MÉTHODE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Considérations historiques

Ce n'est pas un hasard que l'invention et les premiers développements de l'algèbre coïncident avec le renouveau de l'idée de méthode : à l'origine, l'algèbre se présente comme un système de règles opératoires qui prescrivent comment transformer des symboles indépendamment de leur interprétation. Elle possède donc le caractère essentiel d'une méthode, pouvoir s'appliquer à un nombre indéfini de situations formellement semblables. En principe, ses lettres figurent pour des nombres quelconques, mais l'algèbre peut donner l'idée d'une méthode qui porterait sur la combinaison de concepts.

On peut aussi avoir à combiner des faits. Observation et expérimentation existaient dans l'Antiquité : Aristote a pratiqué la première autant que le permettaient les conditions techniques. La méthode dont il donne un exposé canonique (« Organon ») est une logique de certains types de raisonnement déductif (syllogistique). Lui-même ne l'utilise jamais d'une façon explicite dans ses œuvres scientifiques. La logique vient à bon droit au premier rang des méthodes, puisqu'elle est valable quelle que soit la réalité à décrire ; seulement, comme nous l'apprenons en même temps que le bon usage de la syntaxe de la langue naturelle, l'application en est ensuite aisée et inconsciente. « Elle ne détermine pas l'intelligibilité que présentent les choses réelles » (E. Boutroux), et ses règles sont dépourvues d'intérêt. Des astronomes anciens ont manié l'induction sans se préoccuper de ses règles éventuelles, et de toute façon, en science comme dans la vie pratique, l'induction, en tant qu'inférence qui va au-delà du donné, est de plus grand usage que la déduction.

L'expérimentation, qu'on appelle aussi l'expérience méthodique, est apparue dans les écoles de médecine d'Alexandrie. À la Renaissance, la création d'une science quantitative du mouvement (la mécanique de Galilée), en liaison avec l'expérience dirigée, est contemporaine d'une effervescence intellectuelle qui se marque par la redécouverte des littératures grecque et latine, les courants mystiques et occultistes (Paracelse), le matérialisme romantique de G. Bruno, la critique des institutions et les utopies politiques (Campanella, T. More)... Dans cette époque d'anarchie intellectuelle, où le besoin d'un ordre est d'autant plus ressenti, François Bacon et Descartes, inquiets d'éviter, pour le nouveau savoir, le sort de la scolastique, désirent le confier à une méthode. Ils sont aussi impressionnés par la masse d'inductions fausses, d'analogies fourvoyantes, d'explications verbales, qu'on trouve dans les scolastiques et jusque dans Aristote. Comment reconnaître le vrai du faux ? Qu'une bonne méthode devrait protéger des risques d'erreur et sinon procurer la certitude absolue, du moins exclure les illusions les plus grossières. Qu'une science n'est pas seulement un assemblage de découvertes disparates – elle doit être un moyen de découvrir. Jusqu'alors, les découvertes, pensent-ils, ont résulté du hasard et de l'empirisme, lesquels composent « l'expérience vague ». Que le but de l'homme est le pouvoir sur la nature ; pouvoir et savoir ne font qu'un, ou plutôt le second est l'instrument du premier. Quels sont les moyens du savoir ? La logique déductive, enveloppée dans la déchéance de la scolastique, est jugée inappropriée. D'ailleurs, elle sert au contrôle plutôt qu'à l'invention. Il faut un instrument plus puissant. Le procédé par lequel le savoir peut s'étendre est l'induction, qui marche du particulier au général : « L'art de la méthode comprend deux parties, car la méthode procède d'expérience en expérience, ou d'expériences vers des axiomes, qui peuvent à nouveau engendrer de nouvelles expériences. Nous appelons la première expérience savante, la seconde, interprétation de la nature [...]. Quand l'homme essaie toute sorte d'expériences sans méthode ni ordre, il tâtonne dans l'obscurité ; mais, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université Paris-XII-Val-de-Marne, Créteil

Classification

Autres références

«  MÉTHODE  » est également traité dans :

L'ARCHÉOLOGIE DU SAVOIR, Michel Foucault - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

L'explicitation de l'entreprise amorcée par Michel Foucault (1926-1984) avec l' Histoire de la folie à l'âge classique (1961), poursuivie dans Naissance de la clinique (1963) et plus précisément continuée par une « archéologie des sciences humaines », Les Mots et les choses (1966), est le principal objet de L'Archéologie du savoir (1969). Successivement professeur aux universités de Clermont-F […] Lire la suite

CARTÉSIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUENANCIA
  •  • 1 862 mots

Dans le chapitre « Une pensée inaugurale »  : […] Quoique de taille relativement modeste, l'œuvre de Descartes s'étend à de très nombreux sujets. Elle a exercé une influence considérable sur la philosophie moderne et contemporaine dont elle est indiscutablement à l'origine, toutes tendances confondues. Car, à la différence des philosophies de ces trois derniers siècles, la philosophie cartésienne s'est engagée simultanément dans la voie de la phi […] Lire la suite

CONSTITUTIONNEL DROIT

  • Écrit par 
  • André DEMICHEL
  •  • 2 612 mots

Dans le chapitre « Les méthodes du droit constitutionnel »  : […] Le droit constitutionnel est sans doute la première des disciplines juridiques à être passée de la méthode exégétique à la méthode dialectique. Mais il est toujours le terrain du vieux conflit entre la méthode positive et la méthode normative. Il devra choisir entre la méthode des modèles et la méthode des cas. […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'unité des sciences »  : […] Rappelant, dans la première partie du Discours de la méthode , le cours de ses études à La Flèche, Descartes écrit : « Je me plaisais surtout aux mathématiques, à cause de la certitude et de l'évidence de leurs raisons, mais je ne remarquais point encore leur vrai usage, et, pensant qu'elles ne servaient qu'aux arts mécaniques, je m'étonnais de ce que, leurs fondements étant si fermes et si solide […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Axiome épistémologique »  : […] Premier problème, premier langage : il s'agit de définir la méthode expérimentale universelle de la connaissance scientifique, qui concerne également les corps « bruts » et les corps « vivants ». Unité de l'objet entraîne universalité de la méthode. En seconde approximation seulement, il peut être question de la spécificité d'un domaine. Aussi n'apparaît-elle que comme perturbation, et la théorie […] Lire la suite

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La doctrine aristotélicienne »  : […] Cependant, d'après P. Aubenque ( Le Problème de l'être chez Aristote ), la conception platonicienne de la dialectique ne mérite pas le titre de commencement : elle ne serait que la conséquence d'un travail de systématisation qui, s'il produit un résultat original, opère sur une matière préexistante, une pratique déjà courante de la dialectique, comme art du discours et du dialogue. C'est en référ […] Lire la suite

DISCOURS DE LA MÉTHODE, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Savant et philosophe »  : […] Quelques années auparavant Descartes avait rédigé Le Monde , ambitieuse synthèse de ses travaux scientifiques, il s'apprêtait à la publier lorsque la condamnation de Galilée par le pape, le 22 juin 1633, le fit renoncer. Comme l'auteur du Dialogue sur les deux grands systèmes du monde , il y soutenait la thèse de l'héliocentrisme ( Le Monde, ou Traité de la lumière et le Traité de l'homme , qui e […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Les Règles de la méthode sociologique » »  : […] Dans Les Règles , Durkheim s'est fixé deux objectifs. D'abord, de démontrer et de définir la spécificité de la sociologie ; ensuite, de décrire les méthodes propres à cette discipline. Certaines des propositions émises par Durkheim à ce propos ont choqué des contemporains et donné lieu à de nombreuses discussions dont on retrouve l'écho dans la préface à la seconde édition du livre. Elles continue […] Lire la suite

EMPIRISME, sociologie

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 1 049 mots
  •  • 4 médias

L’ empirisme désigne une théorie de la connaissance qui accorde un rôle fondamental à l’expérience sensible dans la genèse et la justification des connaissances : à l’exception des vérités logiques et mathématiques, celles-ci sont fondées sur les sens (selon Aristote, « rien n’est dans l’esprit qui n’ait été auparavant dans les sens »). Les auteurs de référence sont John Locke et David Hume auxq […] Lire la suite

ENTRETIEN

  • Écrit par 
  • Marie BENEDETTO-MEYER, 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 1 057 mots

L’entretien est sans doute la méthode de recueil des données la plus souvent adoptée dans les recherches en sciences sociales parce que son abord est apparemment facile. Elle nécessite en réalité un véritable savoir-faire qui renvoie moins à des « recettes » méthodologiques qu’à des éléments liés aux statuts respectifs de l’enquêteur et de l’enquêté dans les sciences sociales. L’entretien peut êt […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Le 9, le gouvernement reconnaîtra « une méthode inopportune ». Le 3, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer annonce que les candidats à la session 2020 du baccalauréat ne passeront aucune épreuve, ni écrite ni orale, mais seront jugés sur les résultats du contrôle continu obtenus au cours de l’année. Seul l’oral de français pourrait être maintenu pour les élèves de première, si les conditions le permettent. […] Lire la suite

3-25 mars 2020 Espagne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 3, un changement de méthode de diagnostic de la Covid-19 révèle que le premier dècès de cette épidémie dans le pays est survenu le 13 février. Le 9, Madrid impose la fermeture des crèches et des établissements scolaires et universitaires à Madrid, principal foyer de l’épidémie, ainsi que dans deux villes basques. Le 14, l’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par l’épidémie de Covid-19 derrière l’Italie et devant la France, décrète l’état d’alerte. […] Lire la suite

10-15 novembre 2019 Chili. Annonce d'un référendum sur une nouvelle Constitution.

Le 15, les partis représentés au Parlement parviennent à un accord « pour la paix sociale et la nouvelle Constitution », qui prévoit l’organisation en avril 2020 d’un référendum permettant de recueillir l’avis des électeurs sur la nécessité de réviser la Loi fondamentale et sur la méthode pour le faire. L’accord prévoit le choix entre la réunion d’une assemblée composée à parts égales de membres élus à cette fin et de parlementaires en exercice – solution prônée par la coalition gouvernementale –, et l’élection d’une « Convention constituante » – choix défendu par l’opposition. […] Lire la suite

4-29 avril 2019 France. Annonce des mesures inspirées par le « grand débat national ».

Tout en promettant « un changement de méthode très profond », il assure que « les transformations en cours » doivent être « poursuivies et intensifiées » et que « son « ambition » de réforme ne subira « aucun recul ». Le chef de l’État annonce son intention de renouer avec les corps intermédiaires et les élus locaux, et de garantir une meilleure participation des citoyens à la vie politique – introduction d’une dose de proportionnelle aux élections législatives, simplification de la procédure du référendum d’initiative partagée. […] Lire la suite

3 juillet 2015 France. Décision judiciaire sur la reconnaissance de la filiation des enfants nés par G.P.A.

Opérant un revirement de jurisprudence, la Cour de cassation rend deux arrêts qui valident la transcription en droit français de l’état civil de deux enfants nés à l’étranger par le biais de la méthode de procréation dite de « gestation pour autrui » (G.P.A.). Celle-ci étant illégale en France, les enfants nés légalement à l’étranger par G.P.A. ne pouvaient jusque-là obtenir la reconnaissance de leur filiation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean LARGEAULT, « MÉTHODE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/methode/