CROZIER MICHEL (1922-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une sociologie de la bureaucratie

Alors que ses premiers travaux sont encore principalement consacrés à l'histoire du mouvement ouvrier et à l'action des syndicats, Crozier s'est intéressé à partir de son entrée au C.N.R.S., en 1952, au rôle des employés et des petits fonctionnaires dans la structure sociale française. Il aborde cet univers sous les angles des phénomènes de la conscience de classe et de la participation sociale. Il élabore ainsi une analyse sociologique de l'administration où il propose un compromis entre une vision rationaliste des capacités de choix des agents, découlant des conceptions wébériennes, et un certain humanisme fondé sur l'affirmation de l'irréductibilité des mêmes agents aux impératifs des appareils bureaucratiques. Le modèle qu'il met au point implique l'existence, au sein des organisations, de « zones d'incertitudes », que cherchent à maîtriser les acteurs, en vue de consolider leurs positions stratégiques.

Son interprétation comporte une conception de la bureaucratie en tant qu'entité résistante, réticente au changement. Des mécanismes d'adaptation sont créés par ceux qui travaillent dans les organisations bureaucratiques afin de surmonter des rapports éventuellement conflictuels. Ces organisations sont donc des lieux relativement fermés sur eux-mêmes, qui constituent des freins au dynamisme souhaité d'une société moderne, en particulier de la société française. Les routines et rigidités qui y affectent les institutions bureaucratisées font précisément partie des moyens de défense de ceux qui doivent y subir des relations d'autorité trop oppressantes, héritées d'une longue tradition. Crozier tire ses conclusions d'observations empiriques, et non de raisonnements abstraits. Si son livre Le Phénomène bureaucratique (1963) repose sur une analyse du comportement des fonctionnaires de deux administrations françaises (les Chèques postaux et la S.E.I.T.A.), un autre ouvrage, Le Monde des employés de bureau (1965), est tiré d'une enquête qui a porté sur sept compagnies d'assurances parisiennes.

Pour Crozier, les sociologues doivent analyser [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CROZIER MICHEL (1922-2013)  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - La science administrative

  • Écrit par 
  • Jacques CHEVALLIER, 
  • Danièle LOCHAK
  •  • 3 207 mots

Dans le chapitre « Les principaux courants de la science administrative contemporaine »  : […] L'intitulé « science administrative » recouvre aujourd'hui des recherches portant sur des objets variables et entreprises dans des perspectives diverses. On peut, en dépit de la part d'arbitraire qui s'attache à toute classification de ce type, distinguer parmi elles trois courants : un courant juridico-politique dont le but essentiel est de parvenir à une meilleure connaissance des structures et […] Lire la suite

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Dans le chapitre « Les néo-rationalistes »  : […] Les premiers théoriciens de la rationalité bureaucratique avaient accepté, sans la mettre en doute, l'expérience des ingénieurs tayloriens qui ne considéraient pas les membres d'une organisation comme des êtres libres mais comme de simples rouages de la machine. Les théoriciens des dysfonctions s'appuyaient avant tout sur une analyse des éléments affectifs du comportement. Le renversement de persp […] Lire la suite

INTERVENTION SOCIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • W. ACKERMANN
  •  • 3 834 mots

Dans le chapitre « Principales démarches »  : […] Les caractéristiques les plus évidentes des démarches qui se sont donné pour objectif la modification du fonctionnement global de l'organisation ont été élaborées plus tardivement que les précédentes, et ont été d'abord mises en œuvre aux États-Unis. Les travaux de F. Mann et de son équipe de l'université du Michigan (1950) en offrent les premiers éléments. Leur idée majeure est la suivante : il f […] Lire la suite

ORGANISATIONS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • René DAVAL
  •  • 5 301 mots

Dans le chapitre « La théorie actionniste des organisations »  : […] La théorie actionniste est issue des travaux de Talcott Parsons et, plus lointainement, de ceux du grand sociologue allemand Max Weber. Tout système social – et l'organisation en est un – peut être compris à partir de l' action des différents agents qui le composent. Celle-ci est signifiante : l'acteur obéit à des mobiles, à des motifs, poursuit une fin qu'il s'est préalablement fixée, compte tenu […] Lire la suite

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Dans le chapitre « Une sociologie constructiviste et relationnelle »  : […] La sociologie constructiviste prend au sérieux une chose simple et pourtant controversée : dans les partis comme dans tous les autres espaces sociaux à étudier, on ne peut concevoir, selon les termes de Pierre Bourdieu, l'agent social sans son champ ou, selon ceux de Michel Crozier, l'acteur sans son système. Pour répondre à la question « pourquoi et comment les agents font ce qu'ils font », il f […] Lire la suite

PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel EYMERI-DOUZANS
  •  • 3 415 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sociologie française et les professions »  : […] En dépit des raisonnements précurseurs de Durkheim, la notion de profession a ensuite été délaissée par notre tradition sociologique, tandis que l'I.N.S.E.E. organisait cette singularité française d'une mise en cases, en ordre et en sens de notre population dans et par une nomenclature des « catégories socioprofessionnelles » (C.S.P.) , devenues « professions et catégories sociales » (P.C.S.). I […] Lire la suite

SOCIÉTÉ DE MASSE

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 3 716 mots

Dans le chapitre « Des chances espérées et un risque durable »  : […] Les sociétés modernes ainsi décrites semblent vouées à l'autodestruction, car elles ne paraissent plus pouvoir fonctionner comme un organisme social. Depuis le milieu du xx e  siècle, on s'est pourtant efforcé de récuser la validité de la théorie de la société de masse en examinant de plus près la réalité sociale elle-même. On a voulu marquer l'aspect romantique, conservateur et passéiste de cette […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'analyse stratégique : l'acteur et le système »  : […] Issu des travaux d'Herbert Simon (1947) sur la rationalité limitée et de ceux de Michel Crozier sur l'administration française et Le Phénomène bureaucratique (1964), ce courant se rattache aux sociologies de l'action dans une perspective particulière, celle des rapports de pouvoir conçu non comme de la domination, mais comme des capacités inégales d'influencer autrui au sein d'une organisation […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude JAVEAU, « CROZIER MICHEL - (1922-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-crozier/