MÉDAILLE D'OR DU CNRS 2017

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Alain Brillet

Alain Brillet
Crédits : Frédérique Plas/ CNRS Photothèque

photographie

Thibault Damour

Thibault Damour
Crédits : Frédérique Plas/ IHES/ CNRS Photothèque

photographie


Deux pionniers mis à l’honneur

Physicien expérimentateur, Alain Brillet a développé la méthode de détection sur laquelle repose l’extrême sensibilité des interféromètres LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) et Virgo (qui tire son nom de l’amas de galaxies de la Vierge), instruments scientifiques situés respectivement aux États-Unis et en Europe, construits pour traquer ces ondes gravitationnelles. Physicien théoricien, Thibault Damour a calculé l’intensité des ondes gravitationnelles émises par la coalescence de deux trous noirs, une contribution essentielle pour déterminer les performances requises des instruments d’observation, puis analyser et interpréter leurs données de mesures.

Le 11 février 2016, aux États-Unis, la première observation directe d’ondes gravitationnelles avait été annoncée (l’événement observé étant noté GW150914, GW pour gravitational wave et 150914 correspondant à la date de détection, soit le 14 septembre 2015), un siècle après qu’Albert Einstein en eut prévu l’existence comme une conséquence de la relativité générale. Au moins une seconde détection (GW151226) est ensuite annoncée par la même équipe le 15 juin 2016 (observation effectuée le 26 décembre 2015), obtenue par la même collaboration LIGO mettant en œuvre les instruments situés sur le sol des États-Unis. Une physique déjà ancienne trouvait là une éclatante confirmation, tandis que naissait une nouvelle astronomie, aux immenses perspectives. En effet, depuis vingt-cinq siècles, l’astronomie s’est construite sur l’observation des ondes lumineuses provenant des astres. Ces ondes gravitationnelles, aux propriétés différentes de celles de la lumière, ouvrent à de nouvelles connaissances des phénomènes célestes.

Moins d’une semaine après la remise des médailles d’or du CNRS, le prix Nobel de physique 2017 est décerné à trois physiciens américains – Rainer Weiss, Barry Clark Barish et Kip Stephen Thorne – pou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Paris-VII-Denis-Diderot, membre de l'Académie des sciences

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉNA, « MÉDAILLE D'OR DU CNRS 2017 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille-d-or-du-cnrs-2017/