MENCHEVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La scission de la social-démocratie russe

À la fin de 1903, la rédaction de l'organe central du Parti, l'Iskra, était passée aux mains de mencheviks qui contrôlaient également la Ligue des social-démocrates russes à l'étranger. Animé originellement d'un désir de conciliation des deux fractions rivales, Plekhanov, « le père du marxisme russe », abandonna Lénine, son allié d'hier, pour rejoindre à la fin de 1903 les mencheviks : Martov, Potresov, Zasulič, Axelrod (l'ancienne rédaction de l'Iskra), Alexandrova, Dejč, Trotski. Cette adhésion au menchevisme de tous les leaders de la social-démocratie russe devait avoir pour conséquence l'isolement des bolcheviks sur le plan international. Les dirigeants de la IIe Internationale de toutes tendances faisaient confiance à l'« orthodoxie » des mencheviks exprimée dans leur condamnation du révisionnisme et prenaient position contre les bolcheviks. Ainsi Rosa Luxemburg soutenait-elle en 1904 une thèse sur les problèmes d'organisation très proche du menchevisme d'alors. Il est d'autres points sur lesquels portait cette parenté. L'idée d'auto-activité des masses, partiellement reprise à ceux que les « iskristes » avaient accusés naguère d'« économisme » et qui avaient rejoint les rangs du menchevisme, était issue d'une confiance dans l'action spontanée des masses ouvrières semblable à celle que professait Rosa Luxemburg, et avait pour corollaire la conception du rôle éducatif que devaient jouer les organisations ouvrières. Sur la question agraire, les mencheviks défendirent peu après un programme plus « occidental » que celui de Lénine : la municipalisation des terres (sauf celles des paysans), les grandes propriétés déjà exploitées selon les principes du « capitalisme moderne » devant être placées sous un régime de gestion collective.

Lorsqu'en avril 1905 Lénine convoqua le IIIe congrès du Parti, les mencheviks ripostèrent par une « Conférence pan-russe des militants du Parti », tenue à Genève en avril-mai et qui désigna un comité d'organisation. Les débats portèrent sur le rôle du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  MENCHEVISME  » est également traité dans :

AXELROD PAVEL BORISSOVITCH (1850-1928)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 397 mots
  •  • 1 média

Né à Chklov dans une famille de paysans juifs, Axelrod suit les cours de l'école secondaire tout en organisant une école pour enfants de Juifs pauvres. À dix-huit ans il découvre Lassalle et s'engage dans le mouvement révolutionnaire. Populiste, il tente d'organiser à Kiev des cercles d'étudiants révolutionnaires. En 1872-1874, il participe à la croisade populiste des jeunes intellectuels vers le […] Lire la suite

BOLCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 7 566 mots
  •  • 7 médias

Le terme de bolchevisme, dérivé du substantif abstrait bolchinstvo (majorité), désigne la théorie révolutionnaire de Lénine et la praxis du Parti bolchevique dont celui-ci fut le fondateur, le dirigeant et le stratège. Les origines et l'évolution sémantique de ce mot, lointain souvenir d'un jargon d'exilés qui n'est entré dans le langage politique qu'à partir de la révolution de 1917, illustren […] Lire la suite

ISKRA

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 1 018 mots

Journal du Parti social-démocrate ouvrier russe (P.O.S.D.R.), l' Iskra ( L'Étincelle ) paraît du 11 décembre 1900 au 8 octobre 1905. En tout 112 numéros seront publiés à un rythme mensuel puis bimensuel à partir de 1902. Son histoire se confond avec celle de la social-démocratie russe, et l'on doit distinguer la vieille Iskra , dirigée conjointement par Lénine et Plekhanov (jusqu'au numéro 52 du 1 […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le fondateur du bolchevisme »  : […] En 1902, Lénine publie un texte fondamental, Que faire ? , premier manifeste de ce qui deviendra, l'année suivante, le bolchevisme. Lénine y expose sa conception d'un parti révolutionnaire d'avant-garde, discipliné et centralisé, composé d'un noyau de révolutionnaires professionnels, chargés d'encadrer les masses ouvrières trop facilement tentées par la seule action quotidienne spontanée et incap […] Lire la suite

MARTOV IOULI OSSIPOVITCH CEDERBAUM dit (1873-1923)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 334 mots

Né à Constantinople, Iouli Martov est avec Plekhanov et Axelrod un des créateurs du Parti ouvrier social-démocrate russe et fondateur de la première Iskra ( L'Étincelle ). Au congrès du parti en 1903 (qui se tient à Bruxelles, puis à Londres), il est l'animateur de la fraction qui s'oppose à Lénine et à Plekhanov sur la question des statuts de l'organisation : il s'agit essentiellement de savoir q […] Lire la suite

MARTYNOV ALEXANDRE SAMOÏLOVITCH PIKER dit (1865-1935)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 180 mots

Fils de commerçants, Martynov adhère au mouvement populiste Narodnaïa Volia (la Volonté du peuple) en 1884. Condamné à quatre ans de prison en 1887, il adhère au Parti social-démocrate ouvrier, dans lequel il anime le courant dit « économiste » pour lequel l'avènement du socialisme en Russie est inéluctable si la société russe parcourt la série des étapes qu'a connues l'Europe occidentale depuis l […] Lire la suite

RÉVOLUTION RUSSE

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 7 712 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le premier gouvernement provisoire (mars-avril 1917) »  : […] Formé le 2 mars, le premier gouvernement provisoire est présidé par le prince Georges Lvov, entouré d'une majorité de représentants éminents du parti constitutionnel-démocrate (Pavel Milioukov aux Affaires étrangères ; Nikolaï Nekrassov aux Transports ; AndreïChingarev à l'Agriculture). À la gauche de l'échiquier politique gouvernemental, Alexandre Kerenski , ministre de la Justice, est censé « f […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Les partis révolutionnaires »  : […] Ces partis ont en effet acquis, à la veille de la Première Guerre mondiale, une importance que ne laisseraient pas supposer leurs faibles effectifs, ni même leur activité, l'agitation sociale qui s'aggrave entre 1912 et 1914 paraissant être liée au développement industriel, non au problème du régime. L'opposition admise par le pouvoir vient d'une partie de la bourgeoisie qui, depuis 1905, s'appuya […] Lire la suite

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Russie »  : […] Le socialisme russe est, par excellence, celui d'un pays agraire, économiquement en retard, et dans lequel la place du socialisme démocratique fut toujours médiocre ; enfin, les émigrés y tenaient un rôle important. Cela explique son peu d'intégration à la société et, par conséquent, son caractère révolutionnaire. Jusqu'aux années 1900, le socialisme russe s'exprime surtout par le populisme, qui s […] Lire la suite

TROTSKI LÉON (1879-1940) ET TROTSKISME

  • Écrit par 
  • Michel LEQUENNE
  •  • 6 959 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La formation « classique » d'un social-démocrate russe »  : […] Lev Davidovitch Bronstein (qui devait devenir Trotski en 1902, par le hasard d'un faux passeport) est né le 26 octobre [7 nov.] 1879 à Ianovka, village perdu dans les steppes du gouvernement de Kherson, en Russie du Sud, au sein d'une famille juive de paysans moyens. Il connaît une enfance grise, sans grande tendresse, dans les années où s'élèvent les dernières flammes du terrorisme « populiste » […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « MENCHEVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/menchevisme/