MÉTÉOROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prévoir la pluie et le beau temps

La prévision du temps à court et à moyen terme a des applications dans des domaines aussi divers que la sécurité des personnes et des biens, les transports aériens, maritimes ou terrestres, les travaux publics, l'agriculture, la production et le transport d'énergie, le sport, le tourisme...

Parce qu’elles répondent aux lois de la mécanique des fluides et de la thermodynamique, les évolutions de l’atmosphère peuvent être simulées à l’aide de modèles mathématiques. Prévoir le temps qu’il fera, consiste alors à simuler le comportement que l’atmosphère adoptera, dans les heures ou les jours à venir, en réponse à ses contraintes internes (comportement des gaz, conservation de la masse, changement de phase de l’eau, etc.) et à ses échanges avec les milieux qui l’environnent (frottement, conduction, rayonnement, évaporation, etc.).

Mais les paramètres qui entrent en jeu sont extrêmement nombreux et complexes. Les phénomènes météorologiques s’étendent de l’échelle planétaire pour les plus grandes ondes à quelques centaines de kilomètres pour les systèmes frontaux, ou de quelques kilomètres à quelques dizaines de kilomètres pour les orages, et ne dépassent pas quelques mètres pour les écoulements turbulents. Et, comme tous ces phénomènes interagissent entre eux, il n’est pas possible de simuler correctement un processus isolément, sans tenir compte de la réaction des phénomènes de plus petite et de plus grande échelle.

Ainsi, une prévision du temps à quelques jours d’échéance nécessite la prise en compte des caractéristiques de l’atmosphère sur l’ensemble du globe : c'est-à-dire les écoulements moyens mais aussi les petites perturbations et les échanges avec les milieux environnants qui pourraient interférer avec ces écoulements.

Avant de commencer une simulation, il convient de fournir au modèle le maximum d’informations sur les caractéristiques de l’atmosphère au moment où doivent commencer les opérations de prévision : variations de température, d'humidité, de pression et de vent avec l'altitude. Ainsi, la qualité des prévisions est fortement dépendante de la qualité des observations.

Des solutions numériques approchées

Une autre difficulté tient au fait que les équations décrivant le comportement de l’atmosphère n’ont pas de solutions exactes, directement calculables. On est obligé de passer par des méthodes numériques lourdes mathématiquement qui fournissent seulement des solutions approchées. Dans les modèles, l’atmosphère est généralement représentée par ses principaux paramètres (pression, vent, température, humidité, etc.) moyennés sur de petites « boîtes virtuelles » juxtaposées, qui forment une grille à peu près régulière dans l’espace. La dimension des boîtes définit le pouvoir de résolution du modèle (tout comme le pouvoir de résolution d’un téléviseur est défini par son nombre de pixels). Seuls les processus de dimension sensiblement supérieure à celle des boîtes peuvent être représentés de manière explicite. Les processus plus petits sont représentés de façon plus approximative en tenant compte de la climatologie (on dit alors qu’ils sont paramétrés). L’atmosphère étant très complexe, le nombre d’opérations arithmétiques à effectuer pour réaliser une prévision est colossal. C’est pourquoi de telles méthodes n’ont pu être exploitées qu’après l’arrivée des premiers ordinateurs. Les modèles numériques sont peu à peu devenus les outils indispensables de la prévision du temps, supplantant progressivement les méthodes fondées sur l'application de règles de déplacement et d'évolution de structures atmosphériques identifiables comme les fronts, les dépressions ou les anticyclones.

Plus la grille d’un modèle est fine et plus le pas de temps est petit, plus la description des phénomènes est précise (voir plus loin). Mais cette meilleure précision est obtenue au prix d’une forte augmentation du nombre d’opérations arithmétiques. La nécessité d’assurer à la fois une bonne précision et une disponibilité rapide des prévisions explique pourquoi les services météorologiques de référence utilisent les ordinateurs les plus rapides et les plus puissants disponibles sur le marché de l’informatique scientifique à un instant donné.

Les systèmes de prévision de Météo-France

Les progrès accomplis ces dernières années ont été considérables. La qualité de la prévision permet de gagner un jour à peu près tous les dix ans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Voile nuageux de cirrostratus

Voile nuageux de cirrostratus
Crédits : S. Laflorencie

photographie

Cumulus

Cumulus
Crédits : J.-P. Chalon

photographie

Perturbation météorologique Ruth

Perturbation météorologique Ruth
Crédits : Météosat/ Météo France

photographie

Canons anti-grêle

Canons anti-grêle
Crédits : D'après F. Molina, "Nature - Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie", 1901, Masson & Cie éditeurs, Paris

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉTÉOROLOGIE  » est également traité dans :

MÉTÉOROLOGIE - Les outils

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 9 274 mots
  •  • 5 médias

La météorologie, du grec meteora et logos, dont l’association signifie « science des choses suspendues en l’air », a pour objet l'étude de l’atmosphère et des phénomènes qui s’y produisent tels les nuages, les précipitations, la foudre ou les tempêtes.Des simples observations réalisées dans l’Antiquité au développement d’instruments de mesure de plus en plus […] Lire la suite

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 613 mots
  •  • 7 médias

De tout temps, les agriculteurs ont été préoccupés par l'influence des aléas des conditions météorologiques sur leurs cultures. La compréhension de ces interactions entre le sol, la plante et l'atmosphère a peu à peu fait l'objet d'une nouvelle discipline scientifique : l'agrométéorologie. Dans ces interactions, c'est en quelque sorte l'atmosphère qui impose ses conditions à la croissance et au d […] Lire la suite

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 102 mots
  •  • 5 médias

On donne le nom d'anticyclone à une région de l’atmosphère où la pression est plus élevée que dans les régions avoisinantes situées à une même altitude. À l’inverse, les dépressions (ou cyclones) correspondent à des zones où la pression est minimale. Anticyclones et dépressions ont une forte influence sur le vent et les perturbations météorologiques. On parle de centres d’action lorsqu’ils atteig […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 803 mots
  •  • 10 médias

En météorologie, les expressions « ascendance » ou « courant ascendant » désignent tout mouvement de l’air dirigé vers le haut. Les ascendances peuvent avoir des conséquences variées, bénéfiques lorsqu’elles contribuent à la formation des nuages et des précipitations qui fournissent l’eau douce indispensable à notre alimentation, notre hygiène, nos élevages et nos cultures, ludiques lorsqu’elles […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Température de l’atmosphère près de la surface terrestre »  : […] Les températures locales sont un élément important de la météorologie et du climat. Dans l'atmosphère terrestre, la température se caractérise non seulement par une variation selon la verticale, mais aussi par des variations locales, diurnes, géographiques et saisonnières. La surface terrestre étant réchauffée par le rayonnement solaire qu’elle reçoit, la température moyenne de l’air près de cell […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 724 mots
  •  • 7 médias

La thermodynamique atmosphérique est une branche de la physique qui étudie le comportement de l'atmosphère à la suite de transferts ou de transformations d’énergie, et permet d’expliquer les phénomènes météorologiques qui en découlent. La Terre reçoit en effet de grandes quantités d’énergie solaire, inégalement réparties ; l’atmosphère, comme l’océan, participe à une redistribution globale de cet […] Lire la suite

AVALANCHES

  • Écrit par 
  • Gérard BRUGNOT
  •  • 3 095 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Facteurs nivo-météorologiques et topographiques de déclenchement des avalanches »  : […] Le départ d'une avalanche et le type auquel elle appartient sont expliqués par des facteurs nivo-météorologiques et topographiques complexes. Les facteurs météorologiques les plus importants sont, dans l'ordre, la précipitation abondante, le vent violent et, au printemps, tout ce qui contribue à un réchauffement du manteau neigeux. Les facteurs topographiques dominants sont la pente moyenne et les […] Lire la suite

BROUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 267 mots
  •  • 3 médias

Le brouillard est une suspension de très petites gouttelettes d’eau recouvrant les paysages sous la forme d’un voile, le plus souvent blanchâtre, qui réduit fortement la visibilité. Il tend à être grisâtre lorsqu’il est peu dense, et à prendre une faible coloration lorsqu’il est associé à des particules de poussière ou de fumée. Son épaisseur verticale est comprise entre quelques mètres et plusie […] Lire la suite

CATASTROPHE DE VAISON-LA-ROMAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 640 mots
  •  • 1 média

Le 22 septembre 1992, après un épisode de pluies diluviennes, l'Ouvèze, une rivière qui coule des Baronnies jusqu’au Rhône au travers du Vaucluse, dévastait tout sur son passage et en particulier la ville de Vaison-la-Romaine, provoquant de nombreuses victimes et d’importants dégâts matériels. Le 21 septembre 1992, un front pluvieux se déplaçant vers l’est avait déjà déversé de fortes précipitati […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ÉVÉNEMENTS MÉTÉOROLOGIQUES MAJEURS

  • Écrit par 
  • Pascal YIOU
  •  • 3 668 mots
  •  • 2 médias

L’expression « extrême météorologique » désigne les manifestations les plus visibles de la variabilité climatique. De fait, nous-mêmes et les écosystèmes sommes plus sensibles à des événements climatiques dévastateurs souvent brefs qu’à une élévation de température de quelques dixièmes de degrés sur plusieurs décennies. En outre, la rapidité et la systématisation de la diffusion de l’information […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-21 novembre 2017 Russie. Détection d'un rejet de ruthénium 106 en Europe.

Le 20, l’agence de météorologie russe Rosguidromet reconnaît qu’une concentration « extrêmement élevée » de ruthénium 106 a été enregistrée en septembre dans des stations d’observation de l’Oural. Or, celles-ci sont proches du site de retraitement de combustibles nucléaires de Maïak. Le 21 toutefois, l’agence de l’énergie nucléaire russe Rosatom assure de nouveau qu’aucun incident n’a affecté ses installations. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « MÉTÉOROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/meteorologie/