MÉDITATIONS POÉTIQUES, Alphonse de LamartineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l’aube du romantisme

Le titre et le genre des Méditations s'inscrivent dans le souvenir à la fois de Descartes, de Malebranche, de Bossuet et de Volney. À des « contemplations », le poète penseur a préféré des « méditations » dont le climat de pensée profonde résonne plus gravement.

Si la plupart des poèmes obéissent aux règles rigoureuses de la prosodie classique (alexandrins, octosyllabes, rimes suivies ou croisées, quatrains), certains (« Le Désespoir », « Le Lac de B. », « La Gloire », « Le Golfe de Baïa, près de Naples», « Chants lyriques de Saül », « La Poésie sacrée, dithyrambe ») bousculent subtilement les conventions et font preuve de liberté prosodique dans l'agencement des strophes et des vers. Inaugurant l'esthétique romantique, les poèmes remettent aussi en question, en les entremêlant, les formes traditionnelles de l'élégie, de l'ode, de l'hymne, de l'imitation ou du dithyrambe.

Les Méditations poétiques ne procèdent pas d'un ordre chronologique. Leur composition dualiste reflète le double cheminement, sentimental et spirituel, d'un « moi » intime et universel, déchiré entre désespoir et idéal, finitude et immortalité, mélancolie et enthousiasme, l'ici et l'ailleurs. Les joies et les peines de l'amour humain apparaissent, dans leur désordre sublime, comme autant d'étapes vers l'amour divin : si la première méditation (« L'Isolement ») pleure la perte de l'aimée et la solitude du poète à Milly, la vingt-quatrième et dernière (« La Poésie sacrée ») loue la Bible et le Dieu chrétien.

L'auteur romantique exprime les malheurs et les élans d'une âme tourmentée (« Le Désespoir », « Souvenir », « L'Enthousiasme », « Adieu »). La mélancolie trouve refuge dans une nature consolatrice (« Le Vallon », « Le Lac de B.»), dont la splendeur confine parfois au panthéisme (« Hymne au soleil ») ; les états d'âme se confondent avec les paysages (« L'Automne ») ; l'amant malheureux invoque la muse défunte (« Souven [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en littérature française, écrivain

Classification

Autres références

«  MÉDITATIONS POÉTIQUES, Alphonse de Lamartine  » est également traité dans :

LAMARTINE ALPHONSE DE (1790-1869)

  • Écrit par 
  • Henri GUILLEMIN
  •  • 4 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Noblesse oblige »  : […] Alphonse de Lamartine naît à Mâcon. Il sera l'aîné de six enfants ; pas de frère, rien que des sœurs ; à lui, par conséquent, tous les châteaux et toutes les terres de la famille. Lorsqu'il a vingt ans (il a fait ses études à Belley, chez les Jésuites déguisés en Pères de la Foi), il souhaiterait entrer dans la diplomatie ou, comme avait fait son père, dans l'armée ; mais l'usurpateur Napoléon est […] Lire la suite

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Le temps est ce dont chacun d’entre nous ne cesse de faire l’expérience, de la naissance à la mort. Des premiers écrits de l’humanité jusqu’à la littérature contemporaine, en passant par les poètes de la Renaissance, Ronsard (1524-1585) et sa rose, dont la beauté « ne dure que du matin jusques au soir », la fuite du temps n’a cessé d’occuper une place majeure au sein d’une culture occidentale anim […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves LECLAIR, « MÉDITATIONS POÉTIQUES, Alphonse de Lamartine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-poetiques/