BÉRING MER DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

États-Unis : carte physique

États-Unis : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Volcans au Kamchatka, Russie

Volcans au Kamchatka, Russie
Crédits : Yuri Smityuk/ TASS/ Getty Images

photographie


Exploration

Le détroit de Béring et la mer de Béring furent probablement explorés pour la première fois en 1648 par des bateaux russes placés sous le commandement de Semyon Dezhnev.

Le détroit et la mer doivent leur nom à Vitus Béring (1681-1741), capitaine danois qui fut enrôlé dans la marine russe par Pierre le Grand en 1704. Le 5 février 1725, Béring appareillait pour sa première expédition. Il s'engagea dans le détroit en 1728 et découvrit les îles Saint-Laurent et Diomède, mais n'aperçut pas la côte de l'Alaska.

En 1730, Mikhaïl Govzdev et Ivan Fyodorov établirent la première carte du détroit. En 1733, Béring conduisit une nouvelle expédition le long de la côte nord de la Sibérie, à partir de Saint-Pétersbourg, et il atteignit le golfe de l'Alaska pendant l'été de 1741. Il partit en reconnaissance le long de la côte sud-ouest de l'Alaska, de la péninsule de l'Alaska et des Aléoutiennes mais, la malchance le poursuivant (le mauvais temps, l'imprécision des cartes, puis le scorbut), il dut hiverner sur une île inhabitée – l'île de Béring – où il mourut avec plusieurs hommes.

En 1780, des commerçants russes fondèrent une compagnie privée pour effectuer le négoce des fourrures avec l'Amérique du Nord.

L'étude géographique de la mer commença à la fin du xviiie siècle. Des explorateurs britanniques entreprirent l'étude du fond de la mer en 1827, puis des Américains, à bord du vaisseau de recherches Albatros de 1893 à 1906. Depuis lors, des investigations systématiques ont été reprises par les Américains, les Soviétiques et les Japonais.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BÉRING MER DE  » est également traité dans :

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 018 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mer de Béring »  : […] Le littoral de la mer de Béring, très éventé, est aussi plus humide que les régions centrales. L'immense delta formé par le Yukon et la Kuskokwim (300 km de côté), fertile et marécageux, abrite une faune abondante. Il est encadré par des collines recouvertes de toundra. Ce type de végétation caractérise aussi les îles de la mer de Béring, qui sont entourées par la banquise en hiver. Les îles Pribi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alaska/#i_24077

ARCTIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 830 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hydrologie »  : […] Les eaux superficielles sont très froides (— 1,5  0 C) et peu salées (parfois moins de 30 p. 1 000). Elles sont fournies d'une part par le détroit de Béring (entrée d'eaux pacifiques déjà refroidies en mer de Béring), d'autre part par le courant littoral eurasiatique (eaux d'origine atlantique, passées à l'est du Spitzberg et refroidies pendant leur traversée des mers épi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-arctique/#i_24077

PACIFIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean FRANCHETEAU
  •  • 14 710 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Mer de Béring et mer d'Okhotsk »  : […] La mer de Béring n'a qu'une limite active bien établie au sud, le long de l'arc et de la fosse des Aléoutiennes. L'existence d'une plaque Béring est parfois envisagée, mais ses limites sortent du cadre du Pacifique. La mer d'Okhotsk est dans une situation analogue, à la différence près que, si une plaque Okhotsk existe, elle doit être limitée à l'est par l'arc et la fosse des Kouriles (ou Kouril […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-pacifique/#i_24077

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 299 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une richesse venant de la mer »  : […] Durant la période hivernale polaire, le soleil apparaît à peine à l'horizon et aucun rayon lumineux n'arrive à atteindre l'océan en raison de la banquise qui le recouvre. En revanche, la vie explose dès que cette glace se fragmente et disparaît. On considère que la croissance bactérienne estivale en Antarctique n'a pas d'équivalent ailleurs sur notre planète. Algues et bactéries se développent, f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieux-polaires/#i_24077

RHYTINE DE STELLER

  • Écrit par 
  • Christine ARGOT, 
  • Luc VIVÈS
  •  • 1 221 mots
  •  • 2 médias

Jadis abondante dans la mer de Béring (située au sud du cercle polaire arctique), au large des îles Aléoutiennes et du Kamtchatka, la rhytine de Steller était un mammifère marin herbivore de grande taille, pouvant atteindre jusqu’à huit mètres de longueur pour un poids de onze tonnes. Observée pour la première fois en 1741, cette espèce a très vite disparu, le dernier spécimen ayant été tué en 17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhytine-de-steller/#i_24077

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « BÉRING MER DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-de-bering/