MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Précautions d'emploi

Qu'elles soient liées à la forme galénique ou aux excipients, de telles variations sont le plus souvent sans conséquences, en particulier lorsqu'il s'agit de débuter un traitement ou de prendre des médicaments de manière intermittente, pour soulager des douleurs, par exemple. En revanche, en cas de traitement prolongé requérant un ajustement précis des doses, le remplacement d'un médicament par son générique peut modifier l'équilibre thérapeutique. Les risques sont plus grands dans le cas des médicaments dont la marge thérapeutique est étroite, c'est-à-dire dont la dose thérapeutique est proche de la dose toxique. Il en est ainsi de plusieurs antiépileptiques, des anticoagulants oraux et d'autres médicaments comme la digitaline, ou la théophylline. Les spécialistes de l'épilepsie ont d'ailleurs pris l'habitude de mentionner « non substituable » sur leur ordonnance, et certains appellent les pouvoirs publics à interdire la commercialisation de génériques pour les antiépileptiques (cf. pharmacologie-Pharmacovigilance). Lors d'une substitution, une vigilance particulière est nécessaire pour adapter la posologie, vigilance qui est d'ailleurs toujours de mise pour ces médicaments à marge thérapeutique étroite.

Plus délicate est la question des excipients dits à « effets notoires ». Selon l'article R 5143-10 du Code de la santé publique, il s'agit d'excipients dont la présence peut nécessiter des précautions d'emploi pour certaines catégories de patients. Le répertoire des groupes génériques, publié au Journal officiel du 7 juillet 1998 et modifié régulièrement, dresse une liste de ces excipients à effets notoires (E.E.N.), parmi lesquels le lactose, l'huile d'arachide, l'amidon de blé, l'acide benzoïque... L'allergie est le premier effet redouté. Il peut s'agir, par exemple, d'une intolérance au lactose, contenu dans de nombreuses spécialités, ou de réactions anaphylactiques à l'arachide. Les personnes exposées à de telles réactions connaissent en principe leur risque allergique et l'ont signalé à leur médecin. En préambule au répertoire des génériques, l'Afssaps recommande néanmoins aux pharmaciens de ne pas introduire de nouvel E.E.N. lors d'une substitution, pour éviter ces accidents. Ainsi, un médicament sans E.E.N. ne doit être remplacé que par un générique n'en contenant pas lui-même, tandis qu'une spécialité contenant un E.E.N. doit être remplacée par un générique dépourvu d'E.E.N. ou contenant le même E.E.N.

Mais plus que les allergies à des excipients qui sont, pour la plupart, largement répandus parmi les médicaments non génériques ou les additifs alimentaires, ce sont les risques de confusion ou de mauvaise observance qui peuvent inquiéter. La majorité des génériques sont commercialisés sous leur dénomination commune internationale. Or, même si elles sont loin d'approcher la complexité des formules chimiques des molécules, les D.C.I., attribuées par l'Organisation mondiale de la santé, sont plus difficiles à mémoriser que les noms de spécialité. Ainsi, le Mopral® devient oméprazole, le Diantalvic® devient dextropropoxyphène-paracétamol, et l'Augmentin® amoxicilline-acide clavulinique. Le patient se trouve confronté à des médicaments qui n'ont pas la même forme, la même couleur, le même emballage, ni le même nom que ceux dont il avait l'habitude. Si ce changement est facile à surmonter pour des personnes jeunes prenant un seul médicament, il est une source d'erreurs pour les patients âgés, souvent contraints de gérer des ordonnances chargées d'une demi-douzaine de produits. Le risque de consommer sa spécialité habituelle en même temps que le générique n'est pas exclu, surtout lorsque le pharmacien, en exerçant son droit de substitution, a modifié le nom du médicament prescrit. À cet égard, la prescription en D.C.I. offre l'avantage de maintenir une certaine cohérence en permettant la délivrance d'un médicament qui porte le même nom que celui figurant sur l'ordonnance. Mais elle ne résout pas le problème de la multiplicité des génériques et de la complexité de leurs noms, d'autant que certains sont commercialisés sous des noms de fantaisie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES  » est également traité dans :

MÉDICAMENTS

  • Écrit par 
  • Paul-Étienne BARRAL, 
  • Hélène MOYSE, 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  • , Universalis
  •  • 9 750 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De l'épreuve de force au partenariat »  : […] La situation créée dans la plupart des pays industrialisés dès la fin des années 1980 a joué pleinement en faveur des représentants des malades, au point que le monde associatif est aujourd'hui partenaire des prises de décision des autorités sanitaires. Son dynamisme et ses revendications n'ont pas, dans un premier temps, été en confrontation avec les intérêts des firmes pharmaceutiques. Il n'en […] Lire la suite

O.M.C. (Organisation mondiale du commerce)

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Georges LABAKI
  • , Universalis
  •  • 6 194 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Seattle à Doha »  : […] Maintenue en dépit des attentats terroristes du 11 septembre contre les Twin Towers du World Trade Center à New York et le Pentagone à Washington, la quatrième conférence ministérielle de l'OMC s'est tenue à Doha (Qatar) du 9 au 13 novembre 2001, et non pas à Singapour comme il en avait été question. L'administration américaine souhaitait le lancement d'un nouveau round à la fois pour des questio […] Lire la suite

SANTÉ - Santé dans le monde

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALMÉRAS, 
  • Jean-François NYS
  •  • 5 665 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Place des génériques »  : […] Une autre solution pour réduire le coût des dépenses pharmaceutiques dans les P.V.D. consiste à développer la commercialisation des médicaments génériques. N'ayant pas supporté les frais de recherche et de développement, le médicament générique, copie d'un médicament dont le brevet est tombé dans le domaine public, est vendu à un prix inférieur de 20 à 30 p. 100 par rapport à celui de la molécule […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-21 juin 2002 France. Revalorisation des honoraires médicaux

médicaments génériques. Illustré par des grèves des gardes, des journées « santé morte » et des initiatives de déconventionnement, le conflit durait depuis novembre 2001. En mai, le nouveau ministre de la Santé, Jean-François Mattei, avait jugé « légitime » la revendication des médecins. La gauche dénonce un accord « électoraliste », à quelques jours […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chantal GUÉNIOT, « MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/medicaments-generiques/