MÉNANDRE (-342?-? -292)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur dramatique athénien que les critiques de l'Antiquité considéraient comme le plus grand poète de la nouvelle comédie attique — c'est-à-dire la dernière floraison de la comédie scénique athénienne. Il ne connut durant sa vie qu'un succès limité ; bien qu'il eût écrit plus de cent pièces, il ne remporta que huit fois la victoire aux fêtes dramatiques d'Athènes, le public lui préférant Philémon.

La comédie, abandonnant le thème des affaires publiques, était centrée sur des personnages de la vie quotidienne ; le rôle du chœur avait généralement décliné, se bornant à l'exécution d'interludes entre les actes. Les masques des acteurs s'étaient adaptés à l'éventail des personnages nécessité par la comédie de mœurs ; Ménandre, qui écrivait dans une langue raffinée (l'attique était alors la langue littéraire du monde grec), savait magistralement présenter des types tels que le père sévère, le jeune amoureux, la demi-mondaine avide, l'esclave intrigant. Selon Ovide : « Aucune pièce de Ménandre n'est dépourvue de son affaire de cœur. » La délicatesse de touche et l'habileté de Ménandre sont très perceptibles dans le Dyscolos (L'Atrabilaire, Duskolos), tandis que le contraste subtil entre caractère et principes éthiques apparaît dans La Chevelure coupée (Périkéiroménê), pièce intéressante par la présentation, empreinte de sympathie, du personnage conventionnel du soldat fanfaron. Le Second Frère est peut-être sa plus belle réussite.

Les œuvres de Ménandre ont été très largement adaptées par Plaute ; à travers lui, elles ont influencé le développement de la comédie européenne postérieure à la Renaissance. À l'exception du Dyscolos, il n'existe aucun texte complet de ses comédies. D'importants fragments de La Chevelure coupée, de L'Arbitrage (Épitrépontés), de La Samienne (Samia) et de deux autres pièces ont été retrouvés en 1905 dans un codex. Quelques fragments avaient été mis à jour en 1844 au monastère Sainte-Catherine, sur le mont Sinaï. On rapporte que Ménandre fut l'élève de Théophraste. En 321, il présenta sa première pièce, La Colère (Orgê). En 316, il remporta un prix avec le Dyscolos et fut couronné aux fêtes dionysiaques l'année suivante. Ménandre a vraisemblablement toujours vécu à Athènes, et il passe pour avoir décliné des invitations en provenance de Macédoine et d'Égypte. Une tradition, sans doute légendaire, rapportée par Ovide, veut qu'il se soit noyé dans le port d'Athènes.

—  Jean-Paul MOURLON

Écrit par :

  • : maître ès lettres modernes, professeur au lycée de Tiaret, Algérie

Classification


Autres références

«  MÉNANDRE (~342?-? ~292)  » est également traité dans :

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La comédie antique »  : […] La comédie européenne est née en Grèce, dans le cadre des fêtes traditionnelles en l'honneur de Dionysos. Au milieu des réjouissances populaires qui suivaient les cérémonies religieuses, un cortège burlesque se formait dans une explosion de plaisanteries et de chansons : ce théâtre quasi spontané engendra dès le vi e siècle avant J.-C., dans les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_2497

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Issu des traditions populaires en relation avec le culte de Dionysos, le théâtre athénien naît et se développe à travers tout le v e  siècle, illustré d'abord par la tragédie, puis par la comédie dont l'évolution ne s'achèvera qu'à la fin du siècle suivant. Les représentations étaient organisées par la ville sous forme de concours, à l'occasion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/#i_2497

PAPYROLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrice CAUDERLIER
  •  • 1 497 mots

Dans le chapitre « Des textes fragiles, mais un apport précieux »  : […] Le travail du papyrologue consiste à lire et à transcrire, puis à dater et commenter les documents qu'il possède. Le plus souvent l'écriture est cursive, les lettres sont ligaturées ; la graphie évolue suivant les époques, de la « sécheresse » des archives de Zénon aux fioritures byzantines. Dans la plupart des cas, le papyrus ne parvient pas inde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papyrologie/#i_2497

PLAUTE (-254 env.--184)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 554 mots

Dans le chapitre « Le répertoire plautinien »  : […] Titus Maccus Plautus né à Sarsina en Ombrie, à la fois auteur et animateur de théâtre, comme Shakespeare et Molière, passe pour avoir composé cent trente pièces, dont vingt nous sont parvenues, que l'on peut justement tenir pour authentiques. Ce sont, dans l'ordre alphabétique, aucune chronologie n'ayant pu être établie avec certitude : Amphitryon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plaute/#i_2497

Pour citer l’article

Jean-Paul MOURLON, « MÉNANDRE (-342?-? -292) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/menandre-342-292/