MÉDECINERelation malade-médecin

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'imagerie de la relation malade - médecin

Le corps du patient

La maladie introduit une faille dans l'image que l'individu avait de lui-même. L'image est ternie, elle cesse d'être satisfaisante. C'est au niveau du corps, de l'amour ou de l'intérêt qu'il porte à son corps, que le sujet se trouve blessé. Il ne peut plus se considérer comme le bel objet, ou le bel instrument, source de plaisir pour soi, d'admiration ou d'envie pour autrui.

En fait, ce rôle iconoclaste de la maladie paraît trop évident. On admet trop facilement qu'avant l'irruption de la maladie l'homme était parfaitement satisfait de son corps, ou de l'image de son corps. Les multiples petites déceptions, les échecs discrets, mais répétés, qui sont l'apanage de l'être humain, s'oublient rapidement dans les regrets d'un passé de bonne santé, idéalisé par l'état de maladie. Lorsque les douleurs, la faiblesse, la fièvre empêchent jusqu'à la marche ou la station debout, on ne pense plus qu'on n'était pas toujours le plus adroit au travail, le plus fort aux jeux, le plus beau aux yeux de l'autre sexe. Et, du même coup, se découvre l'ambiguïté de toute relation de l'homme à la maladie. La maladie est une souffrance et une menace. Mais elle est aussi la justification, l'explication rationnelle de toutes les brouilles et les dépits amoureux entre l'homme et son corps. Ce peut êtret là l'une des premières sources de malentendu entre le malade et son médecin.

Pourtant, la maladie, malgré tous ses inconvénients, n'est pas uniquement source de souffrance. Mais cette dimension, qui est celle d'une maladie dont on tire des bénéfices, est le plus souvent refoulée, inconsciente. Néanmoins, toute maladie comporte un relent de ces maladies d'enfance qui libèrent du quotidien ; à condition que l'ambiance du foyer parental soit aimante, comme l'ont bien compris les services hospitaliers qui accueillent les enfants dans une ambiance familiale chaleureuse.

Pour les adultes (et les adolescents) c'est l'appréhension, le doute, l'angoisse qui occupent le premier plan. Soucis légitimes pour l'avenir, peur de la mort. Mais c'est surtout la crainte devant l'inconnu, crainte qui ramène le malade à l'impuissance de l'enfant, à cet état où il ne pouvait survivre que grâce à la protection des autres. Ce phénomène de régression accompagne, à des degrés variables, toutes les maladies. Il détermine l'attitude à l'égard de l'entourage en général et, surtout, il est au fondement des images que le malade se fait de son médecin.

Les visages du médecin

De son enfance, le malade conserve deux catégories d'informations concernant le médecin. Tout d'abord, le médecin est l'homme qui soigne et qui fait des piqûres. Mais cette peur du médecin n'est pas un phénomène simple. L'enfant ne se souvient pas seulement des petites douleurs infligées par des injections, des vaccinations. Ou plutôt, s'il s'en souvient, c'est principalement parce que les parents le lui rappelaient, voire le menaçaient du médecin. Ce qui est maintenu dans le souvenir, sans être forcément reconnu, c'est la propre crainte éprouvée par les parents devant le médecin et ce qu'il représentait pour eux, crainte répercutée sur l'enfant sous forme de menace. L'aspect le plus tolérable pour l'enfant est celui du médecin revêtu d'autorité, en imposant aux parents tout en les conseillant et les rassurant.

Une autre source de souvenirs, d'ailleurs largement influencée par la précédente, est « le jeu du docteur », jeu auquel beaucoup d'enfants se livrent, jeu en partie clandestin, ce qui désigne ses implications sexuelles. Dans ce jeu, l'enfant exploite le droit du médecin de s'intéresser au corps d'autrui, de le toucher, de l'explorer. Et ce droit est considéré par l'enfant, et ensuite par l'adulte, comme une licence enviable à un moment où la curiosité est particulièrement vive. Cela donne au personnage du médecin une nuance érotique que le folklore médical, comme les chansons de salle de garde, les relations carabins-infirmières ne font que renforcer. Cette représentation, qui paraît dater quelque peu, n'a, de loin, pas disparu derrière l'image du médecin plus fonctionnelle, plus robotisée que l'on peut déceler dans la littérature sous l'exigence d'une pression socio-économique.

C'est d'ailleurs dans ce climat culturel que réside la dernière source où se définit pour le malade l'image d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : président d'honneur de l'Ordre national des médecins, membre de l'Académie nationale de médecine
  • : professeur à la faculté de médecine de Strasbourg, médecin des hôpitaux.

Classification

Autres références

«  MÉDECINE  » est également traité dans :

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 946 mots
  •  • 19 médias

Si la médecine compte plusieurs millénaires d'existence, elle n'a atteint son âge adulte que depuis moins de deux cents ans. Cela tient à ce qu'elle est à la fois un art et une science. Un art, elle pouvait l'être dès l'origine des civilisations, à la mesure de l'intuition, de l'empirisme, de la psychologie et de l'habileté de ceux qui l'exerçaient. Pour devenir une science, il lui fallait pouvoir […] Lire la suite

MÉDECINE - Droits des malades

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 787 mots

En France, plus de deux années ont été nécessaires pour que le projet de loi sur le droit des malades prenne forme et soit adopté par l'Assemblée nationale en octobre 2001, avant de devenir la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. À l'origine de cette gestation laborieuse, on retrouve l'éternelle question de l'indemnisation de l'aléa thérapeutique, […] Lire la suite

MÉDECINE - Médecine préventive

  • Écrit par 
  • Maurice CLOAREC
  •  • 3 415 mots
  •  • 4 médias

Bien que l'idée de médecine préventive soit fort ancienne, il a fallu attendre le début du xxe siècle et l'instauration au plan international des échanges scientifiques pour qu'elle commence à être réellement organisée tant sur le plan national que sur le plan régional voire mondial. C'est ainsi que les campagnes de vaccinations systématiques, étendue […] Lire la suite

MÉDECINE - Médecine prédictive

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU
  • , Universalis
  •  • 4 073 mots
  •  • 1 média

Le dernier quart du xxe siècle restera sans aucun doute dans l'histoire des sciences comme la période la plus faste pour la compréhension moléculaire du vivant en général, de la génétique – et de la génétique humaine – en particulier. Si cette avancée majeure de la biologie est encore tout juste émergente dans […] Lire la suite

MÉDECINE ET INTERNET

  • Écrit par 
  • Philippe MARREL, 
  • Elisabeth PARIZEL, 
  • René WALLSTEIN
  •  • 5 385 mots
  •  • 3 médias

D’après une étude parue à la fin de 2014, plus de 60 p. 100 des Français utilisent Internet pour rechercher de l’information sur la santé. La consultation médicale à distance, autorisée en France depuis 2010, a de plus en plus de succès. Au niveau mondial, près de 4 millions de patients y ont recours en 2017. Les smartphones et autres terminaux portables so […] Lire la suite

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « French Doctors » ou l'humanitaire sans frontières »  : […] L'histoire commence au Biafra en 1968. Deux jeunes médecins, Bernard Kouchner, ancien responsable de l'Union des étudiants communistes, et Max Récamier, militant catholique, ont répondu à l'appel de la Croix-Rouge pour servir dans les hôpitaux de fortune des insurgés ibo. Comme, un siècle plus tôt, Florence Nightingale et Henri Dunant, ils y découvrent la réalité de la guerre. Mais il ne s'agit p […] Lire la suite

AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 1 148 mots

Le 5 mai 2005, le ministre français de la Santé, Philippe Douste-Blazy, annonçait l'installation de l'Agence de la biomédecine dans le cadre de la révision des lois de bioéthique datant du 6 août 2004. Cette structure, qui a vu officiellement le jour le 10 mai 2005, recouvre à la fois les activités placées depuis dix ans sous la responsabilité de l'Établissement français des greffes ainsi que de n […] Lire la suite

AROMATHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Jean VALNET
  •  • 1 632 mots
  •  • 1 média

Traitement des maladies par les arômes végétaux, c'est-à-dire les essences aromatiques appelées huiles essentielles (H.E.) dans le langage médical, l'aromathérapie est une branche de la phytothérapie (du grec yuzov , plante) et, comme telle, l'une des thérapeutiques les plus anciennes du monde avec l'argile, l'eau et les procédés manuels (massages et reboutement, magnétisme curatif). Pendant des m […] Lire la suite

AUTOMÉDICATION

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 560 mots

Dans son sens strict, le terme automédication signifie utiliser des médicaments sans ordonnance. Dans ce cas, le malade fait lui-même le diagnostic de sa maladie et établit lui-même la prescription, choisissant son médicament et sa posologie. Mais l'automédication concerne aussi dans un sens plus large le fait, pour un patient, de modifier la prescription établie par le médecin soit dans la dose, […] Lire la suite

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 118 mots
  •  • 2 médias

La cardiologie moderne a un siècle. Ses « inventeurs », parmi lesquels figurent de nombreux médecins français, ont su faire preuve d'audace. Certains ont transgressé les tabous et détruit les concepts les mieux établis ; d'autres ont dû vaincre le scepticisme de leurs contemporains avant que le temps ne leur donne raison. Alors, l'avenir de la cardiologie est-il derrière nous ? On est en droit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GLORION, Lucien ISRAËL, « MÉDECINE - Relation malade-médecin », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-relation-malade-medecin/