MÉTROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Livre de 16 onces

Livre de 16 onces
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Gallon anglais

Gallon anglais
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Boisseau de Paris

Boisseau de Paris
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Minot et muid

Minot et muid
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Des survivances des anciens systèmes

La métrologie forestière reste marquée par la survivance d'anciennes mesures et usages locaux. Les procédés de mesurage changent lentement et il est difficile de substituer l'évaluation au poids à l'ancienne évaluation en volume. D'où viennent les difficultés ? il a pourtant fallu adopter des mesures géométriques entendues par tous les acheteurs du bois, même lointains. Le commerce, dès qu'il sort des limites du cadre local, oblige à adopter ces mesures exprimées dans un langage connu des destinataires. Calculer le volume d'une grume – le tronc abattu – n'est pas trop ardu. On mesure sa rotondité à l'aide d'une ficelle portant des nœuds qui correspondent à des fractions du « pied ». Toute erreur ou fraude rentre au carré dans le calcul du volume. La mesure la plus usitée du bois coupé reste la « corde » dont l'usage fut encore légalisé en 1947. Or il existe six types de corde auxquels le pied fournit les mesures de largeur et de hauteur. Seule la longueur, système métrique oblige, est établie en mètres. Si l'une de ces dimensions varie, par exemple la longueur des bûches (qui donne la largeur de la corde empilée), ou la hauteur, la corde mesurera de 56 pieds cubes à 128 pieds cubes. Le stère fondé sur le mètre et qui sert à la vente est fait de 29 pieds cubes. Il désigne le mètre cube (m3) de bois empilé, vides inclus. Stère et mètre cube ne se recouvrent pas. Un empilement de bois, même si on fait abstraction des fraudes possibles, offre toujours une partie pleine et une partie vide. Pour un stère de bois empilé, la somme du cubage de chaque bûche excède rarement 0,700 m3 et les vides occupent donc 0,300 m3. Le rapport du volume total au volume plein atteint 1/0,7 = 1,43 et il faut empiler 1,43 stère pour obtenir un volume de bois de 1 m3. Ce rapport est variable, il dépend de l'essence, de la grosseur des bûches, de l'importance respective des bois droits ou tors. Or les deux mesures, stère et mètre cube, ont chacune leur importance, leur usage, car avec la première on calcule l'emplacement où sera logé le bois, sur le véhicul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des universités de Venise et Lille, directeur de recherche émérite (C.N.R.S. Paris)

Classification


Autres références

«  MÉTROLOGIE  » est également traité dans :

SYSTÈME MÉTRIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Suzanne DÉBARBAT
  •  • 418 mots

9 mars 1790 Un rapport de Talleyrand propose à l'Assemblée constituante un système de normalisation des poids et mesures.8 mai 1790 Un décret, sanctionné par Louis XVI le 22 août, introduit le mot mètre.27 octobre 1790 Une commission de l'Académie des sciences adopte le caractère décimal pour le nouveau système. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-metrique-reperes-chronologiques/#i_30448

BALANCE ROBERVAL

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 680 mots
  •  • 2 médias

La balance Roberval a été l’instrument de pesage le plus utilisé au cours du xix e  siècle et une grande partie du xx e , que ce soit dans le commerce, la vie domestique ou l’enseignement. Elle doit ce succès à sa simplicité de construction, à sa grande robustesse et à sa facilité d’emploi. Jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balance-roberval/#i_30448

BIBLIOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Ghislaine FILLIATREAU
  •  • 1 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La bibliométrie, un dispositif technique comme les autres  »  : […] Comme toutes les techniques de métrologie, la bibliométrie se prête à de multiples usages. Du côté de la mise en évidence utile de réalités, on peut par exemple songer aux effets des politiques de financement, à l’observation du mouvement des sciences, à l’objectivation d’évolutions impossibles à percevoir sans étude statistique. Du côté de l’évaluation des chercheurs, elle peut jouer un rôle bru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bibliometrie-et-evaluation-de-la-recherche/#i_30448

FABRY CHARLES (1867-1945)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 545 mots

Physicien français né à Marseille et mort à Paris, Charles Fabry entra à l'École polytechnique à dix-huit ans. Il s'orienta ensuite vers l'enseignement secondaire, puis, son doctorat obtenu, fut nommé à la faculté des sciences de Marseille en 1894. En 1921, il occupa une chaire de physique à la Sorbonne et en 1926 à l'École polytechnique. Il entra à l'Académie des sciences en 1924. Dans l'œuvre sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-fabry/#i_30448

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mécanique »  : […] Les trois domaines de la mécanique auxquels les savants arabes ont consacré la plupart de leurs études sont la dynamique, la statique et l'hydrostatique. Pour le premier, encore que tributaires de la dynamique aristotélicienne, ils ont développé, à la suite de Jean Philopon, mais sans commune mesure avec lui, la théorie de l' impetus . Récusant l'idée péripatéticienne d'une a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_30448

LIVRE TOURNOIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 4 501 mots

Dans le chapitre « Le poids »  : […] Les poids utilisés jusqu'au xix e  siècle ont pour base commune l'once romaine (environ 27,287 grammes). Le multiple le plus courant est la livre de 12 onces, mais on trouve aussi des livres de 12 1/2, 15, 16 et 18 onces selon les époques et les régions. Charlemagne unifie les poids et définit une livre de 12 onces. Au x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-tournois/#i_30448

MÉSOPOTAMIE - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Christine PROUST
  •  • 3 604 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les époques achéménide et hellénistique »  : […] Alors que l’histoire intellectuelle du II e  millénaire est inséparable de celle des écoles de scribes, celle du I er  millénaire est inséparable de celle des bibliothèques. Les politiques royales de constitution des grandes bibliothèques ont sans doute commencé à la fin du II e  millénaire, puis ont continué à grande échel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-les-mathematiques/#i_30448

MICHELSON ALBERT ABRAHAM (1852-1931)

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 185 mots

Physicien américain, d'origine polonaise, né le 19 décembre 1852 à Strelno, en Prusse (aujourd'hui Strzelno, en Pologne) et mort le 9 mai 1931 à Pasadena en Californie. Professeur à l'université de Chicago, Prix Nobel de physique (1907), inventeur de l'interféromètre qui porte son nom, Albert Abraham Michelson a mené de nombreuses recherches expérimentales en optique, caractérisées par la rigueur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-abraham-michelson/#i_30448

NOMENCLATURE DU SYSTÈME MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Suzanne DÉBARBAT
  •  • 195 mots

La normalisation des poids et mesures, préoccupation remontant en France à Henri IV, voire à Charlemagne, est tentée sans succès à l'époque même où se crée (1667) l'Observatoire de Paris. Il faut attendre la Révolution française pour que l'Académie des sciences soit chargée de fixer les éléments d'un système d'uniformisation des poids et mesures. Les rapports des différentes commissions alors inst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nomenclature-du-systeme-metrique/#i_30448

TEMPS

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Olivier COSTA DE BEAUREGARD
  •  • 14 773 mots

Dans le chapitre « Le temps physique »  : […] Parmi les diverses grandeurs définies et étudiées par le physicien avec l'idéal constant de parvenir à les rendre mesurables , le temps possède des caractères propres. Par la richesse de ses implications qui ne concernent pas la physique (implications sociologiques, biologiques, psychologiques, métaphysiques), il s'entoure d'une a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/#i_30448

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Claude HOCQUET, « MÉTROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrologie/