MÉCANIQUE SPATIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Apollo-11

Apollo-11
Crédits : Neil Armstrong/ MPI/ Getty Images

photographie

Station Mir survolant une dépression

Station Mir survolant une dépression
Crédits : World Perspectives/ Getty Images

photographie

Skylab

Skylab
Crédits : MPI/ Getty Images

photographie

Trajectoires képlériennes

Trajectoires képlériennes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Le mouvement autour du centre de gravité

Le contrôle d'attitude

Vouloir assurer des missions spatiales nécessite non seulement de respecter les contraintes liées à la position du centre de gravité au cours du temps, mais aussi de tenir compte de celles qui influent sur le mouvement du satellite autour du centre de gravité : il s'agit du mouvement d'attitude.

Les satellites sont soumis à des perturbations d'origine externe – aérodynamiques, magnétiques, radiatives (pression de radiation solaire), gravitationnelles – et interne – mouvement de pièces mécaniques, d'ergols liquides... – qui tendent à modifier l'attitude (et aussi l'orbite).

Il convient donc tout d'abord de repérer l'attitude au cours du temps. Les capteurs d'attitude utilisés pour cela sont classés en trois catégories : les capteurs inertiels (gyroscopes et gyromètres intégrateurs flottants, anneaux lasers, accéléromètres), les capteurs optiques (terrestres, solaires ou stellaires, dont les domaines de fonctionnement sont le visible et l'infrarouge) et les capteurs électromagnétiques (capables de repérer la direction ou la polarisation d'une onde émise par une balise terrestre, ou l'orientation d'un champ magnétique). Le contrôle d'attitude, ou stabilisation, peut être effectué en mode passif ou en mode actif.

Le mode passif utilise les couples perturbateurs extérieurs existants. On peut citer parmi les modes passifs la stabilisation par gradient de gravité, la stabilisation magnétique, la stabilisation gyroscopique.

Dans la stabilisation par gradient de gravité, une masse pesante fixée à l'extrémité d'un mât télescopique tend à orienter cet axe suivant la verticale ; le phénomène est dû à la différence d'attraction de la Terre sur des parties différentes du satellite ; l'amortissement de l'oscillation pendulaire s'effectue par hystérésis magnétique. Il s'agit d'un système robuste, imprécis et peu coûteux, qui a été utilisé autrefois sur les premiers satellites (Péole, Éole).

Dans la stabilisation magné[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : chef de la division mathématiques spatiales au Centre spatial de Toulouse

Classification


Autres références

«  MÉCANIQUE SPATIALE  » est également traité dans :

GÉODÉSIE

  • Écrit par 
  • Anny CAZENAVE, 
  • Pascal WILLIS
  •  • 7 312 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mesures des déformations des trajectoires des satellites artificiels »  : […] aérodynamique de l'atmosphère et à la pression de radiation du Soleil, qu'elle en provienne directement ou qu'elle soit rediffusée par la Terre, pour ne citer que les forces principales. En vertu de l'équation fondamentale de la dynamique Fmγ, où F est la résultante de toutes les forces agissant sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geodesie/#i_32109

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 424 mots
  •  • 69 médias

Dans le chapitre « Des débuts mouvementés »  : […] Plusieurs étapes ont marqué le début de la mission Mars Global Surveyor, placée avec succès, le 11 septembre 1997, sur une orbite martienne très elliptique (apogée : 54 000 km, périgée : 262 km […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mars-planete/#i_32109

MÉCANIQUE CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 6 162 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le mouvement des satellites artificiels »  : […] Le potentiel gravitationnel créé par un corps solide, par exemple la Terre, en un point extérieur à ce corps peut se développer en fonctions harmoniques sphériques sous la forme suivante :où ϕ est la latitude du satellite au-dessus du plan équatorial, r sa distance au centre de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-celeste/#i_32109

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CARROU, « MÉCANIQUE SPATIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-spatiale/