MÉTASTASES, médecine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mécanismes génétiques impliqués dans la métastase

Bien que les tumeurs soient, dans leur grande majorité, clonales, c'est-à-dire issues d'une cellule unique, la population cellulaire tumorale est étonnamment hétérogène. On peut donc envisager la progression tumorale comme l'application, à une cellule normale, de modifications génétiques (mutations) et épigénétiques, capables de produire toute une série de populations variantes qui seront elles-mêmes soumises à des pressions sélectives de la part du microenvironnement, ce qui permettra le développement et la dissémination éventuelle de variants ayant des caractéristiques phénotypiques et biologiques diverses. L'idée communément admise par le passé était que les changements génétiques se produisant dans les cellules durant les premières phases de la progression tumorale donnaient à celles-ci un avantage prolifératif, que ce soit par acquisition de signaux mitogènes constitutifs ou par la capacité de résister à des signaux d'arrêt de croissance ou la faculté d'échapper à la mort cellulaire programmée. Ensuite, certaines de ces cellules à haut potentiel malin, sélectionnées sur la base de leur avantage prolifératif, subiraient d'autres mutations dont certaines, rares, leur conféreraient la capacité de métastaser. Mais ce modèle est mis à mal par le fait que les gènes impliqués dans la dissémination métastatique ne confèrent pas d'avantage prolifératif. Il n'y a donc pas de raison de penser que le phénotype métastatique permet aux cellules concernées d'être progressivement sur-représentées dans la population tumorale, ce qui fait que, dans la masse tumorale, les cellules ayant acquis un pouvoir métastatique resteront très minoritaires. Or, comme nous l'avons signalé, le processus métastatique est par lui-même extraordinairement inefficace, et l'on ne pourrait imaginer, dans ces conditions, comment des métastases seraient à même de se former. Il faut donc considérer un modèle complètement différent dans lequel les mutations conférant un pouvoir métastatique se produiraient très tôt au cours du processus de cancérisation. Les mutations permettant à certaines de ces cellules d'avoir une capacité proliférative accrue se produiraient dans un deuxième temps et permettraient d'accroître, au sein de la population tumorale, les clones cellulaires à fort pouvoir métastatique.

Trois principes découlent de ce raisonnement. Le premier est que la tendance à métastaser est inscrite très tôt dans le patrimoine génétique d'un cancer donné. Le deuxième est qu'il n'existe pas de gènes exclusifs de la cascade métastatique ; ce sont en fait des gènes plus largement impliqués dans la progression tumorale, comme les oncogènes ou les gènes suppresseurs de tumeur. Enfin, étant donné la précocité de l'apparition de mutations pouvant affecter le pouvoir métastatique au cours de la carcinogenèse, même des tumeurs très peu développées peuvent déjà contenir des cellules capables de disséminer. Ce concept est confirmé par un grand nombre d'observations cliniques, en particulier par le fait que l'on a pu trouver des métastases pour des cancers de taille très réduite ou encore le fait que le profil d'expression génique de la population dominante de certains cancers permet de prédire, avec une précision de 90 p. 100, si la tumeur restera localisée ou si le patient risque d'être atteint de métastases.

Ce modèle n'explique pas comment l'ensemble des mutations qui sont requises pour transformer une cellule normale en cellule hautement maligne peuvent se produire en quelques années. En effet, le taux statistique de mutations dans une population cellulaire normale est trop bas pour conduire, en l'espace de quelques dizaines de divisions cellulaires, à un génotype métastatique. Pour le comprendre, il faut faire entrer en ligne de compte la notion d'instabilité génétique qui recouvre l'idée que le génome d'une cellule dans un état précancéreux devient instable, ce qui augmente considérablement les chances d'altérations génétiques majeures dans un temps relativement court. Ce phénomène a en effet été observé et certains virus, comme le papillomavirus E7 ou l'adénovirus E1A, sont connus pour provoquer d'importants remaniements chromosomiques.

Ce modèle ne permet pas d' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Métastases : étapes essentielles

Métastases : étapes essentielles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métastases : principales molécules impliquées

Métastases : principales molécules impliquées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Métastases : le rôle de la ß-caténine

Métastases : le rôle de la ß-caténine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métastases

Métastases
Crédits : B. Boyer, Institut Curie

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉTASTASES, médecine  » est également traité dans :

ASPIRINE ET CANCER

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 061 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un effet anticancéreux général de l'aspirine »  : […] Trois nouvelles études dirigées par P. M. Rothwell précisent un peu plus les effets de l'aspirine. La première a permis de recueillir des données sur plus de 90 p. 100 des personnes qui ont participé aux essais de ce médicament dans la prévention cardio-vasculaire, en prenant également en compte les essais de courte durée, afin de pouvoir évaluer ses effets à court terme. Au total, cinquante et un […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 713 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Histoire naturelle des cancers »  : […] On distingue quatre phases dans le développement du processus de cancérisation. – Des lésions précancéreuses existent pour un grand nombre de cancers, mais ce n'est que pour les cancers du col de l'utérus, du colon et des voies aérodigestives supérieures que l'on a tenté, par le dépistage systématique et le traitement des lésions précancéreuses, de réduire la fréquence des cancers. – La tumeur in […] Lire la suite

CANCER - Immunothérapie

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 5 115 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’immunothérapie des cancers : un concept ancien en pleine expansion »  : […] L’idée est donc de faire en sorte que les lymphocytes T reconnaissent efficacement les cellules cancéreuses et les tuent. Manipuler le système immunitaire afin que ce dernier détruise la tumeur est une idée ancienne. Ainsi, à la fin du xix e  siècle, un chirurgien américain, William Coley, avait utilisé des lysats bactériens (« toxines de Coley ») pour traiter des patients atteints de cancers appe […] Lire la suite

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 559 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiopathologie du mouvement cellulaire dans les organismes multicellulaires »  : […] Les mécanismes moléculaires du mouvement cellulaire ont été élaborés et sélectionnés pendant la longue évolution des eucaryotes à l'état unicellulaire, soit pendant près de 2,5 milliards d'années. Lorsque les eucaryotes multicellulaires sont apparus, il y a seulement 700 millions d'années, ces mécanismes ont été exploités pour constituer des organismes tels que le corps humain, qui contient plus […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 674 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant fait un séjour prolongé […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 241 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Métastases »  : […] Les métastases sont de plus en plus fréquemment observées. Leur diagnostic est aisé si elles sont secondaires à un cancer connu ; mais, très souvent, elles sont primitives en apparence, et ce doit être une règle, devant tout syndrome tumoral d'évolution rapide, de penser à cette possibilité et de rechercher au minimum un cancer du poumon chez l'homme, un cancer du sein chez la femme, car ce sont […] Lire la suite

ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE

  • Écrit par 
  • Roger MONIER
  •  • 7 288 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Aspects normaux et pathologiques de la prolifération cellulaire dans un organisme vivant. »  : […] L'embryogenèse et le développement nécessitent une régulation précise de la multiplication des cellules, en même temps que l'acquisition transitoire par certaines d'entre elles de capacités migratoires qui sont nécessaires à la construction des ébauches d'organes. Dans l'organisme adulte, certaines cellules (par exemple les neurones du système nerveux central) ont perdu la capacité de proliférer, […] Lire la suite

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 856 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tumeurs »  : […] Les cellules osseuses sont le point de départ de proliférations tumorales appartenant spécifiquement au squelette. Mais celui-ci est également le site préférentiel des métastases de tous les cancers viscéraux, et le siège de beaucoup d'hémopathies malignes. Les tumeurs primitives du squelette peuvent être bénignes ou malignes : leur diagnostic repose essentiellement sur l'examen histologique, la […] Lire la suite

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2018

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été attribué le 1 er  octobre 2018 à l’Américain James P. Allison et au Japonais Tasuku Honjo pour leurs travaux ayant permis de faire avancer la connaissance dans le traitement du cancer . Ces deux chercheurs ont montré comment des protéines présentes sur certaines cellules immunitaires peuvent être utilisées pour manipuler le système immunitaire d’un p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Brigitte BOYER, « MÉTASTASES, médecine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/metastases-medecine/