FOUCHER MICHEL (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géographe et diplomate, Michel Foucher (né le 6 août 1946) est un spécialiste de la géopolitique, et notamment de la notion de frontière. Il a explicité dans une soixantaine de publications les enjeux géopolitiques mondiaux, mettant en œuvre une méthode qui articule les échelles d’analyse et les différentes temporalités. Ses premiers séjours et travaux de recherche furent consacrés à l’Amérique latine (Argentine, Brésil), en particulier aux fronts pionniers, étudiés à travers le prisme de la question agraire et de la géopolitique. Une géopolitique alors éclipsée dans la recherche universitaire française et que Michel Foucher proposera au fil de ses travaux de penser et de pratiquer comme « une méthode globale d’analyse géographique de situations sociopolitiques concrètes ». À travers cette approche sont interrogées d’autres disciplines, notamment l’histoire et la philosophie, sollicitées entre autres pour éclairer le rôle des perceptions et des représentations. Parfois réduite à l’étude des relations entre États, des conflits et des enjeux de puissance, la géopolitique se définit plus largement dans les travaux de Michel Foucher, où elle inclut celle des configurations politiques, économiques, culturelles. Elle lie à différentes échelles les situations internes aux États et leurs options en politique étrangère.

Michel Foucher

Photographie : Michel Foucher

Pour les décideurs politiques, l'expertise du diplomate et géographe Michel Foucher (ici en 2012), penseur de la notion de frontière, est essentielle dans un monde globalisé où les États, définis notamment par leurs frontières, jouent encore un rôle majeur. 

Crédits : Vincent Fournier/ Jeune Afrique

Afficher

Lieu privilégié d’articulation du politique et du spatial, la frontière constitue à cet égard un thème central dans les analyses de Michel Foucher. Publié dans le prolongement d’une thèse d’État portant sur les frontières des États du Tiers Monde (1986), l’ouvrage Fronts et Frontières, un tour du monde géopolitique (1988, 1991) déconstruit une représentation de la frontière qui réduirait celle-ci à une contrainte artificielle et à une rémanence archaïque. Tracer frontière est un acte de géopolitique appliqué constitutif d’identités et par lequel s’inscrivent dans l’espace des constructions étatiques et nationales. Ce thème sera repris et approfondi dans L’Obsession des frontières (2007, 2012) et Le Retour des frontières (2016, 2020). À rebours des thèses assimilant intensification des échanges et fin des frontières, le géographe souligne le rôle de marqueurs identitaires de celles-ci, la fonction de contrôle qu’elles jouent plus que jamais sans que le besoin de délimitation et de protection des nations soit pour autant réductible à une aspiration au cloisonnement.

Analyser les interfaces, interroger les logiques d’ouverture et de fermeture, identifier les fondamentaux, les structures de base tout en explicitant les trajectoires de transformation grâce à des lectures complétées par des enquêtes de terrain, la méthode est développée dans deux livres-atlas dirigés par Michel Foucher : Fragments d’Europe (1993, 1998) et Asies nouvelles (2002). Continents anciens plutôt que vieux, l’Europe et l’Asie y sont abordées à différentes échelles avec une mise en évidence de la profondeur historique nécessaire à l’interprétation des mutations spatiales et des orientations stratégiques. Dans le prolongement du tableau de l’Europe médiane après la bifurcation de 1989 dressé dans Fragments d’Europe, plusieurs ouvrages de Michel Foucher interrogent l’organisation spatiale des sous-ensembles du continent européen (Géopolitique du Danube, 1999), de ses confins (L'Arctique : la nouvelle frontière, 2014) ainsi que les enjeux auxquels ce dernier est confronté (La République européenne, 1998 ; L’Europe entre géopolitiques et géographies, 2009 ; L’Europe et l’Avenir du monde, 2009).

Rencontre entre un espace et un projet politique, l’Union européenne est abordée dans ces publications comme un laboratoire, aucun autre continent n’ayant vu ses composantes étatiques mutualiser leurs souverainetés. Si la dévaluation des frontières internes illustre les avancées du projet européen, les limites orientales de celui-ci restent indéfinies. D’où l’attachement de Michel Foucher aux représentations de l’Europe au sein des nations européennes, à leur rôle dans la géoéconomie du continent et aux articulations entre l’Union européenne et ses voisinages (Russie, Ukraine, Turquie, Méditerranée). Michel Foucher suggère de penser l’Europe non comme une entité aux bornes fixées par l’Histoire ou par le fait religieux, mais comme une superposition d’ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FOUCHER MICHEL (1946- )  » est également traité dans :

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 356 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tracés des frontières et héritages coloniaux »  : […] Toutefois, le discours sur l’artificialité des frontières se focalise surtout sur la question des héritages coloniaux. Il se construit souvent en décalage avec la genèse des tracés, comme l’illustrent les frontières postcoloniales du continent africain. Les frontières africaines résultent d’un découpage rapide et exogène : les puissances européennes (notamment la France et le Royaume-Uni), rivale […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilles LEPESANT, « FOUCHER MICHEL (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-foucher/