MÉMOIRE CHEZ L'ENFANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement des fonctions exécutives et de la mémoire de travail

Parmi les fonctions exécutives, l’inhibition joue un rôle très important car elle renvoie au contrôle de l’interférence interne (des pensées) et externe (focaliser son attention sur une information en négligeant les autres). La flexibilité mentale permet de passer alternativement d’une opération cognitive à une autre, d’un exercice à un autre. Le développement de ces deux fonctions s’observe surtout entre trois et cinq ans. Ensuite, la mémoire de travail et la flexibilité continuent de se développer, suivies par d’autres fonctions complexes telles que le raisonnement et la planification. Cette dernière renvoie à la capacité d’élaborer mentalement un plan afin d’atteindre un but.

La mémoire de travail continue à évoluer jusqu’à la fin de l’adolescence. Par exemple, l’empan auditivo-verbal, défini par le nombre d’unités verbales (chiffres, lettres…) que nous pouvons maintenir en mémoire à court terme, augmente entre trois et treize ans, passant de deux à sept items, atteignant ainsi les performances de l’adulte. La maturation des fonctions exécutives est donc très progressive et joue un rôle important dans l’évolution des processus cognitifs mobilisés lors de l’encodage et de la restitution en mémoire à long terme.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, directeur de l'unité 1077 de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, université de Caen Normandie

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis EUSTACHE, « MÉMOIRE CHEZ L'ENFANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-chez-l-enfant/