METRO GOLDWYN MAYER (M.G.M.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La plus vénérée de toutes les « majors » hollywoodiennes de l'âge classique a été édifiée par Marcus Loew (1870-1927) qui, après avoir exercé divers métiers, avait investi dans le music hall et l'exploitation cinématographique, ainsi que dans les galeries de jeux et les parcs d'attractions. Devenu propriétaire d'un important circuit de salles dans la région de New York et soucieux d'assurer son approvisionnement en programmes, il rachète en 1919 la Metro Pictures, qui produit et distribue en fédérant les intérêts de plusieurs petits producteurs de la côte est. Puis il acquiert en 1924 la Goldwyn Pictures Corporation, que Samuel Goldwyn avait créée en 1916 avant d'en être évincé par ses partenaires financiers. Goldwyn disposait alors de l'un des studios les plus modernes de Los Angeles, à Culver City, où il avait adopté pour « logo » le fameux lion rugissant et la devise Ars Gratia Artis « l'art pour l'amour de l'art » ––il devra ensuite se battre pour pouvoir utiliser son propre nom dans sa nouvelle société, contre la pression de la Metro-Goldwyn-Mayer... Enfin Loew embauche Louis B. Mayer comme patron de la production, au prix de l'acquisition de son petit studio et de l'adjonction de son nom au triptyque. Nicholas Schenck, son lieutenant de toujours, succédera à Loew après son décès (1927), tandis que Mayer est assisté par Irving Thalberg jusqu'à la mort de ce dernier (1936).

La M.G.M., née, formellement, en 1924 devient très vite une des « Big Five ». L'intégration de la production et de la distribution au réseau de salles de la Loew's, ses réseaux internationaux ainsi qu'une grande constance dans ses programmes – tant dans son style que dans les succès commerciaux – lui assurent un fort prestige dans l'industrie du cinéma jusqu'aux années 1960.

Dans la ligne tracée par l'ancienne Metro, qui avait révélé Rudolph Valentino dans Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (1921), la M.G.M. investit dans les années 1920 dans les budgets élevés et le star system : Ben Hur (1926) de Fred Niblo, la Foule (1928) de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  METRO GOLDWYN MAYER (M.G.M.)  » est également traité dans :

ASTAIRE FRED (1899-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 130 mots
  •  • 4 médias

Fred Astaire , de son vrai nom Frederick Austerlitz, est né le 10 mai 1899 à Ohama (Nebraska, États-Unis). Il est surtout célèbre pour les grandes comédies musicales dont il partage la vedette avec Ginger Rogers. Beaucoup voient en lui le meilleur danseur de musique populaire de tous les temps. Né dans une famille aisée, Astaire apprend la danse dès l'âge de quatre ans. En 1906, il monte avec sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fred-astaire/#i_9130

BROWN CLARENCE (1890-1987)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 890 mots

Clarence Brown fait partie de ces probes artisans du cinéma américain, dédaignés des historiens et des critiques sous prétexte qu'on ne trouve pas dans leur œuvre d'évidente continuité thématique, de constantes formelles, ni la trace palpable d'un auteur , au sens moderne du mot, mais seulement (et ce n'est pas rien) une parfaite connaissance du métier de réalisateur, un sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clarence-brown/#i_9130

CHANTONS SOUS LA PLUIE, film de Stanley Donen et Gene Kelly

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 109 mots

En 1951, la Metro Goldwyn Mayer est devenue, parmi les « majors », la compagnie la plus riche en vedettes, et le producteur Arthur Freed (ancien auteur de chansons) y dirige un département consacré à la comédie musicale de prestige. Les films-florilèges consacrés aux auteurs-compositeurs étant à la mode, il souhaite se faire plaisir en commandant un scénario qui permette de rassembler ses propres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chantons-sous-la-pluie-stanley-donen-et-gene-kelly/#i_9130

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le règne des « producers » »  : […] Le cinéma muet avait su compenser son infirmité foncière par un surcroît de sensibilité et d'invention. Mais il ne pouvait se passer plus longtemps de la parole et du son. La mise au point technique du parlant ne fut pas déterminante, puisque les premiers essais concluants du synchronisme entre l'image et le son avaient été réalisés en 1919. À l'époque, les producteurs et les distributeurs d'un c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_9130

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 316 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deux bouleversements : le son et la couleur »  : […] À l'aube des années 1930 se produisit une importante révolution dans la photographie de cinéma. D'abord l'arrivée du son, qui amenait les chefs opérateurs (et un ou deux assistants) à s'enfermer dans des cabines roulantes et limitait considérablement la mobilité de la caméra. Le développement des recherches dans la dramatisation de la lumière se trouve en outre amoindri par le fait que l'on peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-photographie-de-cinema/#i_9130

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_9130

GABLE CLARK (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une figure héroïque »  : […] Parmi de nombreux films d'action dont il est parfois le seul atout, Clark Gable, comme son rival bondissant de toujours, Errol Flynn, a trouvé en Raoul Walsh un réalisateur capable de cerner sa véritable personnalité. Dans The Tall Men ( Les Implacables , 1955), il interprète le rôle de l'ancien combattant sudiste Ben, qui aspire à la paix et au repos, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clark-gable/#i_9130

GARDNER AVA (1922-1990)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une présence singulière »  : […] Née le 24 décembre 1922, dans une plantation de tabac de Caroline du Nord, à Grabtown, Ava Gardner y grandit en garçon manqué, crapahutant partout pieds nus. Son beau-frère, photographe, affiche à la vitrine de son magasin un portrait qu'il a fait de la jeune fille de dix-huit ans. Un « découvreur de talents » de la M.G.M. le remarque et fait engager Ava, qui va alors suivre le parcours du combatt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ava-gardner/#i_9130

GARLAND JUDY (1922-1969)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

Actrice et chanteuse américaine née le 10 juin 1922 à Grand Rapids (Minnesota), morte le 22 juin 1969 à Londres. Judy Garland, de son vrai nom Frances Ethel Gumm, naît dans une famille d'acteurs de variété. Elle débute très jeune et pendant quelques années tourne avec ses deux sœurs aînées dans un numéro de chant intitulé Gumm Sisters. Elle a déjà pris le nom de Judy Garland lorsqu'en 1935 elle s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judy-garland/#i_9130

KEATON BUSTER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 941 mots

4 octobre 1895 Naissance de Joseph Frank Keaton à Piqua (ou Pickway, Kansas). Ses parents, Joe et Myra, sont des acteurs qui participent à des tournées ambulantes avec le prestidigitateur Harry Houdini qui donnera à l'enfant le surnom de « Buster ». Dès l'âge de trois ans, il se produit sur scène avec eux. 1899 Les Trois Keaton abandonnent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/keaton-reperes-chronologiques/#i_9130

KERR DEBORAH (1921-2007)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 858 mots

Deborah Kerr est une des actrices que la critique française a le plus sous-estimée. Fort belle, visage fin, bien dessiné, regard intelligent, elle tranchait en effet avec les autres rousses de Hollywood qui incarnaient, selon une image stéréotypée, la pétulance, la volonté, la sensualité : elle apparaît froide, distante, un tant soit peu aristocratique, voire « puritaine ». Mais, c'est, d'une par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deborah-kerr/#i_9130

LEROY MERVYN (1900-1987)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 686 mots

Au début des années 1930, prenant en considération les nouveaux paramètres sociaux-économiques, les frères Warner axent la politique de leur studio sur deux pôles bien précis : la comédie musicale et le film social, qui dénonce les tares d'un système réputé infaillible. Deux films illustrent cette dernière conception : Little Caesar avec Edward G. Robinson (1931) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mervyn-leroy/#i_9130

MINNELLI VINCENTE (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 693 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un enfant de la balle »  : […] C'est à Chicago qu'est né Vincente Minnelli, le 28 février d'une année incertaine : 1903, 1908, 1910 ou 1913, on ne sait..., et l'intéressé feint l'ignorance. Ce qui est sûr, c'est qu'à trois ans il fait ses débuts sur les planches, comme membre de la troupe ambulante des frères Minnelli, où son père est chef d'orchestre et premier violon, et sa mère, d'origine française, vedette féminine. L'enfan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincente-minnelli/#i_9130

NINOTCHKA, film de Ernst Lubitsch

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 751 mots
  •  • 1 média

Juif berlinois, Ernst Lubitsch (1892-1947) quitte l'Allemagne dès 1922 et poursuit à Hollywood une riche carrière. Il y devient le plus européen des cinéastes américains, promoteur d'une comédie à la fois psychologique et sentimentale que l'on résumera par l'expression «  Lubitsch touch », un style léger, allusif et narquois. Inspiré sans doute d'un voyage à Moscou, en 1937, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ninotchka/#i_9130

PIDGEON WALTER (1897-1984)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 600 mots

Dans les années 1940, les studios M.G.M., soucieux de participer à l'effort de guerre, désiraient produire un film de prestige exaltant les vertus d'une famille anglaise face à l'adversité et constituant également un rôle sur mesure pour leur principale vedette à l'époque : Greer Garson. Le coup de génie fut de lui trouver un partenaire idéal en la personne de Walter Pidgeon, qui avait déjà joué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-pidgeon/#i_9130

SHEARER NORMA (1900-1983)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 678 mots

L' actrice de cinéma canadienne Norma Shearer, connue pour son charme sophistiqué et la diversité de ses talents, était surnommée « la First Lady du grand écran » par la M.G.M. en raison de son mariage avec le producteur hollywoodien Irving Thalberg. Née le 10 août 1900 à Montréal, au Québec, Edith Norma Shearer remporte, à l'âge de quatorze ans, un prix de beauté. Lorsque sa famille, riche, fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norma-shearer/#i_9130

TURNER LANA (1921-1995)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 553 mots

L'actrice américaine Lana Turner excelle, malgré des talents limités, dans les rôles qui mettent en valeur sa sensualité et ses origines prolétariennes. Sa popularité culmine dans les années 1940 et 1950, lorsqu'elle joue souvent des rôles de « fille bien qui a mal tourné ». Née le 8 février 1921 à Wallace (Idaho), Julia Mildred Francis Turner connaît une enfance difficile. Après un déménagement à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lana-turner/#i_9130

WALTERS CHARLES (1911-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 932 mots

Parmi tous les maîtres de la comédie musicale américaine de l'après-guerre, Charles Walters a longtemps fait figure d'oublié. Alors que Vincente Minnelli, Stanley Donen et Gene Kelly sont entrés de leur vivant au panthéon des auteurs, le réalisateur de réussites du genre comme Parade du printemps (1948), Entrons dans la danse (1949), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-walters/#i_9130

WEISSMULLER JOHNNY (1904-1984)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN, 
  • Universalis
  •  • 1 271 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Tarzan d'Hollywood »  : […] Sur le plan cinématographique, Johnny Weissmuller, immortalisé dans le personnage de Tarzan, fut une découverte d'Irving Thalberg, producteur à la M.G.M. Au début du parlant, il n'était pas évident de ressusciter le personnage d'Edgar Rice Burroughs. Les spectateurs connaissaient surtout Elmo Lincoln – le meilleur Tarzan du muet, découvert, lui, par Griffith... Auréolé de sa gloire de champion, We […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johnny-weissmuller/#i_9130

ZINNEMANN FRED (1907-1997)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 745 mots

Né le 29 avril 1907 à Vienne, diplômé en droit, Fred Zinnemann se rend en 1927 à Paris où il suit, pendant un an, les cours de l'École technique de photographie et cinématographie. Il travaille ensuite comme assistant opérateur à Paris, puis à Berlin, où il assiste notamment Eugen Schüftan sur Menschen am Sonntag ( Les Hommes le dimanche ) d'Edgar Georg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fred-zinnemann/#i_9130

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « METRO GOLDWYN MAYER (M.G.M.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/metro-goldwyn-mayer/