MICRO-HISTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diffusion

C'est en 1975 que Giovanni Levi prend la direction de Quaderni Storici et que s'ouvre une période intense d'élaboration et de conquêtes. Bientôt dotée d'un comité de rédaction élargi, la revue va servir au mouvement à la fois de lieu de rencontre, de terrain d'expérimentation et de canal de diffusion. En 1981, le grand éditeur turinois Giulio Einaudi crée la collection Microstorie, qui ne fera que relayer cette influence.

Paradoxalement, la crise de l'Université italienne contribue à l'expansion internationale du mouvement. Faute de recrutements sur place, les jeunes micro-historiens se tournent vers les universités européennes et nord-américaines. En France, l'École des hautes études en sciences sociales se révèle particulièrement réceptive. Outre ses liens anciens avec l'Italie, elle trouve dans la microstoria une pertinence particulière en cette fin des années 1980, où les paradigmes des Annales sont remis en cause. De la micro-histoire, les historiens français, à commencer par Bernard Lepetit et Jacques Revel, retiennent l'importance de l'expérimentation et des jeux d'échelles, nécessaires pour renouveler une historiographie jusqu'alors trop centrée sur les dynamiques macroscopiques.

Surtout, la micro-histoire contribue au grand basculement qui caractérise alors les sciences sociales, de l'étude des structures à celle des pratiques. De ce mouvement d'ensemble découle un bilan ambigu : il assure une certaine pérennité aux outils, ingénieux et efficaces, qu'a forgés la microstoria, tout en diluant ses acquis dans l'historiographie générale. C'est la contrepartie, sans doute, de l'empirisme d'un mouvement qui, à la formulation serrée d'un programme de recherche de long terme, a préféré la curiosité et l'inventivité, en tentant de porter un regard neuf et parfois insolite sur les dossiers historiographiques les plus balisés.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MICRO-HISTOIRE  » est également traité dans :

LE FIL ET LES TRACES (C. Ginzburg) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 070 mots

Publié en France en même temps qu'une édition augmentée de Mythes, emblèmes, traces (Verdier, 2010), Le Fil et les traces. Vrai faux fictif (trad. M. Rueff, Verdier, 2010) rassemble quinze essais, plus un placé en annexe. La traduction française joint utilement une bibliographie des écrits de Carlo Ginzburg sur près de cinquante années de production. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fil-et-les-traces-c-ginzburg/#i_45586

GINZBURG CARLO (1939- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 105 mots

Dans le chapitre « Traces, déplacements, lapsus »  : […] Cette démarche intellectuelle peut s'appliquer au Baptême , à La Flagellation et à tout le cycle de la Vraie Croix du peintre d'Arezzo ( Enquête sur Piero della Francesca , 1981 ; trad. franç. 1983), ici replacés dans leur contexte géopolitique, à savoir les projets de reconquête de la Grèce et de nouvelles croisades en Orient. Une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-ginzburg/#i_45586

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « La micro-histoire »  : […] D'Italie allait surgir une autre transformation novatrice. La micro-histoire substitue un modèle d'analyse qui remet en cause la démarche sociologique classique, les présupposés scientifiques, en s'inscrivant toutefois dans une exigence rigoureusement rationaliste qui le distingue des dérives relativistes du moment. Malgré une revue, Quaderni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-courants-et-ecoles-historiques/#i_45586

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul-André ROSENTAL, « MICRO-HISTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/micro-histoire/