MESURE, mathématique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Définition générale d'une mesure sur un ensemble

Si satisfaisante qu'elle ait été, puisque par exemple elle permettait de donner une justification correcte à la formule de Newton et Leibniz pour calculer des longueurs de courbe, dont le cercle, la définition de Peano laissait pourtant de côté un trop grand nombre de parties du plan sans mesure. C'est à Camille Jordan que l'on doit, en 1893, la seconde étape décisive vers la théorie moderne, lorsqu'il étend le concept peanien à celui d'étendue, couvrant déjà un champ bien plus vaste. Mais les véritables créateurs de ce qui est aujourd'hui la mesure sont ses cadets : Émile Borel, vers 1898, et surtout Henri Lebesgue en 1901. Si les idées essentielles étaient déjà présentes dans la théorie des ensembles boréliens, c'est au second que l'on doit d'avoir, dans sa thèse, porté à un niveau de généralité et de rigueur impressionnant les notions de longueur, d'aire et de volume.

Vers 1930, Kolmogorov montra que la mesure lebesguienne était l'outil indispensable pour construire une bonne axiomatisation du calcul des probabilités qui, grâce à lui, devint une partie des mathématiques tout aussi solidement fondée que le reste de l'analyse.

Les définitions modernes de ce qu'est une mesure abstraite sont un peu difficiles à assimiler, notamment à cause des lourdeurs de vocabulaire qu'elles présentent inévitablement. Ici, nous ne partirons plus d'un objet plus ou moins géométrique à « mesurer », mais d'ensembles très généraux, les applications concrètes ne venant qu'assez loin après les débuts de la théorie, à tel point que les liens avec les idées intuitives se distinguent mal.

Pour construire la notion de mesure μ sur un ensemble E, il faut d'abord définir au sein de l'ensemble des parties de E ce que l'on appelle une tribu, ou une σ-algèbre. Il s'agit d'un ensemble T de parties de E possédant les trois propriétés suivantes : l'ensemble vide appartient à T ; le complémentaire d'un élément [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MESURE, mathématique  » est également traité dans :

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Mesure et intégration »  : […] La conception de l'intégrale au xviii e  siècle reposait sur la notion intuitive d'« aire » : pour une fonction f  ( x ), continue et ≥ 0 dans un intervalle a ≤ x ≤ b , l'intégrale : était l'aire comprise entre la courbe y = f  ( x ), l'axe O x et les deux droites x = a et x = b . Avec la remise en ordre générale de l'analyse entreprise par Cauchy, on revient à une définition rigoureuse n'empru […] Lire la suite

BANACH STEFAN (1892-1945)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 609 mots

Dans le chapitre « Le problème de la mesure « universelle » »  : […] En 1914, le mathématicien Hausdorff, un des fondateurs de la topologie générale, avait posé le problème suivant : est-il possible d'associer à tout ensemble borné A de l'espace numérique R n à n dimensions un nombre positif ou nul m (A) tel que : a)  m (A 1 ∪ A 2 ) = m (A 1 ) + m (A 2 ) si A 1 et A 2 sont sans point commun ; b)  m (A) = m (B) si A et B se déduisent l'un de l'autre par une transla […] Lire la suite

BOREL ÉMILE (1871-1956)

  • Écrit par 
  • Maurice FRÉCHET
  •  • 2 309 mots

Dans le chapitre « Théorie des fonctions »  : […] Sommation des séries divergentes. L'intervention fréquente des séries divergentes dans la théorie des fonctions analytiques, par exemple, conduisit Borel à rendre ces séries « convergentes » en un sens plus général ; dans son ouvrage Leçons sur les séries divergentes , il étudie divers procédés de sommabilité, dont le plus important est la sommabilité exponentielle obtenue ainsi. Si u n est le […] Lire la suite

HAUSDORFF FELIX (1868-1942)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 688 mots

La renommée du mathématicien allemand Felix Hausdorff repose surtout sur son ouvrage Grundzüge der Mengenlehre (1914), qui en fit le fondateur de la topologie et de la théorie des espaces métriques. Né à Breslau dans une famille de marchands aisés, Hausdorff fit ses études secondaires à Leipzig, puis étudia les mathématiques et l'astronomie à Leipzig, Fribourg-en-Brisgau et Berlin. En 1891, il ob […] Lire la suite

INTÉGRATION ET MESURE

  • Écrit par 
  • André REVUZ
  •  • 6 222 mots

Dans le chapitre « L'additivité dénombrable »  : […] On s'est efforcé, dans ce qui précède, de mettre en lumière les idées implicites essentielles de la théorie classique de la mesure et de l'intégration telle qu'elle s'est développée non sans difficultés des Grecs à Riemann, et qui constitue ce que l'on peut appeler la théorie élémentaire de la mesure. Mais, historiquement, cette prise de conscience de ce qui intervenait fondamentalement dans la th […] Lire la suite

KOLMOGOROV ANDREÏ NIKOLAÏEVITCH (1903-1987)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Calcul des probabilités »  : […] Le nom de Kolmogorov est associé principalement au calcul des probabilités. Depuis les premiers travaux de Tchebychev, ce domaine était un sujet de prédilection de l'école mathématique russe. Les motivations de ce dernier, de Liapounov, de Markov, de Bernstein et de bien d'autres avaient été essentiellement d'établir des énoncés de plus en plus rigoureux des lois limites sous des conditions préci […] Lire la suite

NORMÉS ESPACES VECTORIELS

  • Écrit par 
  • Robert ROLLAND, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 094 mots

Dans le chapitre « Intégration des fonctions à valeurs vectorielles »  : […] (Ω, T , μ) est un espace mesuré par une mesure positive finie μ ; X est un espace de Banach et B X est la tribu borélienne de X (cf. intégration et mesure ). Une application f de Ω dans X est dite fortement mesurable si c'est une application mesurable (c'est-à-dire si l'image réciproque par f de tout élément de B X est un élément de T ) et s'il existe un sous-espace fermé séparable X 0 de X e […] Lire la suite

SYMBOLIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Robert PALLU DE LA BARRIÈRE
  •  • 2 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Transformation de Laplace des fonctions et des mesures »  : […] Soit f une fonction à valeurs réelles ou complexes définie sur l'ensemble R des nombres réels et nulle pour les valeurs strictement négatives de la variable (c'est-à-dire que f est une fonction « à support positif »). Sa transformée de Laplace est la fonction L f de la variable complexe p définie par la formule : De même si μ est une mesure sur R à support positif, c'est-à-dire telle que μ(ϕ) = 0 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André WARUSFEL, « MESURE, mathématique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mesure-mathematique/