MÉMOIRES, Cardinal de RetzFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un conspirateur-né

La première partie va de 1613 à 1643 : de la naissance de l'auteur à sa jeunesse, à son entrée dans la carrière ecclésiastique sur les ordres de son père et à sa participation aux premiers complots contre Richelieu. Le tableau qu'il fait, au milieu de son récit, de l'histoire de la France, le mène évidemment à censurer durement le passage à l'absolutisme qui s'opère alors. La deuxième partie raconte la Fronde, de son point de vue : la révolte de Paris qu'il est censé apaiser, la méfiance de la régente Anne d'Autriche et de Mazarin à son égard, les manœuvres qu'il opère au nom de l'intérêt général, les violences, les rébellions de 1648 (Fronde parlementaire) et de 1651-1652 (Fronde des princes), la victoire de Mazarin, l'arrestation du coadjuteur de Paris enfin devenu cardinal, son emprisonnement, son évasion, puis son exil (1654). La troisième partie commence à Rome, narre la mort d'Innocent X et l'avènement du cardinal Chigi grâce à l'intervention de Retz, ainsi que les tentatives du narrateur pour recouvrer son diocèse de Paris, avant de s'interrompre brutalement.

L'histoire se répète, ou bégaie, en tout cas elle enseigne : les calculs machiavéliques, le jeu des intérêts, particuliers et généraux, les plaisirs des manœuvres. Elle divertit et elle instruit, en s'expliquant par les aléas, les circonstances, les passions amoureuses et les grandes causes à soutenir. Enfin elle apparaît, dans ce récit post-frondeur et aristocratique, comme une conversation adressée à une narrataire, puisque Retz affirme entreprendre les Mémoires sur la demande d'une de ses amies dont les jeunes fils ont besoin de quelques conseils et réflexions pour mener à bien leur vie. S'il est très vraisemblable qu'il s'agissait ici de Mme de Sévigné, l'essentiel reste le statut de l'ouvrage : ni confession, ni grande histoire, ni roman, mais conversation adressée, aristocratique, vive, brillante, mêlant l'observation générale et la maxime au récit particulier, l'anecdote à la citation du Journal du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  MÉMOIRES, Cardinal de Retz  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La littérature épistolaire et les mémoires »  : […] Pourfendu par Pascal, interrogé par Molière, idéalisé par Saint-Évremond, encensé par les précieux et les précieuses, cet idéal fait son chemin dans un genre littéraire abondamment pratiqué en un temps où les déplacements sont difficiles et la poste nouvellement organisée : l’ épistolaire . Retiré en Charente, Guez de Balzac fondera dans ses Lettres destinées au public auta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_33042

Pour citer l’article

Christian BIET, « MÉMOIRES, Cardinal de Retz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-cardinal-de-retz/