MÉGALOPOLIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un espace des possibles

Dès le xviie siècle, la colonisation anglaise en Amérique du Nord ne se fixe pas sur une seule ville mais sur un chapelet de petites cités fondées par différents groupes religieux en quête d’un refuge après les persécutions subies en Angleterre. Persuadé d’être porteur d’une mission divine, chaque groupe édifie sa « Jérusalem céleste », dont l’essor sera la preuve tangible que leur cité est bien la seule à mériter ce titre. Boston est bâtie par les puritains, qui persécutent d’autres puritains, lesquels fondent Providence. Les quakers s’installent à Philadelphie, Baltimore est créée par un catholique chassé par les protestants de Virginie… Seule New York, alors appelée New Amsterdam, est fondée à des fins commerciales par des protestants hollandais.

Ce sont avant tout des fondations agricoles, mais leur site littoral favorise rapidement le commerce maritime, non pas essentiellement des unes avec les autres, mais tourné surtout vers la mère patrie, d’où arrivent, aux xviie et xviiie siècles, la plupart des nouveaux colons.

La géographie permet elle aussi l’émergence d’une colonisation multipolarisée, en raison de la présence de nombreuses baies et bras de mer abrités de l’océan, favorables au développement des ports relativement faciles à défendre, de menaces venues de la terre comme de la mer (isthmes, îles, baies). Car si la ville est un refuge contre les persécutions religieuses, elle l’est également contre les Indiens et leurs incursions répétées.

En parallèle, la colonisation de l’arrière-pays, par ailleurs riche en ressources naturelles et en sources d’énergie, bute rapidement sur la barrière montagneuse des Appalaches, qui restera longtemps la limite d’un au-delà inconnu et dangereux, accentuant encore la concentration des colons sur une bande de terre entre océan et montagne. Ainsi, dès 1775, neuf des onze villes de plus de 5 000 habitants que compte l’Amérique du Nord sont situées dans l’actuelle mégalopolis et, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

États-Unis : carte administrative

États-Unis : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Philadelphie, États-Unis

Philadelphie, États-Unis
Crédits : O. Le Queinec/ Shutterstock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉGALOPOLIS  » est également traité dans :

BOSTON

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 595 mots
  •  • 3 médias

Capitale de l’État du Massachusetts et principale ville de Nouvelle-Angleterre, Boston, avec ses 673 000 habitants en 2016, est au cœur de la dixième agglomération des États-Unis (4,8 millions d’habitants). Elle est également la deuxième agglomération de la mégalopole BosWash (Boston-Washington), dont elle constitue le maillon septentrional. Sa place dans l’histoire de la nation américaine, son dy […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 925 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'Amérique de la maturité : mégalopole et Nouvelle-Angleterre »  : […] Un premier ensemble régional se distingue autour de la mégalopole atlantique. Véritable cœur des États-Unis, il trouve sa cohérence dans le rôle qu'il a joué dans la formation de la nation et dans son histoire, notamment celle d'une Amérique essentiellement tournée vers l'Europe. Souvent qualifié de puritain en raison de l'austérité religieuse des premiers colons, le Nord-Est est aujourd'hui une d […] Lire la suite

GOTTMANN JEAN (1915-1994)

  • Écrit par 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 673 mots

Né le 10 octobre 1915 à Kharkov (Ukraine), alors en Russie, le géographe Jean Gottmann est venu dès 1921 à Paris où il a effectué l'ensemble de ses études. Il fut lauréat du concours général des lycées et collèges de France – mention géographie – en 1931. Dès l'obtention de son diplôme d'études supérieures en Sorbonne, il y fut assistant de recherche en géographie humaine auprès d'Albert Demangeon […] Lire la suite

NEW YORK

  • Écrit par 
  • Cynthia GHORRA-GOBIN
  •  • 8 349 mots
  •  • 10 médias

Le nom de New York renvoie à deux réalités urbaines : la ville et l'aire métropolitaine, dénommée par le bureau du recensement « Consolidated Metropolitan Statistical Area » (CMSA). Cette catégorie statistique englobe ici une douzaine de métropoles et leurs banlieues respectives, soit vingt-cinq comtés répartis dans trois États, New York, New Jersey et Connecticut. En tant que première ville des […] Lire la suite

NOUVELLE-ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Christian PIHET
  •  • 1 844 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une des régions les plus innovantes du pays »  : […] La Nouvelle-Angleterre n’est cependant pas le musée de l’Amérique. Dans les années 1970 s’ouvre un cycle fondé sur de nouvelles orientations industrielles dans le domaine de la haute technologie : aérospatiale, nucléaire civil, informatique et biotechnologie représentent désormais la base du système productif. La région est devenue, après la façade pacifique, le pôle principal des industries high- […] Lire la suite

WASHINGTON, ville

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 657 mots
  •  • 1 média

Capitale fédérale et sixième agglomération des États-Unis , avec 6,2 millions d'habitants en 2018 (702 000 dans la ville même), Washington DC (District of Columbia) est le maillon méridional de la mégalopole BosWash (Boston-Washington), située au nord-est du pays . Édifiée sur la rive gauche du Potomac, à 180 kilomètres de son débouché dans la vaste baie de Chesapeake ouvrant sur l’Atlantique, ell […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent VERMEERSCH, « MÉGALOPOLIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/megalopolis/