MÉGALITHIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des problèmes techniques difficiles à résoudre

Les dimensions de certains tombeaux mégalithiques comme ceux de la Cueva de la Pastora (Séville), de la Tumba del Romeral (Antequera), de New Grange (Drogheda, Irlande), dont la longueur dépasse vingt mètres, ont dû poser à leurs constructeurs des problèmes techniques difficiles à résoudre. Il en est de même pour le grand dolmen de Bagneux, près de Saumur, qui servait d'écurie à une quinzaine de chevaux à la fin du xixe siècle. Beaucoup de dalles de couverture dolménique pèsent plusieurs tonnes et la plupart des supports ou piliers qui entourent la chambre et soutiennent le plafond pèsent plusieurs quintaux. Il fallait trouver ces blocs, les aménager, les transporter et ériger le tout rationnellement. Les cartes de répartition prouvent que les constructeurs de dolmens prenaient le plus souvent leurs matériaux sur place, et tout particulièrement dans les bancs de calcaire dur et bien lité. Les intéressantes fouilles de C. Burnez à Bougon (Deux-Sèvres) en ont d'ailleurs fourni la preuve directe. En pays granitique comme la Bretagne, on utilisait les blocs qui affleurent un peu partout. Mais les artisans mégalithiques ne répugnaient pas aux prouesses techniques. Les pierres bleues du grand cercle de Stonehenge proviennent des monts Prescelly, au sud-ouest du pays de Galles, distants de près de deux cents kilomètres en grande partie franchissables par voie d'eau, ce qui ne diminue pas les mérites des entrepreneurs de l'époque. Les menhirs de la bordure orientale des marais de Mont (Vendée) sont en grès de Noirmoutiers, dont le transport constitue un bel exploit. Les monuments mégalithiques postulent par conséquent une main-d'œuvre abondante, et fort intelligente, puisqu'elle n'avait à sa disposition que des pics en bois de cerf, des haches de pierre et des ciseaux de pierre polie ou taillée, des leviers, rouleaux et radeaux de bois. Elle pouvait s'aider de lanières ou de cordages en cuir, tendons, lin et chanvre. La roue n'étant pas connue, il n'y avait point de chars. Il n'y avait pas davantage de chevaux domestiques, car ils n'apparaissent qu'à l'âge du bronze final, mais les bœufs, nombreux, furent largement utilisés. Ces tombeaux collectifs supposent enfin, ne serait-ce que pour la construction, une société bien organisée. Sans vouloir ternir ce passé assez prestigieux, il faut cependant reconnaître qu'on a construit plus aisément de nombreux dolmens avec des murettes de pierres plates locales, non maçonnées, par exemple sur les Garrigues languedociennes. Plus modestement encore, on s'est contenté de creuser le sol ou la craie sous des blocs en place, par exemple dans le Bassin parisien. Il est même probable que de nombreuses tranchées non appareillées du Néolithique de l'Île-de-France sont des copies sommaires dans des allées couvertes mégalithiques. Il semble qu'un certain nombre de ces tranchées aient reçu une couverture de madriers et non de dalles. Vers la fin de l'époque mégalithique, l'architecture funéraire tombe en décadence.

Sépulture d'Antequerra

Dessin : Sépulture d'Antequerra

Sépultures mégalithiques 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sépulture de New Grange

Dessin : Sépulture de New Grange

Sépultures mégalithiques 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sépulture de type Bougon

Dessin : Sépulture de type Bougon

Sépultures mégalithiques 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les premiers dolmens, sans doute à chambre ronde couverte en encorbellement et précédée d'un long couloir, apparaissent un peu après 3500 avant J.-C. Quant aux dernières allées couvertes et aux derniers dolmens, ils datent environ de 1800 à 1700 avant J.-C. De nombreux dolmens furent vidés et réutilisés au Bronze ancien et au premier âge du fer, tout particulièrement sur les Causses. Dans le Vannetais, une dizaine de dolmens qui ont livré plus de cent cinquante statuettes (Vénus Anadyomène, Latone, Minerve, etc.) ont visiblement servi de fana (sanctuaires). Plus tard enfin, ceux qui faisaient l'objet de cérémonies païennes trop vivaces furent purement et simplement christianisés. Considérablement réduits en nombre, malmenés et délabrés, les dolmens poursuivent pourtant depuis plus d'un siècle une brillante carrière archéologique. Parmi les plus illustres fouilleurs de mégalithes, il faut citer pour la France : J. Arnal, C. Buronez, P. R. Giot et ses élèves. En Angleterre, on trouve S. Piggott et surtout G. Daniel. En Espagne, le travail le plus considérable qu'on ait jamais rédigé sur un pareil sujet a été l'œuvre de G. et V. Leisner. Ils avaient été précédés par J. Serra Vilaro et L. Pericot García, puis furent suivis par H. Almagro Bosch.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Sépulture d'Antequerra

Sépulture d'Antequerra
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sépulture de New Grange

Sépulture de New Grange
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sépulture de type Bougon

Sépulture de type Bougon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Allée couverte, art mégalithique

Allée couverte, art mégalithique
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 24 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en médecine, docteur ès science, chargé de cours d'anthropologie à la faculté des sciences de Bordeaux

Classification

Autres références

«  MÉGALITHIQUE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE MÉGALITHIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Au cours du Ve millénaire, la façade atlantique de l'Europe se couvre, depuis le Danemark jusqu’au Portugal, de monuments mégalithiques ou dolmens. Il s'agit de chambres funéraires construites en gros blocs de pierre, pesant souvent plusieurs tonnes, et recouvertes d'un tertre, ou tumulus, de terre et de pierre […] Lire la suite

ANCÊTRES CULTE DES

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Universalis
  •  • 3 192 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religions archaïques »  : […] Le culte des ancêtres, au sens strict du terme, n'est pas clairement attesté dans les cultures les plus archaïques, chez les collecteurs et les chasseurs. On le rencontre, en revanche, en Mélanésie et dans certaines civilisations de type agricole. En Mélanésie, on érige en l'honneur de certains morts illustres des figures taillées en bois ; pourtant ces figures n'ont pas un caractère sacré. Aux N […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers des musées de site archéologique de synthèse »  : […] Depuis une dizaine d'années quelques musées de site jouent un rôle mixte de musée monographique et de musée de synthèse. L'implantation depuis 1984 d'un programme européen de recherche de longue durée sur l'oppidum celtique de Bibracte au mont Beuvray en Bourgogne a été suivie de la construction d'un musée, par l'architecte Pierre-Louis Faloci, véritable vitrine de l'archéologie celtique en Europe […] Lire la suite

BHOUTAN

  • Écrit par 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Alain LAMBALLE, 
  • Chantal MASSONAUD
  •  • 7 362 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'archéologie : pierres polies et mégalithes »  : […] Les prémices de l'art du Bhoutan se manifestent dès la période néolithique. Au cours de travaux de labourage, on découvrit des pierres polies dans les vallées centrales du pays ; tout d'abord considérées comme des talismans par leurs inventeurs, elles occupèrent la place d'honneur parmi les objets du culte familial, certaines furent réunies en une collection par le prince Namgyal Wangchuk. Ces pi […] Lire la suite

CARNAC ALIGNEMENTS DE

  • Écrit par 
  • Paul QUENTEL
  •  • 401 mots
  •  • 1 média

Les alignements de Carnac sont des ensembles de pierres dressées en lignes parallèles ; ils s'étendent sur plus de 4 kilomètres et comptent 2 934 menhirs ou pierres dressées (menhir signifie pierre longue). On en dénombre trois groupes successifs : les alignements du Ménec (1 170 menhirs), ceux de Kermario et ceux de Kerlescan. On a la quasi-certitude que le nombre des menhirs était bien plus élev […] Lire la suite

DANIEL GLYN (1914-1986)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 678 mots

Né le 23 avril 1914 au pays de Galles, l'archéologue Glyn Edmund Daniel est mort le 13 décembre 1986, à Cambridge, où il fut Disney Professor of Archaeology de 1974 à 1981. Après avoir entrepris ses études à l'université de Cardiff, il vint au Saint John's College de Cambridge où il se spécialisa en géographie puis en archéologie. Sa thèse était consacrée au mégalithisme d'Europe occidentale et i […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 467 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'époque préaxoumite »  : […] Le sud du pays, – le Soddo en particulier et le Sidamo –, est célèbre pour ses pierres dressées, qui permettent de ranger l'Éthiopie dans la grande zone des cultures mégalithiques. Stèles anthropomorphes, stèles figuratives, stèles décorées de glaives, pierres phalloïdes, monolithes hémisphériques ou coniques, la plupart d'entre eux sont placés au milieu de sépultures : ce sont des monuments funé […] Lire la suite

GAVR'INIS

  • Écrit par 
  • Alain DUVAL
  •  • 397 mots

L'île de Gavr'inis, qui fait partie de la commune de Larmor-Baden (Morbihan), est célèbre par son dolmen inclus dans un cairn, volume architectural extérieur composé de pierres empilées en granite. Le dolmen a été découvert en 1832, et Prosper Mérimée, inspecteur général des Monuments historiques, le visita en 1835. Le dolmen est d'une rare perfection, tant dans la construction que dans l'ornement […] Lire la suite

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 748 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] Les origines de l'architecture géorgienne remontent à la plus lointaine antiquité. La Géorgie abonde en anciennes structures mégalithiques. Outre les dolmens à signification funéraire, on a recensé de grands monolithes dressés, ainsi que des murailles « cyclopéennes » faites d'énormes blocs de pierre grossièrement assemblés sans mortier. Au cours de l'âge du bronze, d'imposants remparts de mégali […] Lire la suite

GÖBEKLI TEPE, site archéologique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 642 mots
  •  • 3 médias

Le site de Göbekli Tepe en Turquie, qui date d’environ 9000 avant notre ère, est l’une des grandes découvertes archéologiques de ces dernières décennies. Inscrit en 2018 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO (World Heritage List), il comprend d'impressionnantes constructions circulaires mégalithiques parfois considérées comme « les premiers temples de l’humanité ». Connu depuis les année […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond RIQUET, « MÉGALITHIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/megalithique/