SCHAPIRO MEYER (1904-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une double carrière

En 1924, Meyer Schapiro obtint un bachelor en histoire de l'art et en philosophie à Columbia et, cinq années plus tard, il soutint brillamment un doctorat sur le cloître et le portail de l'abbaye Saint-Pierre de Moissac, qu'il livra sous forme d'article à la revue Art Bulletin en 1931, intitulé « The Romanesque Sculpture of Moissac » (traduit en français sous le titre La Sculpture de Moissac, Paris, 1987). Il fut considéré, dès lors, comme une autorité dans les domaines de l'art roman et de l'iconographie chrétienne. Peu après, il s'intéressa à la schématisation et à l'abstraction dans l'art roman (1932-1933), puis aux sculptures de Saint-Gilles du Gard (1935) et à celles de Souillac (1939), étudia les formes de la transition du mozarabe au roman à Saint-Dominique de Silos (1939), avant de donner une première synthèse sur l'appréciation esthétique et les comportements artistiques aux xie-xiie siècles (1947). Ses préoccupations avaient fait de lui l'égal d'un Arthur Kingsley Porter, le grand historien de l'art issu de l'histoire du pèlerinage. Cependant, les intérêts de Meyer Schapiro étaient variés et débordaient du champ strictement médiéval.

À la suite de certains chercheurs, tel Arthur L. Kroeber, dont le livre Style and Civilizations parut à Ithaca, en 1957, Meyer Schapiro se passionna pour les relations profondes qui existaient entre l'art et les autres formes de culture, voire de civilisation. Il réfléchit à la notion de style (1953, 1959), aux conditions de rupture et d'évolution, ainsi qu'aux moments de crise, qui pouvaient survenir et infléchir le cours de la création artistique. Critique influent, il appliqua ses concepts aux xixe et xxe siècles et renouvela la vision trop traditionnelle que l'on avait alors de plusieurs peintres, en confrontant leurs œuvres à la société de leur temps : Courbet et l'imagerie populaire (1940-1941) ; Vincent Van Gogh (1946) ; Fromentin, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Bourgogne

Classification


Autres références

«  SCHAPIRO MEYER (1904-1996)  » est également traité dans :

LES MOTS ET LES IMAGES. SÉMIOTIQUE DU LANGAGE VISUEL (M. Schapiro) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SCHMITT
  •  • 1 004 mots

Le livre de Meyer Schapiro (Les Mots et les images. Sémiotique du langage visuel, Macula, Paris, 2000) comporte deux études différentes : la première, « Les Mots et les images. Littéralité et symbolisme dans l'illustration d'un texte », qui donne son […] Lire la suite

STYLE, ARTISTE ET SOCIÉTÉ, Meyer Schapiro - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 302 mots

Dans l'histoire de l'art du xxe siècle, l'œuvre de Meyer Schapiro (1904-1996) tire son originalité de sa portée fondamentalement critique. Si dans ses différentes contributions, aucun ouvrage ne domine véritablement – au point qu'il apparut longtemps comme un historien de l'art célèbre qui n'avait cependa […] Lire la suite

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

En histoire de l'art, le formalisme ne peut être dissocié d'une interrogation sur le style. En cela, son objet est l'analyse de l'art, conçu, pour reprendre les termes de l'historien de l'art et critique Meyer Schapiro (1904-1996), comme « un système de formes qui possèdent une qualité et une expression significatives rendant visibles la personnalité d'un artiste et la conception générale d'une c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel RUSSO, « SCHAPIRO MEYER - (1904-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/meyer-schapiro/