POUDRES MÉTALLURGIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fabrication des poudres

Les poudres utilisées pour le frittage doivent respecter certaines spécifications, comme le diamètre des grains, leur forme, leur surface spécifique, leur composition. Aussi, certaines précautions doivent être prises au cours de leur fabrication.

Méthodes mécaniques

Les méthodes mécaniques s'appliquent essentiellement aux poudres métalliques. La plus utilisée est le broyage à l'aide d'appareils à marteaux ou à boulets. Si le métal est fragile, il est aisément brisé en petits granules. Les temps de broyage sont généralement compris entre une et cent heures au plus. Si le métal est ductile, on obtient, par concassage, de petites paillettes peu adaptées à la fabrication de pièces par la métallurgie des poudres (exception faite de certains produits particuliers comme l'aluminium S.A.P.).

Les métaux liquides peuvent être dispersés en fines gouttelettes qui sont ensuite solidifiées rapidement dans l'air ou dans l'eau. Dans la plupart des méthodes utilisées, un flux de métal liquide est soumis à un jet d'air (ou d'eau) qui refroidit ou gèle les gouttes de métal. Une autre méthode consiste à faire tomber le jet de métal fondu sur un disque rotatif qui est simultanément refroidi par de l'air ou de l'eau. Ces procédés, appelés atomisation, sont applicables à n'importe quel métal ou alliage qui peut être facilement fondu.

Un avantage des méthodes mécaniques est de s'appliquer au cas des poudres d'alliages métalliques contenant deux ou plusieurs constituants ; on peut fabriquer ainsi des poudres de laiton (cuivre-zinc), de bronze (cuivre-étain) et d'acier (fer-carbone).

Méthodes chimiques

Les méthodes chimiques sont utilisables pour un grand nombre de métaux. La plus employée est la réduction d'un composé (généralement un oxyde, plus rarement un sulfure ou un chlorure) par un agent chimique (gaz, liquide ou solide) qui fractionne le composé en métal à l'état de fins granules et en un sous-produit qui peut être éliminé. Si le composé métallique initial est un solide, la dimension des granules du métal résultant dépend fortement de la morphologie du composé de départ. Quand le sous-produit de la réduction est gazeux, son élimination s'effectue directement par le gaz porteur ou à l'aide d'une installation à vide. La réduction de l'oxyde de cuivre par l'hydrogène (à 350 0C) en cuivre métallique et vapeur d'eau en est un exemple. Le sous-produit peut être aussi un solide ou un liquide qui se solidifie au cours du refroidissement depuis la température de réduction, comme dans le cas de la réduction du tétrachlorure de titane par le magnésium à 900 0C ; le chlorure de magnésium fondu se solidifie entre les particules de titane et peut être soit dissous, à l'aide d'une solution d'acide dilué, soit fondu et distillé sous vide.

Une autre méthode chimique largement utilisée est l'électrolyse d'une solution liquide d'un sel du métal désiré. Ce procédé est similaire à l'électrodéposition, mais les conditions de courant et de température sont ajustées de façon à produire un dépôt métallique qui puisse être gratté ou broyé (ou les deux à la fois) pour obtenir la poudre : les poudres de nickel, de cuivre et de fer sont souvent obtenues par ce procédé. Les poudres de titane, de zirconium et d'uranium sont préparées par électrolyse ignée des chlorures fondus.

Une autre méthode également très employée est la décomposition des complexes carbonylés de métaux comme le fer et le nickel. Pour obtenir des poudres de fer par ce procédé, on réduit tout d'abord l'oxyde à basse température ; le fer réduit est ensuite traité par l'oxyde de carbone sous une pression de 4 à 15 mégapascals entre 100 et 200 0C. Le fer-carbonyle Fe(CO)5 obtenu est condensé par refroidissement, puis dissocié thermiquement. En jouant sur les conditions de la dissociation, on peut régler la finesse de la poudre. Le tableau rassemble certains procédés utilisés pour obtenir ces poudres.

Procédés de fabrication

Tableau : Procédés de fabrication

Exemples de procédés de fabrication de poudres métalliques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les méthodes chimiques sont aussi employées dans le cas des oxydes. Par exemple, les poudres de bioxyde d'uranium sont obtenues par réduction à basse température des oxydes UO3 ou U3O8 provenant eux-mêmes de la calcination d'un uranate d'ammonium. Un autre oxyde, la zircone, est très utilisé en raison de ses propriétés réfractaires ; il est surtout em [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Procédés de fabrication

Procédés de fabrication
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Mécanisme d'évaporation-condensation

Mécanisme d'évaporation-condensation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ponts de raccordement et variations des distances

Ponts de raccordement et variations des distances
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Mécanisme d'écoulement visqueux

Mécanisme d'écoulement visqueux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : Professeur, directeur du laboratoire des matériaux de l'université de technologie de Compiègne
  • : professeur à l'université Paris-Sud, Orsay, directeur du laboratoire de structure des matériaux métalliques, Orsay

Classification

Autres références

«  POUDRES MÉTALLURGIE DES  » est également traité dans :

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 375 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les aimants obtenus à partir de poudres »  : […] En application des théories sur les grains fins, les recherches se sont orientées vers la production d'aimants permanents à partir de poudres dont les dimensions sont de l'ordre de celles des monodomaines magnétiques. Le processus de fabrication comporte deux stades : la préparation de la poudre et l'agglomération par compression en présence ou non d'un champ magnétique, suivie d'un frittage pour […] Lire la suite

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 434 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Métallurgie des poudres »  : […] Le béryllium est préalablement fondu sous vide (purification) ; la billette est transformée en copeaux, que l'on broie. La compression de la poudre se fait à froid (100 kg/mm 2 ), ou mieux à 500  0 C ; pour les grosses pièces, on comprime à 1 000  0 C sous vide ou en atmosphère d'argon, en employant un outillage de graphite gainé d'acier. Le frittage se fait sous vide, pendant quelques heures à 1 […] Lire la suite

GRENATS

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD, 
  • Ramanathan KRISHNAN
  •  • 4 305 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Matériaux polycristallins »  : […] Aussi bien pour l'étude des propriétés que pour les applications, il suffit pour la plupart des matériaux polycristallins qu'ils soient préparés par la technique classique des céramiques. Prenons le cas du YIG. Les matières premières, soit l'oxyde de fer Fe 2 O 3 et l'oxyde d'yttrium Y 2 O 3 sous forme de poudre fine, sont pesées dans des proportions appropriées, puis mélangées d'une façon très […] Lire la suite

NICKEL

  • Écrit par 
  • Jacques GRILLIAT, 
  • Bernard PIRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jacques SALBAING
  •  • 4 771 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Utilisations »  : […] Le nickel non allié est utilisé à l'état massif ou sous forme de plaqués de nickel dans l'industrie chimique, notamment en présence de soude, et pour les chlorations organiques. On l'utilise aussi dans l'électronique et pour les pièces de monnaie. Le nickel est également utilisé sous forme de revêtements électrolytiques, chimiques, etc. Le nickelage électrolytique est utilisé pour la décoration et […] Lire la suite

TUNGSTÈNE

  • Écrit par 
  • René MEYER
  •  • 1 537 mots
  •  • 4 médias

Le tungstène est un élément métallique très réfractaire, appartenant au groupe V a de la classification périodique, qui comprend aussi le chrome et le molybdène. Ce métal, de la famille des éléments de transition, est à la fois un « aristocrate » et un « athlète », dont les qualités extrêmes exigent soin et précision dans l'élaboration du produit final. Il a été découvert par Carl Wilhelm Scheel […] Lire la suite

VANADIUM

  • Écrit par 
  • Roger DURAND
  •  • 2 620 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Composés du vanadium »  : […] La structure électronique lacunaire du vanadium, élément de transition, confère à ses composés des possibilités catalytiques : – le pentoxyde (V 2 O 5 ) catalyse l'oxydation de composés organiques et inorganiques ; son emploi principal est l'oxydation de l'anhydride sulfureux en anhydride sulfurique dans le procédé « par contact » de fabrication de l'acide sulfurique ; le pentoxyde trouve égaleme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard BERANGER, Georges CIZERON, « POUDRES MÉTALLURGIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/metallurgie-des-poudres/