MÉTASTASES, médecine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Métastases : étapes essentielles

Métastases : étapes essentielles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métastases : principales molécules impliquées

Métastases : principales molécules impliquées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Métastases : le rôle de la ß-caténine

Métastases : le rôle de la ß-caténine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métastases

Métastases
Crédits : B. Boyer, Institut Curie

photographie


Étapes du processus métastatique

Adhérence intercellulaire et dissémination des cellules tumorales

Pour qu'un groupe de cellules se détache d'une masse tumorale, il faut qu'il perde momentanément les connections qui le reliaient aux autres cellules tumorales, et donc que les molécules chargées de cette adhérence intercellulaire soient mises hors d'état de fonctionner normalement. Inversement, les étapes d'intravasation et d'extravasation sanguine et lymphatique sont précédées par une phase d'attachement des cellules tumorales aux cellules endothéliales qui bordent la paroi capillaire et cela grâce à l'expression de molécules d'adhérence spécifiques.

Métastases : principales molécules impliquées

Métastases : principales molécules impliquées

Tableau

Principales molécules impliquées dans les métastases. Les activités cellulaires caractérisant le phénomène invasif (à gauche) font appel à de nombreux agents biochimiques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De nombreuses études montrent qu'un groupe particulier de molécules d'adhérence intercellulaire, appelées cadhérines, jouent un rôle central dans le détachement initial des cellules tumorales ayant un potentiel métastatique suffisant. Les cadhérines sont des composants transmembranaires des jonctions intercellulaires spécialisées que sont les jonctions adhérentes et les desmosomes. La perte ou la réduction d'expression de l'une d'entre elles, la E-cadhérine, présente sur les cellules de tous les types d'épithéliums, est un reflet fidèle de l'agressivité de la tumeur. Son taux d'expression sert aujourd'hui de facteur pronostique dans beaucoup de types de carcinomes. Le déficit en E-cadhérine peut être lié à des modifications génétiques (mutations) ou épigénétiques (diminution de la transcription du gène) mais peut aussi être dû à des mécanismes consécutifs à l'expression du gène dont elle dépend, comme la phosphorylation de la protéine, sa relocalisation à des sites autres que les zones d'adhérence intercellulaire, sa coupure enzymatique suivie du relargage du domaine extracellulaire de cette protéine membranaire. Son domaine cytoplasmique est un site d'interaction avec des protéines appelées α, β et γ-caténines. Celles-ci servent de relais pour l'ancrage des complexes d'adhérence au cytosquelette d'actine et aux assemblages multimoléculaires de signalisation cellulaire. Comme pour la E-cadhérine, une absence d'expression [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉTASTASES, médecine  » est également traité dans :

ASPIRINE ET CANCER

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 061 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un effet anticancéreux général de l'aspirine »  : […] Trois nouvelles études dirigées par P. M. Rothwell précisent un peu plus les effets de l'aspirine. La première a permis de recueillir des données sur plus de 90 p. 100 des personnes qui ont participé aux essais de ce médicament dans la prévention cardio-vasculaire, en prenant également en compte les essais de courte durée, afin de pouvoir évaluer ses effets à court terme. Au total, cinquante et un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-et-cancer/#i_17881

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Histoire naturelle des cancers »  : […] On distingue quatre phases dans le développement du processus de cancérisation. – Des lésions précancéreuses existent pour un grand nombre de cancers, mais ce n'est que pour les cancers du col de l'utérus, du colon et des voies aérodigestives supérieures que l'on a tenté, par le dépistage systématique et le traitement des lésions précancéreuses, de réduire la fréquence des cancers. – La tumeur in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancer-et-sante-publique/#i_17881

CANCER - Immunothérapie

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 4 699 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’immunothérapie des cancers : un concept ancien en pleine expansion »  : […] L’idée est donc de faire en sorte que les lymphocytes T reconnaissent efficacement les cellules cancéreuses et les tuent. Manipuler le système immunitaire afin que ce dernier détruise la tumeur est une idée ancienne. Ainsi, à la fin du xix e  siècle, un chirurgien américain, William Coley, avait utilisé des lysats bactériens (« toxines de Coley ») […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-immunotherapie/#i_17881

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiopathologie du mouvement cellulaire dans les organismes multicellulaires »  : […] Les mécanismes moléculaires du mouvement cellulaire ont été élaborés et sélectionnés pendant la longue évolution des eucaryotes à l'état unicellulaire, soit pendant près de 2,5 milliards d'années. Lorsque les eucaryotes multicellulaires sont apparus, il y a seulement 700 millions d'années, ces mécanismes ont été exploités pour constituer des organismes tels que le corps humain, qui contient plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/#i_17881

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_17881

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Métastases »  : […] Les métastases sont de plus en plus fréquemment observées. Leur diagnostic est aisé si elles sont secondaires à un cancer connu ; mais, très souvent, elles sont primitives en apparence, et ce doit être une règle, devant tout syndrome tumoral d'évolution rapide, de penser à cette possibilité et de rechercher au minimum un cancer du poumon chez l'homme, un cancer du sein chez la femme, car ce sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_17881

ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE

  • Écrit par 
  • Roger MONIER
  •  • 7 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Aspects normaux et pathologiques de la prolifération cellulaire dans un organisme vivant. »  : […] L'embryogenèse et le développement nécessitent une régulation précise de la multiplication des cellules, en même temps que l'acquisition transitoire par certaines d'entre elles de capacités migratoires qui sont nécessaires à la construction des ébauches d'organes. Dans l'organisme adulte, certaines cellules (par exemple les neurones du système nerveux central) ont perdu la capacité de proliférer, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oncogenese-cancerogenese-carcinogenese/#i_17881

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 852 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tumeurs »  : […] Les cellules osseuses sont le point de départ de proliférations tumorales appartenant spécifiquement au squelette. Mais celui-ci est également le site préférentiel des métastases de tous les cancers viscéraux, et le siège de beaucoup d'hémopathies malignes. Les tumeurs primitives du squelette peuvent être bénignes ou malignes : leur diagnostic repose essentiellement sur l'exa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_17881

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2018

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 1 194 mots
  •  • 1 média

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été attribué le 1 er  octobre 2018 à l’Américain James P. Allison et au Japonais Tasuku Honjo pour leurs travaux ayant permis de faire avancer la connaissance dans le traitement du cancer . Ces deux chercheurs ont montré comment des protéines présentes sur certaines cellules immunitaires peuvent être utilisées pour manipuler le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2018/#i_17881

Voir aussi

Pour citer l’article

Brigitte BOYER, « MÉTASTASES, médecine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/metastases-medecine/