MESSÉNIE

ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Herbert William PARKE
  • , Universalis
  •  • 728 mots

Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée. Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans des expéditions militaires. En 382, Sparte profite d'une expédition dans le nord de la Grèce pour prendre le […] Lire la suite

HELLADIQUE ARCHÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • René TREUIL
  •  • 4 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le début de l'Helladique récent (1550-1450 av. J.-C.) »  : […] La période « proto-mycénienne », qui s'ouvre par de grandes innovations, mais sans destructions, n'a été connue pendant longtemps qu'à travers les tombes « royales » de Mycènes et leur très riche mobilier. Mais on découvre aujourd'hui, peu à peu, les aspects moins spectaculaires qu'elle a revêtus ailleurs, ainsi que les cheminements qui conduisent ensuite à la civilisation mycénienne proprement d […] Lire la suite

SPARTE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expansion dans le Péloponnèse »  : […] Tout au long de la période archaïque, Sparte développe un impérialisme puissant, qui prend d'abord la forme de la conquête. La Messénie voisine, peuplée elle aussi de migrateurs doriens, est soumise et ses habitants réduits à la condition d'hilotes. Ce traitement indigne entraîne leur révolte, durement matée dans la seconde guerre de Messénie : leur condition ne changera plus jusqu'à leur affranc […] Lire la suite

THÈBES DE BÉOTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 2 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'effacement et l'apogée de l'époque classique »  : […] Privée par les Grecs victorieux de son hégémonie sur la Béotie, Thèbes mène une vie très effacée jusqu'en 447, peut-être toujours sous un gouvernement aristocratique. C'est l'époque de l'apogée du plus glorieux de ses fils, Pindare, dont les Odes triomphales célèbrent les jeunes aristocrates vainqueurs dans les jeux panhelléniques. Ses artistes ne sont pas non plus sans vigueur : elle possède une […] Lire la suite