MÉDITATIONS POÉTIQUES, Alphonse de LamartineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une poésie de l’âme

Les Méditations poétiques paraissent durant le règne de Louis XVIII (1815-1824) dont Lamartine fut l'un des gardes du corps. Né le 21 octobre 1790 à Mâcon, d'une famille de la petite noblesse catholique et royaliste, élevé chez les Pères de la Foi (ex-Jésuites) de Belley, Lamartine vit une jeunesse dissipée en une époque de grande instabilité politique marquée par le sacre de Napoléon en 1804, son abdication en 1814, puis la Restauration à partir de 1815. Le jeune homme qui mène une vie oisive et instable rencontre, en octobre 1816, sur les rives du lac du Bourget, Julie Charles, venue à Aix-les-Bains pour soigner une tuberculose. La mort de la muse aimée, en décembre 1817, provoque en lui une profonde crise existentielle et religieuse. Elle lui inspire ses plus célèbres méditations : « Souvenir », « Le Lac de B.», « Invocation » ; certaines sont composées en souvenir d'« Elvire », prénom sous lequel il réunit les femmes qu'il a aimées (Julie Charles, mais aussi la Napolitaine Antoniella morte en 1815, et Mary-Ann Birch, qu’il a épousée en juin 1820).

Lamartine présente ses Méditations comme celles du « cœur », de « l'âme » et de « la nature ». Harmonieuses et rythmées, elles allient la rhétorique classique au registre de l’élégie, la période oratoire à la formule de type aphoristique, la rigueur linguistique à la fluidité métaphorique. Trait d'union entre les xviiie et xixe siècles, l'écrivain se nourrit du roman de Jean-Jacques Rousseau La Nouvelle Héloïse, de René et du Génie du christianisme, de Chateaubriand, qui exaltent le « moi », le « vague des passions » et la nature ; certains de ses poèmes – accompagnés de ses commentaires – revendiquent l'influence du romantisme anglais ( le cycle d’Ossian de James Macpherson, Lord Byron).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en littérature française, écrivain

Classification

Autres références

«  MÉDITATIONS POÉTIQUES, Alphonse de Lamartine  » est également traité dans :

LAMARTINE ALPHONSE DE (1790-1869)

  • Écrit par 
  • Henri GUILLEMIN
  •  • 4 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Noblesse oblige »  : […] Alphonse de Lamartine naît à Mâcon. Il sera l'aîné de six enfants ; pas de frère, rien que des sœurs ; à lui, par conséquent, tous les châteaux et toutes les terres de la famille. Lorsqu'il a vingt ans (il a fait ses études à Belley, chez les Jésuites déguisés en Pères de la Foi), il souhaiterait entrer dans la diplomatie ou, comme avait fait son père, dans l'armée ; mais l'usurpateur Napoléon est […] Lire la suite

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Le temps est ce dont chacun d’entre nous ne cesse de faire l’expérience, de la naissance à la mort. Des premiers écrits de l’humanité jusqu’à la littérature contemporaine, en passant par les poètes de la Renaissance, Ronsard (1524-1585) et sa rose, dont la beauté « ne dure que du matin jusques au soir », la fuite du temps n’a cessé d’occuper une place majeure au sein d’une culture occidentale anim […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves LECLAIR, « MÉDITATIONS POÉTIQUES, Alphonse de Lamartine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-poetiques/