanomètres. Cependant, l'information ainsi recueillie, information de nature morphologique , n'est souvent utilisable que si elle est accompagnée d'une connaissance de la composition chimique précise de l'échantillon. A […] Lire la suite

PREGL FRITZ (1869-1930)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 318 mots

Chimiste autrichien né à Laibach (Autriche) et mort à Graz. Pregl obtient en 1894 le doctorat en médecine à l'université de Graz. Il y est nommé assistant puis professeur en 1904 après avoir suivi en Allemagne les cours de chimie physique de Wilhelm Ostwald à Leipzig et de Emil H. Fischer à Berlin. De 1910 à 1913, Pregl est professeur de chimie médicale à l'université d’Innsbruck, puis il retourn […] Lire la suite

PUCES À ADN ET LABORATOIRES SUR PUCE

  • Écrit par 
  • Michel BELLIS, 
  • Claude VAUCHIER
  •  • 2 262 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les laboratoires sur puce »  : […] Par analogie avec la microélectronique, la biopuce est assimilée à un composant mémoire, alors que le laboratoire sur puce ou « labpuce » ( lab-on-a-chip, labchip ou encore microTAS , pour micro-total analysis system , en anglais) peut être comparé à un microprocesseur dans lequel les électrons et les conducteurs sont remplacés, respectivement, par des molécules et des microcanaux. Un labpuce es […] Lire la suite

RAMAN EFFET

  • Écrit par 
  • Michel DELHAYE
  •  • 6 453 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Applications de l'effet Raman »  : […] L'effet Raman a donné naissance à une méthode d'analyse essentiellement non destructive, rapide, et qui n'exige qu'une quantité très faible d'échantillon. Longtemps cantonnée à des études structurales de caractère académique, la spectrométrie Raman a ouvert, grâce au développement d'instruments très performants, de nouveaux domaines d'applications analytiques fondées sur l'identification des espè […] Lire la suite

TISSUS ANIMAUX

  • Écrit par 
  • Roger MARTOJA, 
  • Jean RACADOT
  •  • 7 226 mots

Dans le chapitre « Histochimie quantitative »  : […] La détermination des masses sèches peut être faite par microradiographie de coupes déshydratées, l'absorption des rayons X qui traversent la coupe étant plus importante dans les régions de masse élevée. On mesure ainsi, sur des surfaces de 1 μm 2 , des masses de l'ordre de 10 −14 g ; connaissant l'épaisseur de la coupe, on peut obtenir la masse par unité de volume. Ainsi a-t-on pu calculer, pour l […] Lire la suite

TRACES ÉLÉMENTS EN

  • Écrit par 
  • Jean GONI, 
  • Michel LELEU
  •  • 2 758 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dosage des éléments en traces »  : […] Le dosage d'un élément en traces dans une roche peut être effectué par les techniques analytiques traditionnelles. La mise en solution du minéral ou de la roche permet d'utiliser ensuite soit les méthodes colorimétriques, polarographiques, par exemple, soit la spectrométrie d'absorption atomique ; on aboutit alors, pour les éléments courants tels que les métaux, à des seuils de détection de l'ord […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain LAMOTTE, « MICROANALYSE CHIMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/microanalyse-chimique/