MELKITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelait melkites les chrétiens de Syrie et d'Égypte qui avaient accepté les définitions du concile de Chalcédoine (451) sur les deux natures, humaine et divine, du Christ. C'était là un sobriquet qui, tiré du syriaque malka (« le roi »), les désignait comme des « royalistes » ou des « valets de l'empereur » ; leur attitude théologique était, en effet, celle de l'empereur de Byzance, tandis que leurs adversaires, les monophysites, rejetaient la christologie définie à Chalcédoine et ne croyaient qu'à une seule nature en Jésus-Christ. Le terme de melkites, qui à l'origine se rapportait aux chrétiens d'Égypte, s'applique ensuite à tous les chalcédoniens du Moyen-Orient, et finit par désigner les fidèles des patriarcats d'Alexandrie, de Jérusalem et tout spécialement d'Antioche.

La communauté melkite se recrutait principalement dans les colonies grecques d'Orient et parmi les populations arabisées d'Égypte et de Syrie. Elle adopta le rite byzantin, ce qui la conduisit à prendre le parti de Michel Cérulaire, patriarche de Constantinople, quand il se sépara de Rome en 1054. Mais, au cours des siècles qui suivirent, les patriarches d'Antioche s'efforcèrent de renouer avec Rome, et l'on vit se former de petits groupes de melkites catholiques. La réunion se fit en 1724, date à laquelle un catholique, Cyrille VI, fut élu au siège patriarcal d'Antioche. Il obtint le ralliement de plusieurs évêques et d'environ un tiers des fidèles. Les orthodoxes opposés à l'union avec Rome élurent alors leur propre patriarche, Silvestre, et ils reçurent du gouvernement ottoman une reconnaissance officielle qui garantissait leur autonomie. Une centaine d'années plus tard, après bien des tracasseries et en dépit des difficultés surgies sur le plan ecclésiastique avec les jésuites et les maronites libanais, les catholiques obtinrent à leur tour le même statut d'autonomie qui leur permit d'exercer leurs activités et de s'accroître.

Les conversions au catholicisme ont été relativement rares dans les patria [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MELKITES  » est également traité dans :

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 564 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Églises catholiques d'Orient ou « uniates » »  : […] Sous l'influence latine, surtout à partir du xvi e  siècle, nombre de chrétiens orientaux sont entrés en communion avec l'évêque de Rome, quelquefois sous la conduite d'une partie de leur épiscopat. Confessionnellement catholiques, ils n'ont pourtant adopté ni le rite latin ni les institutions occidentales, conformément aux décrets d'union du con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-chretiennes-d-orient/#i_35825

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le centre de gravité politique de l'Église : Constantinople »  : […] L'Église, dans les limites de l'Empire, sera quadrillée à l'image de la carte administrative. La métropole du diocèse civil aura un « supermétropolite » ; la métropole de chaque province du diocèse, un métropolite dont dépendent les évêques des cités afférentes. Il y a six « supermétropoles » : Rome, Alexandrie, Antioche, Césarée de Cappadoce, Éphèse et Héraclée de Thrace. La nouvelle capitale, C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_35825

Pour citer l’article

Jacques PONS, « MELKITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/melkites/