MÈDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines

Salmanazar III, roi d'Assyrie (859-824 av. J.-C.), lors de sa campagne de 843 avant J.-C. s'empare du pays de Parsua ou pays des Perses, au sud et à l'ouest du lac d'Urmiya (Rezaiyé), au nord-ouest du plateau iranien. En 834 avant J.-C., au cours d'une autre opération, ses troupes pénètrent au sud-est de ce lac, dans le pays de Mada ou celui des Mèdes. Ces deux passages des annales assyriennes sont les plus anciennes mentions de la présence des Iraniens, Mèdes et Perses, dans cette partie de l'Iran.

Des deux hypothèses concernant la voie suivie par ces tribus, est-ouest ou nord-sud, pour arriver sur le plateau, nous retiendrons la seconde, celle qui passait par cet isthme que forme le Caucase. Elle semble trouver sa justification dans le fait que, déjà au xie-xe siècle avant J.-C., l'onomastique attestée au nord du lac d'Urmiya, donc non loin de la Transcaucasie, connaît des éléments iraniens. Cette route était aussi celle que suivirent quelques siècles plus tard Cimmériens et Scythes, ces nomades iraniens, et qui fut décrite par Hérodote. Enfin, certaines affinités de la culture matérielle mède avec celles du Caucase seraient susceptibles d'étayer cette conjecture.

Cavaliers nomades, arrivés avec leurs chevaux et leur bétail, les Mèdes se fixent dans un pays montagneux propice à leur existence où l'agriculture cède le pas à l'élevage. Les régions où ils s'installent n'ont qu'une population clairsemée qu'on désigne sous différents vocables ; tantôt « caspienne », tantôt « zagro-élamite », ou par un terme négatif « asianique », qui indiquerait la non-appartenance de ces autochtones au groupe indo-sémite comme les Assyriens, ou indo-européen comme les Iraniens. Ces aborigènes ne seront absorbés qu'au cours de longs siècles par les Mèdes grâce à la supériorité de la puissance de ceux-ci, grâce à leurs institutions militaires et tribales plus développées. Ils s'imposeront à la longue par une large diffusion de leur langue, au début moyen de liaison entre les tribus mèdes, puis a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÈDES  » est également traité dans :

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Apogée et chute de l'Assyrie (746-612) »  : […] Mais l'Assyrie va reprendre ses conquêtes sous l'effet des réformes de Toukoulti-apil-esharra III (746-727), le Téglathphalasar de la Bible, un cadet de la famille royale porté au pouvoir par une révolte. Le morcellement des gouvernements et la multiplication des charges auliques affaiblissent le prestige des grandes familles et permettent au roi de se créer une clientèle. Tenant sans doute compt […] Lire la suite

CONQUÊTES DE CYRUS II LE GRAND - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 225 mots

— 559 Cyrus II succède à Cambyse I er , son père, comme roi d'Anshan et règne sur les Perses, alors que le royaume mède gouverné par Astyage, successeur de Cyaxare, apparaît comme la force montante. — 556 Nabonide monte sur le trône de Babylone à la suite d'une conjuration conduite par des membres du clergé du dieu lunaire Sîn qui éliminent les descendants de Nabuchodonosor, restés fidèles au di […] Lire la suite

CYRUS LE GRAND, roi des Perses et des Mèdes (env. 559-env. 530 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 943 mots
  •  • 2 médias

Fondateur proprement dit de l'empire perse des Achéménides , du nom d'Achéménès, ancêtre éponyme de la dynastie, dont l'histoire ne sait plus rien. Selon Hérodote, Cyrus, petit-fils d'Astyage, roi des Mèdes, fut sauvé à sa naissance par Harpage qui avait pourtant reçu l'ordre de le tuer. Dès son avènement, en ~ 559, comme souverain d'Anshan, Cyrus ne cessa de recruter des troupes dans les diverses […] Lire la suite

GUERRES MÉDIQUES, en bref

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 206 mots

L'expression guerres médiques, fondée sur l'usage grec ancien d'appeler Mèdes une partie du peuple perse, désigne les hostilités, quasi permanentes durant la première moitié du v e  siècle, qui opposent les grands rois perses, héritiers du vaste empire fondé par Cyrus le Grand (— 559-— 530), et les cités grecques de la mer Égée, qui refusent de reconnaître leur suzeraineté. Elles culminent avec le […] Lire la suite

HARPAGE (mort apr. 545 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 652 mots

Seigneur qui appartient à la famille d'Astyage, roi des Mèdes. Selon la tradition recueillie et transmise par Hérodote, Harpage aurait reçu l'ordre de mettre à mort le petit-fils du roi, Cyrus. Astyage a eu, en effet, deux rêves prémonitoires. Par le premier, il est avisé de ne pas donner sa fille Mandane en mariage à un prince mède dont l'énergie risque de se révéler dangereuse pour la dynastie. […] Lire la suite

HARRAN

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 400 mots

Ancien centre commercial de la Mésopotamie septentrionale, sur le Balikh, au croisement des routes caravanières qui menaient de Babylone en Syrie, en Égypte et en Asie Mineure. Harran et son temple consacré à Sin, le dieu Lune, sont mentionnés dans une tablette de Mari (~ 2000). Le nom de la cité apparaît ensuite dans les textes hittites de Boǧazköy. Harran, possession mitanienne depuis le ~ xvii […] Lire la suite

HÉRODOTE (env. 484-425 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 2 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le moment et le lieu créent l'historien »  : […] Hérodote est né à Halicarnasse peu avant 480 – autrement dit en Asie Mineure, et au moment des guerres médiques. Or, l'Asie Mineure était depuis un siècle le théâtre d'une activité intellectuelle frémissante. Tous les premiers philosophes grecs, ou presque, étaient d'Asie Mineure : l'école de Milet se trouvait célèbre avec Thalès, Anaximandre, Anaximène ; d'autres philosophes étaient d'Éphèse, ou […] Lire la suite

MAGES

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 423 mots

Nom des membres d'une tribu mède (selon Hérodote) à qui l'ensemble de la tradition grecque attribue l'exclusivité du pouvoir sacerdotal en Iran. Le mot « mage » (en iranien, maga ) apparaît en Occident, à partir des premiers siècles de notre ère, comme un synonyme de « sectateur de Zoroastre » et de « servant du culte d'Ahura Mazdâ ». D'autre part, les auteurs classiques voient dans les mages des […] Lire la suite

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le premier royaume iranien (viie-vie s. av. J.-C.) »  : […] Après avoir séjourné dans la région du lac d'Ourmia, au contact des Urartéens, auprès desquels ils auraient appris les techniques de construction du type cyclopéen, des Aryens, les Mèdes et les Perses, s'établirent près de l'Élam dont la défaite servit leurs intérêts. Ce sont les Mèdes qui constituèrent sur le plateau iranien le premier empire, à l'instigation de Déiocès, auquel Hérodote attribue […] Lire la suite

PERSE - Arts

  • Écrit par 
  • Pierre AMIET, 
  • Ernest WILL
  •  • 11 882 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « L'« Âge du fer » et l'avènement des nations »  : […] Le xv e  siècle a correspondu au nord de l'Iran à l'effondrement du style de vie traditionnel dans les villages prospères, en marge de l'histoire, qui furent alors désertés. La population passa largement au nomadisme lors de ce qu'on appelle assez abusivement « l'Âge du fer », puisque ce métal ne fut introduit qu'ultérieurement ; l'Iran s'ouvrit ainsi sur le nomadisme déjà en vigueur à l'est de l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roman GHIRSHMAN, « MÈDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/medes/